Lewis Hamilton a eu droit à la traditionnelle douche de champagne après sa victoire au Grand Prix de Formule 1 du Canada, à Montréal, dimanche.

Lewis Hamilton remporte le GP du Canada

Mercedes, qui a commencé la fin de semaine en craignant de concéder davantage de terrain à sa rivale Ferrari après la déconfiture du Grand Prix de Monaco, a plutôt rebondi de manière magistrale.
Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Formule 1 du Canada, dimanche, et Valtteri Bottas a pris le deuxième rang pour compléter le premier doublé Mercedes cette saison.
«Il faut donner le crédit à l'équipe, et aux gens à l'usine, car ils ont travaillé très fort pour régler les problèmes que nous avions éprouvés lors de la dernière course [à Monaco] et envoyer un message clair à Ferrari, a déclaré Hamilton sur le podium. Et Valtteri a fait tout un travail afin d'amasser de précieux points. Je suis au septième ciel!»
Hamilton, le triple champion du monde, est le pilote actif qui compte le plus de victoires en carrière à Montréal, avec six (2007, 2010, 2012, 2015, 2016 et 2017). Celle-ci marquait aussi le 10e anniversaire de sa première victoire en F1, ici même à Montréal.
Hamilton est du même coup devenu le premier pilote depuis Michael Schumacher, de 2002 à 2004, à l'emporter trois années de suite au Grand Prix du Canada. Il s'est ainsi approché à une seule victoire du célèbre pilote allemand pour le plus grand nombre en carrière à Montréal, avec sept.
Le Britannique a également signé sa troisième victoire cette saison, après celles acquises aux Grands Prix de Chine et d'Espagne. Il a devancé au fil d'arrivée Bottas par 19,783 secondes, et le pilote Red Bull Daniel Ricciardo par 35,297.
Il s'agissait d'un troisième podium consécutif pour Bottas à Montréal, après avoir grimpé à deux reprises sur la troisième marche alors qu'il pilotait pour Williams, en 2015 et 2016.
«J'ai toujours du plaisir à courir ici, a admis le Finlandais. Et en tant qu'équipe, nous avions vraiment besoin de cette course pour amasser des points. Après Monaco, je dois admettre que je suis très impressionné par ce que l'équipe a accompli ce week-end.»
Ricciardo soulagé
De son côté, Ricciardo semblait soulagé par sa troisième position. L'Australien, qui a triomphé au Grand Prix du Canada en 2014, vient également de signer un troisième podium consécutif pour Red Bull cette saison.
«J'ai seulement eu du plaisir lorsque j'ai vu le drapeau à damiers», a évoqué Ricciardo, avant de procéder à sa traditionnelle célébration du «Shoey», qui consiste à boire du champagne à même sa botte. «C'était difficile, parce que notre voiture n'était pas très rapide et que j'ai dû me défendre pendant toute la course. J'avais beaucoup de pression derrière et je savais que je ne pouvais pas commettre la moindre erreur. De plus, la chaleur a affecté ma concentration. Mais j'ai eu beaucoup de plaisir. C'est merveilleux d'être sur le podium.»
Le pilote Ferrari Sebastian Vettel, qui a endommagé sa voiture au départ, a effectué une belle remontée pour terminer quatrième, devant les voitures Force India de Sergio Perez et Esteban Ocon.
Lance Stroll (Williams) a fini la course au neuvième rang, tandis que son coéquipier Felipe Massa a été contraint à l'abandon tôt dans l'épreuve.
Départ canon
La course s'est essentiellement jouée dès les premiers virages.
Hamilton a connu un départ canon, tout comme le pilote Red Bull Max Verstappen, qui a surpris un peu tout le monde pour passer du cinquième au deuxième échelon. La course du jeune pilote néerlandais s'est cependant arrêtée au 11e tour, après avoir été victime d'un problème électronique, permettant à Bottas de retourner deuxième.
Entre-temps, le principal perdant au départ s'est révélé être Vettel, qui a chuté au quatrième échelon après avoir endommagé son aileron avant en se retrouvant coincé entre les Mercedes et les Red Bull dans les 'S' de Senna. Contraint d'entrer aux puits pour changer le museau, il est ressorti 18e et dernier.
À compter de ce moment-là, l'Allemand a entamé sa remontée au classement.
Au classement général, Vettel mène toujours avec une récolte de 141 points, soit 12 de plus que Hamilton. De son côté, Bottas a conservé sa troisième place à 93, devant Raikkonen, à 67.
Le Grand Prix d'Azerbaïdjan, à Bakou, aura lieu dans deux semaines. Et une fois de plus, Hamilton a indiqué que les pneus seront l'enjeu principal.
«Le circuit est très long et très lisse, donc les appuis aérodynamiques seront très importants, a-t-il souligné. J'étais très rapide là-bas l'an dernier, mais j'avais fini cinquième. Le plan, donc, c'est de capitaliser cette fois-ci.»
Stroll obtient ses premiers points
Lance Stroll a terminé en neuvième position, dimanche, au GP du Canada.
C'est dans sa cour, à Montréal, que Lance Stroll aura récolté ses premiers points en carrière en Formule 1 et ça, personne ne pourra le lui enlever.
Le pilote Williams a terminé en neuvième position, dimanche au Grand Prix du Canada, et a obtenu deux points au championnat des pilotes.
«Ce sont mes premiers points! C'est spécial, a affirmé le jeune pilote âgé de 18 ans. Ce sera tout le temps dans mes souvenirs.»
En six courses avant l'arrêt au circuit Gilles-Villeneuve, Stroll avait rallié l'arrivée d'une épreuve seulement deux fois et son meilleur résultat était une 11e place au Grand Prix de Russie.
«Ça fait longtemps qu'on avait la vitesse pour faire ça, a déclaré Stroll en revenant sur sa neuvième place. Il y avait plein de choses qui n'allaient pas, mais aujourd'hui, ç'a bien été, et je suis juste vraiment content.»
Partant de la 17e position, Stroll a atteint le neuvième rang pour une première fois au 16e tour, avant de céder la place au pilote Ferrari Sebastian Vettel quatre tours plus tard.
Stroll a visité les puits à la fin du 25e tour et en est ressorti 17e et bon dernier parmi les pilotes toujours en piste.
Tranquillement, le natif de Mont-Tremblant a remonté l'échelle, doublant tour à tour Pascal Wehrlein, Marcus Ericsson, Jolyon Palmer, Sébastien Grosjean, Stoffel Vandoorne, Fernando Alonso et Kevin Magnussen pour atteindre la 10e place au 47e tour.
Stroll a ensuite profité de l'abandon de Daniil Kvyat au 54e tour pour grimper en neuvième place.
Il n'a jamais été inquiété par Alonso derrière lui, mais n'a pas pu combler un retard de plus de 22 secondes sur Nico Hulkenberg.
«La voiture était vraiment bonne. J'ai bien aimé les réglages pendant toute la course, a expliqué Stroll. C'était une question de savoir quand tenter les dépassements. Parfois, j'aurais pu tenter ma chance plus tôt, mais quand c'était trop risqué, c'était mieux d'attendre au tour suivant.
«J'ai bien fait avec la stratégie à un seul arrêt aux puits. J'ai bien géré les pneus, j'ai gardé un bon rythme. C'était un effort d'équipe aujourd'hui.»
Le nouveau héros
À la recherche d'un nouveau pilote local à encourager depuis le départ de Jacques Villeneuve en 2006, les Québécois mordus de F1 ont suivi attentivement les faits et gestes de Stroll depuis le début de la saison.
Villeneuve a encore une fois écorché Stroll au cours du week-end. Entre deux égoportraits avec des partisans, il a noté que Stroll n'avait pas beaucoup progressé depuis le début de la saison et qu'il était plus lent que son coéquipier Felipe Massa.
Le résultat de dimanche vient peut-être légitimiser la place de Stroll en F1, en plus de rabrouer ceux qui prétendent qu'il a obtenu un volant simplement grâce à l'appui financier de son père, le milliardaire Lawrence Stroll.
«Je m'en fous de ce que ces gens-là pensent, a affirmé Lance Stroll. Je suis content pour moi et l'équipe. Le reste, c'est du bruit. Ça ne me dérange pas. Les gens qui ne m'aiment pas vont toujours trouver des excuses.»
«Je crois qu'il a toujours gardé confiance, a mentionné Lawrence Stroll, qui est venu faire l'accolade à son fils devant le garage de Williams. Si vous avez vu les mêmes courses que moi, vous avez dû voir qu'il avait manqué un peu de chance. Il n'a que 18 ans! Tout le monde doit faire preuve d'un peu de patience. Ce n'était que sa septième course.»
Dans les gradins, l'appui était total envers Stroll. On pouvait entendre les spectateurs installés devant la ligne d'arrivée crier chaque fois que Stroll venait de réussir un dépassement à la fin de la longue ligne droite avant la chicane du mur du Québec.
«Je veux aller remercier les partisans, a dit Stroll, qui prévoyait aussi de faire la fête avec sa famille et ses amis. C'était spécial de voir tous les drapeaux canadiens. Ça me touche beaucoup.»
Stroll devra tout recommencer dans deux semaines, lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan. Mais le temps d'un soir, il peut fêter. La glace est brisée.