Dans la foulée des attentats meurtriers à Bruxelles, le ministre de l'Intérieur français, Bernard Cazeneuve, a assuré que tout sera mis en oeuvre pendant le tournoi pour garantir la «sécurité collective». L'Euro 2016 sera présenté dans l'Hexagone du 10 juin au 10 juillet.

L'Euro 2016 sous haute surveillance

Au moment où l'Europe est en état d'alerte, le ministre de l'Intérieur français, Bernard Cazeneuve, a déclaré que les explosions meurtrières à Bruxelles sont un rappel qu'un «très haut niveau de sécurité» sera nécessaire lors du Championnat d'Europe qui se déroulera en France cet été.
S'adressant aux journalistes quelques heures après les trois explosions qui ont fait une trentaine de morts dans la capitale belge, Cazeneuve a déclaré que tout sera mis en oeuvre pendant le tournoi du 10 juin au 10 juillet pour assurer la «sécurité collective». Le personnel d'urgence spécialement formé, les forces de police et les pompiers seront mobilisés.
Dans la foulée des attentats de Paris qui ont fait 130 morts en novembre, la France demeure en état d'urgence, prolongé récemment jusqu'au 26 mai, deux semaines avant le match d'ouverture de l'Euro.
Les organisateurs du tournoi ont renforcé les mesures de sécurité et apporté des modifications aux zones des partisans particulièrement vulnérables bien avant les événements à Bruxelles.
Les zones des partisans sont généralement installées dans des places ou des parcs à proximité du centre de la ville, ce qui permet aux amateurs de regarder un match sur un grand écran. La sécurité est généralement moins importante que dans les stades.
Environ sept millions de supporteurs ont visité les zones de partisans dans les villes hôtes lors de l'Euro 2012 en Ukraine et en Pologne. Les zones désignées pour le public à l'Euro 2016 suscitent des préoccupations, car elles pourraient être des cibles pour de potentiels terroristes. Chacune peut accueillir de 10 000 à 100 000 personnes et les autorités françaises veulent maintenir une ambiance festive dans ces zones, tout en assurant la sécurité des foules.
Cazeneuve a précisé que l'Euro 2016 devrait susciter «l'esprit sportif, les fêtes et la sécurité pour les équipes, le personnel d'accompagnement et les spectateurs.»
Cazeneuve a ajouté que l'État contribuera à hauteur de deux millions d'euros (2,24 millions $US) pour la surveillance vidéo dans les zones désignées pour le public.
900 agents mobilisés
Les organisateurs ont annoncé le mois dernier qu'environ 10 000 personnes du privé ont été embauchées pour la sécurité, parmi eux 900 agents sont mobilisés pour chacun des 51 matchs. Les organisateurs du tournoi sont responsables de la sécurité dans les stades, les autorités françaises assurant celle à l'extérieur. Cela signifie que les agents de sécurité privés qui s'occuperont des entrées et de l'intérieur des zones des amateurs ne seront pas armés.
En plus du risque d'attaques d'extrémistes, les organisateurs doivent également composer avec la forte probabilité de hooliganisme. Les autorités françaises ont travaillé avec des observateurs des pays qualifiés afin d'identifier les hooligans potentiels. Cinq matchs de la ronde de qualification sont considérés comme à haut risque : l'Angleterre contre la Russie, la Turquie contre la Croatie, l'Angleterre contre le Pays de Galles, l'Allemagne contre la Pologne et l'Ukraine contre la Pologne.
Le match de l'Angleterre contre la Russie - aux prises avec des problèmes de hooliganisme graves au cours des dernières années - sera joué à Marseille, où les partisans anglais et tunisiens se sont affrontés lors de la Coupe du monde 1998.
Course de vélo dès mercredi en Belgique
La Belgique a été placée en haute alerte terroriste à la veille de la haute saison du cyclisme sur route. Le pays accueillera plusieurs classiques au cours des prochaines semaines, dont le Tour de Flandres, le 3 avril. La saison printanière sera lancée mercredi avec la compétition à Travers les Flandres, une course de 200 kilomètres autour de Weregem, dans l'ouest du pays. Les organisateurs ont rencontré les autorités policières, mardi, et ont plus tard annoncé par communiqué que la course aurait lieu comme prévu. On ne savait pas encore si tous les cyclistes et les équipes devant transiter par l'aéroport de Bruxelles allaient être en mesure d'arriver à temps pour la course.