Durant l’absence de Mathieu Sévigny, des recrues comme Conor Frenette obtiennent davantage de responsabilités chez les Tigres.

Les Tigres se regroupent dans l’adversité

VICTORIAVILLE — «C’est de l’adversité et on apprend dans toute forme d’épreuve. Ce qu’il faut retenir, c’est que les Tigres sont une grande famille, du président au 24e joueur. Et qu’on est ici pour jouer au hockey.»

Dimanche après-midi, Louis Robitaille insistait pour ne discuter que de hockey. Trois jours plus tôt, l’information a été rendue publique qu’un joueur d’âge mineur des Tigres a été arrêté au volant en état d’ébriété le 12 janvier, après que la direction de l’équipe ait donné 500 $ aux joueurs pour aller célébrer une victoire contre Rimouski.

La nouvelle a fait le tour de la province et les critiques envers le circuit junior majeur dans son ensemble, et l’organisation des Tigres en particulier, ont été assez virulentes.

«Le président est venu parler aux joueurs avant le match de vendredi et ils se sont servis de ça pour se regrouper», explique Robitaille, qui a vu ses protégés battre Sherbrooke 2-1, vendredi soir. Avant cela, Victo avait perdu 7-1 contre Drummond et 6-2 contre Rimouski, depuis ladite soirée.

«On a eu un engagement total des 20 joueurs qui ont joué ce match-là», souligne le coach. «Ils ont oublié les distractions et s’en sont tenus à une cause, qui était de gagner un match de hockey. On a vu une équipe engagée et c’était une belle marque de reconnaissance envers l’organisation.»

Sévigny encore sur la touche

Robitaille a ensuite parlé de son attaquant de 20 ans Mathieu Sévigny, de Québec, fils de l’ancien joueur de la LNH Pierre Sévigny et frère de Vincent, défenseur des Tigres.

Absent depuis le 16 novembre, Sévigny soigne encore les symptômes d’une commotion cérébrale. Et ce n’est pas sa première, lui qui avait raté deux mois pour les mêmes raisons, l’an dernier.

«On veut que Mathieu revienne à 100 % et non à 80 ou 85 %. On ne veut pas qu’il ressorte. Il a un historique de blessures au haut du corps dans les dernières années et le cheminement actuel est positif. Mais je ne veux pas spéculer sur une date de retour, que ce soit au début de février, fin février ou en mars», indique Robitaille.

Par son jeu et son expérience, l’aîné des Sévigny s’avère irremplaçable, clame son patron. Mais durant cette absence prolongée, des recrues comme Conor Frenette et Tyler Boivin obtiennent davantage de responsabilités. Même un gars comme Olivier Mathieu, obtenu des Remparts aux Fêtes, bénéficie de plus de temps de jeu dans les circonstances.

Retrouver ses Bears

Remparts et Tigres viennent de s’affronter deux fois en 10 jours et se retrouveront ensuite le 19 février au centre Vidéotron, durant le Tournoi international pee-wee. Robitaille y retrouvera d’ailleurs plusieurs amis de l’organisation des Bears de Hershey, avec qui il a joué trois saisons dans la Ligue américaine de 2005 à 2008.

Fiston Robitaille, qui passe l’hiver avec maman à Hershey, pourrait bien participer au Tournoi pee-wee l’an prochain, avec les petits Bears.