Jim Montgomery est devenu officiellement vendredi le deuxième entraîneur en trois ans — l'autre est Dave Hakstol des Flyers — à faire le saut des rangs universitaires à la LNH. Celui qui a déjà porté les couleurs du Canadien dirigera les Stars de Dallas.

Les Stars confirment l'embauche de Jim Montgomery comme entraîneur-chef

DALLAS — Lorsque le dg Jim Nill amorcé sa quête d’un troisième entraîneur-chef en cinq ans après le départ de Ken Hitchcock, il a jeté un coup d’œil au talentueux groupe de joueurs des Stars de Dallas, qui demeurent parmi les plus jeunes dans la LNH. Et il a constaté que son nouveau «coach» devrait certainement être habitué à interagir avec de jeunes hockeyeurs.

C’est une des raisons qui a guidé le choix de Nill vers Jim Montgomery, qui est officiellement devenu vendredi le deuxième entraîneur-chef en trois ans à faire le saut des rangs universitaires jusqu’à la LNH, après Dave Hakstol (Philadelphie). Avant eux, seuls Ned Harkness (de Cornell aux Red Wings de Detroit en 1970) et Bob Johnson (de l’Université du Wisconsin aux Flames de Calgary en 1982) avaient emprunté une voie aussi rapide.

«Je crois que le hockey change, et en fin de compte, c’est une question de relations avec les joueurs», a reconnu Nill. «C’est une question de communiquer avec de jeunes joueurs et, par-dessus tout, gagner. Et il l’a fait.

«Nous l’avions dans notre mire», a plus tard ajouté Nill. «Il avait cette passion, ce feu en lui. Il a bâti son curriculum vitae de la bonne manière. La clé, c’est de gagner, et il a trouvé un moyen pour y arriver, surtout dans le hockey d’aujourd’hui.»

Échangé contre Carbo

Montgomery est lié à la petite histoire du Canadien, qui l’avait obtenu en 1994 des Blues contre son capitaine Guy Carbonneau, chassé pour un doigt d’honneur fait à un photographe de presse lors d’une ronde de golf quelques jours après l’élimination contre Boston. Au total, il a joué 122 matchs dans la LNH avec St. Louis, Montréal, Philadelphie, San Jose et Dallas.

«J’espère que ma carrière d’entraîneur sera plus longue», a blagué le Montréalais de 48 ans, qui a affiché un dossier de 125-57-26 lors des cinq dernières années à la barre de l’équipe de l’Université de Denver, incluant un championnat national en 2016-2017. Il vient au deuxième rang parmi tous les entraîneurs universitaires pendant cette période.

«Nous aimions notre vie à Denver et j’adorais mon travail. La seule raison pour me faire quitter une merveilleuse position, c’était de profiter d’une meilleure opportunité», a expliqué, le père de quatre enfants.

Montgomery succède à Ken Hitchcock, qui a pris sa retraite à l’issue de la dernière saison mais qui demeure associé à l’équipe à titre de conseiller spécial.

Montgomery se joint à une formation menée par les attaquants étoiles Jamie Benn et Tyler Seguin, l’un des meilleurs défenseurs offensifs en John Klingberg et le gardien Ben Bishop. «Lorsque je regarde cette formation, je suis vraiment emballé. Il y a tout ce que vous recherchez. Il y a des joueurs étoiles. Il y a de la profondeur. Il y a des joueurs au physique imposant, il y a des joueurs talentueux. Il y a de la vitesse à chacune des positions.»

Les Stars étaient en excellente posture pour participer aux séries en mars avant de plonger dans une séquence de huit revers, dont les six premiers à l’étranger. Malgré cela, ils sont passés de 79 points lors de la dernière saison de Lindy Ruff à 92 avec Hitchcock.