Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Lewis Hamilton
Lewis Hamilton

Lewis Hamilton a été victime d’insultes racistes après l’accident avec Max Verstappen

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
«Nous nous battons sur la piste. Nous nous unissons à l’extérieur.»

C’est le message qu’a lancé l’écurie de Formule 1 Mercedes, lundi, après que sa grande rivale Red Bull lui ait offert son appui lorsque le pilote Lewis Hamilton a été ciblé par des insultes racistes sur les réseaux sociaux.

Au lendemain d’un accrochage qui a mis fin à la course du meneur au classement des pilotes, Max Verstappen, dès le premier tour du Grand Prix de Grande-Bretagne, Hamilton a été ciblé par de nombreux messages haineux sur différentes plateformes.

Dès les premiers virages sur le circuit de Silverstone, les deux voitures parties sur la première ligne sont entrées en contact.

La Red Bull de Verstappen a donné lourdement contre le mur, tandis que celle d’Hamilton a subi des dommages mineurs. Verstappen a dû être hospitalisé pendant quelques heures, pendant qu’Hamilton a remporté l’épreuve malgré une pénalité de 10 secondes.

Même si les deux écuries - et les deux pilotes - avaient des visions bien différentes des événements après la course, elles se sont rapidement unies pour dénoncer les insultes à l’endroit d’Hamilton.

«Pendant et après le Grand Prix de Grande-Bretagne d’hier, Lewis Hamilton a été victime de multiples insultes racistes sur les médias sociaux à la suite d’une collision sur la piste», ont expliqué la Formule 1, la Fédération internationale de l’automobile (FIA) et l’écurie Mercedes dans une déclaration conjointe.

«La Formule 1, la FIA et Mercedes-AMG Petronas condamnent ce comportement de la manière la plus ferme possible. Ces personnes n’ont pas leur place dans notre sport et nous demandons que les responsables soient tenus de répondre de leurs actes.»

L’écurie Red Bull a ensuite ajouté sa voix à celle de sa rivale par le biais d’un communiqué.

«Bien que nous soyons de féroces rivaux sur la piste, nous sommes tous unis contre le racisme. Nous condamnons les abus racistes de toute sorte envers notre équipe, nos concurrents et nos partisans», a écrit l’écurie Red Bull.

«En tant qu’équipe, nous sommes dégoûtés et attristés d’être témoins des insultes racistes dont Lewis a été victime hier sur les médias sociaux après la collision avec Max. Il n’y a jamais d’excuse pour ça, il n’y a certainement pas de place pour ça dans notre sport et les responsables doivent être tenus pour responsables.»

Facebook tente de contribuer

Lorsque mis au fait de la situation, le géant américain Facebook, qui possède le réseau social Instagram, a tenté de retirer certains commentaires haineux sous les publications en lien avec la victoire d’Hamilton.

Dans un communiqué, l’entreprise américaine a aussi invité les utilisateurs à signaler les messages ou les comptes problématiques.

«Aucune mesure ne permettra de résoudre ce problème du jour au lendemain, mais nous nous engageons à poursuivre notre travail pour protéger notre communauté contre les abus», a déclaré Facebook.

La Formule 1 a aussi signalé les messages racistes auprès des différents réseaux sociaux afin qu’ils soient retirés.

Mais de nombreux internautes ont également critiqué la F1 pour sa couverture du Grand Prix sur les réseaux sociaux, puisqu’ils jugeaient qu’il était irrespectueux de sa part de partager les célébrations d’Hamilton après la course alors que Verstappen se trouvait à l’hôpital.

Hamilton se défend

Si Verstappen et le directeur de l’écurie Red Bull, Christian Horner, étaient furieux après l’accident, Hamilton a plaidé qu’il s’agissait d’un incident de course, dans un Grand Prix où beaucoup était en jeu.

«Je ne crois pas avoir à m’excuser pour ce soit. Nous sommes en piste pour gagner», a tranché Hamilton.

«Je ne suis pas d’accord avec les commissaires, mais j’ai accepté ma pénalité et j’ai continué ma course. Je ne vais pas me sentir mal pour ce qui est arrivé. Tout le monde va avoir une opinion différente et je ne me soucie pas vraiment de ce que les autres pensent.»

Quoi qu’il en soit, cet incident pourrait élever la rivalité entre les deux pilotes à un autre niveau, puisqu’ils ne sont désormais séparés que par huit points au classement des pilotes, avec Verstappen toujours en tête.

Chez les constructeurs, l’avance de Red Bull a fondu à quatre points devant Mercedes, qui a remporté le championnat lors des sept dernières saisons.

Les pilotes profiteront de deux semaines pour décompresser avant le prochain Grand Prix, qui aura lieu le 1er août en Hongrie. Avec The Associated Press