Chris Hogan (15) est le dernier d'une longue liste de joueurs méconnus qui se sont illustrés au fil des ans chez les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Le receveur éloigné est sorti de nulle part pour capter neuf passes (180 verges) dans la finale de conférence contre Pittsburgh, il y a deux semaines.

Les trouvailles de Belichick

Bill Belichick a toujours misé sur le potentiel de joueurs méconnus pour compléter l'alignement des Patriots de la Nouvelle-Angleterre année après année.
Qu'il s'agisse de joueurs sélectionnés dans les dernières rondes du repêchage par les Patriots ou encore d'athlètes ignorés par les 32 formations de la NFL à cette période précise de l'année, Belichick a toujours eu le don d'identifier les joueurs sous-estimés par ses pairs. Et il a pris un malin plaisir à faire de certains d'entre eux des joueurs très importants au sein de sa troupe, pas seulement des spécialistes des unités spéciales comme c'est souvent le cas pour la majorité des équipes de la NFL.
La composition de l'alignement des Patriots cette année ne fait pas exception à la règle avec 14 joueurs qui ont fait leurs débuts dans la NFL après avoir été ignorés au repêchage, ainsi que 10 autres qui ont été sélectionnés seulement à compter de la cinquième ronde.
Parmi les 14 joueurs qui n'ont pas eu le plaisir d'être choisis au repêchage, huit ont participé au moins à une douzaine de matchs pendant la saison régulière. À commencer par le demi de coin Malcolm Butler (16 départs), le porteur de ballon LaGarrette Blount (8), les ailiers espacés Chris Hogan (14) et Danny Amendola, le centre David Andrews (16), le centre-arrière James Develin, le spécialiste des unités spéciales Brandon King et le botteur Ryan Allen.
Selon Belichick, la clé est d'identifier correctement les joueurs qui possèdent le plus de potentiel pour se développer davantage, peu importe l'endroit d'où ils proviennent. «Tous les joueurs admissibles au repêchage n'ont pas évolué à Alabama, au Michigan ou encore à USC. N'oubliez pas que faire le saut jusqu'à la NFL représente un énorme défi, même pour les joueurs qui proviennent des universités réputées pour leur programme de football.»
Alors que la plupart des équipes alignent un ou deux athlètes de cette catégorie, les Patriots sortent du lot en misant sur plusieurs joueurs productifs du genre. Julian Edelman était un quart-arrière à Kent State avant d'être choisi en septième ronde par les Patriots en 2009 pour ensuite devenir la cible de prédilection de Tom Brady sur les situations de troisième jeu. Il a confié récemment que Belichick lui avait dit qu'il n'avait aucune idée au départ de la façon dont il allait l'utiliser, mais qu'il aimait son attitude et qu'il finirait bien par lui trouver un rôle spécifique à remplir...
Du rugby au football
Nate Ebner, une machine à distribuer les plaqués au sein des unités spéciales repêchée en sixième ronde en 2012, a attiré l'attention des Patriots alors qu'il jouait au rugby dans les rangs universitaires. Avant de devenir le héros du Super Bowl entre les Patriots et les Seahawks de Seattle, il y a deux ans, avec une interception à la ligne des buts dans les derniers instants de la rencontre, le demi de coin Malcolm Butler avait été oublié au repêchage l'année précédente.
Le dernier membre à s'ajouter à cette confrérie est Chris Hogan, qui est sorti de nulle part pour capter neuf passes (180 verges) dans la finale de conférence contre Pittsburgh, il y a deux semaines. À l'université, il jouait à la crosse à Penn State, où il croisait parfois le fer avec Steve Belichick, un des fils du grand manitou des Patriots. Après une année de football à Monmouth et des passages sur les équipes de pratique des Giants de New York et des Dolphins de Miami, il a capté sa première passe de touché avec Buffalo en 2014 lors d'une défaite encaissée aux mains des Patriots.
Quand il est devenu joueur autonome à la conclusion de la saison 2015, les Patriots ont été la première organisation à le contacter. Selon Hogan, il y a un lien qui unit tous les joueurs dénichés de la sorte par Belichick et son entourage.
«Nous sommes tous des gars qui travaillent très fort. Nous possédons tous un esprit de compétition très élevé et nous sommes prêts à prendre tous les moyens à notre disposition pour aider notre équipe à gagner tous les matchs.»
Entre les lignes...
Dimanche soir, Tom Brady et les Patriots porteront leur chandail blanc. L'équipe qui portait son uniforme blanc a remporté 11 des 12 derniers Super Bowl.
Quelques jours après leur victoire sur Green Bay dans la finale de la Conférence nationale, les Falcons ont choisi de porter leur gilet rouge au Super Bowl, ce qui pourrait jouer contre eux puisque la formation portant l'uniforme blanc a remporté 11 des 12 derniers Super Bowl... Tom Brady a été tellement impressionné par la tenue du porteur de ballon Devonta Freeman (Falcons) depuis la saison dernière qu'il a été jusqu'à recommander à son fils de le repêcher dans son pool de football l'été dernier. Le quart-arrière des Patriots en est à sa septième participation au Super Bowl, une de plus que l'ex-joueur de ligne des Bills et des Broncos Mike Lodish... Le LIe Super Bowl représente pour Bill Belichick un 36e match en séries éliminatoires, ce qui lui permet de se retrouver sur un pied d'égalité avec les légendaires entraîneurs Tom Landry et Don Shula... Les universités Rutgers, Alabama, Stanford et LSU comptent quatre représentants chacune au SB, mais les Scarlet Knights sont davantage en évidence avec quatre joueurs partants (Devin McCourty, Logan Ryan, Duron Harmon chez les Patriots; Mohamed Sanu pour les Falcons).  François Ratté