L’entraîneur-chef des Sharks de San Jose, Peter DeBoer, ne croit pas que les Golden Knights soient un feu de paille. Même s’ils en sont à leur première saison dans la LNH, l’équipe de Las Vegas compte un bon noyau de joueurs.

Les Sharks prennent les Golden Knights au sérieux

MONTRÉAL — Lorsque les Sharks de San Jose ont amorcé la saison, ils prévoyaient sans doute batailler avec les Ducks d’Anaheim, les Oilers d’Edmonton et les Kings de Los Angeles, mais probablement pas les Golden Knights de Vegas. Aujourd’hui, il n’y a plus d’étonnement chez les Sharks.

Avec leur dossier pourtant respectable de 44 points en 36 parties, avant d’affronter le Canadien, mardi soir, les hommes de Peter DeBoer affichaient un recul de 10 points sur l’équipe d’expansion. À écouter parler DeBoer, mardi matin, les Sharks devront travailler d’arrache-pied pour combler le recul.

«Un peu comme tout le monde, je suis surpris de les voir où ils sont. J’ai été étonné de leur rendement lorsque nous les avons affrontés cette saison, a déclaré DeBoer en faisant allusion au match du 24 novembre, à Las Vegas, remporté 5-4 en prolongation par les Golden Knights.

«Vous les affrontez et vous réalisez qu’il faut les prendre au sérieux. Ce n’est pas un accident et je ne pense pas que ça va s’estomper. Ils jouent trop bien. Ils comptent sur un groupe de joueurs motivés. Surtout, ce sont des joueurs de la LNH qui composent leur formation. Ils ne sont pas dans une situation où ils doivent développer des joueurs de 19 et de 20 ans. Leur quatrième trio est composé de joueurs de calibre de la LNH. Leurs 5e, 6e, 7e et 8e défenseurs sont des vétérans de la LNH. Ils comptent sur un excellent gardien et Gerard [Gallant, l’entraîneur-chef] a accompli du travail de qualité.»

Le défenseur Marc-Édouard Vlasic abondait dans le même sens tout en rappelant que le contexte les a quelque peu favorisés. «Ils ont eu plus de chances que d’autres équipes d’expansion. Mais ils sont bons. Je ne prévois pas l’avenir, mais ils ont un bon système et un bon entraîneur. Ils ont de bons joueurs qui travaillent très fort et Marc-André Fleury est un des meilleurs gardiens de la LNH.»

Défensive solide

Les Sharks se sont présentés à Montréal avec l’une des meilleures défensives de la LNH, malgré un cinglant revers de 6-0 encaissé aux mains des Stars de Dallas, dimanche. Les Sharks se débrouillent bien défensivement même si Brent Burns affiche un ratio défensif de -16.

«Ça ne me préoccupe nullement», a lancé DeBoer, lorsque questionné au sujet de Burns. «Il est un de nos meilleurs joueurs, sinon notre meilleur joueur soir après soir. C’est le genre de statistiques que l’on peut mettre de côté», a-t-il ajouté en faisant allusion au dossier plus-moins de Burns.

Le colosse et coloré défenseur n’avait pas autant de verve que son entraîneur. Sa mêlée de presse a duré à peine deux minutes, et ses réponses ont rarement atteint les 10 mots. «Tout ce qui m’intéresse vraiment, c’est ma sieste d’après-midi et mon repas d’avant-match», a entre autres déclaré Burns, qui a vraiment donné l’impression de vouloir être ailleurs.

Si les Sharks excellent sur le plan défensif, c’est beaucoup grâce au jeu collectif et aussi au gardien Martin Jones, soutiennent DeBoer et Vlasic.

«Le jeu défensif, ce sont nos assises, a décrit DeBoer. Nous avons de bons défenseurs, un bon gardien et nous travaillons par groupe de cinq. Nous nous faisons une fierté de bien jouer en défensive et lorsque nous ne possédons pas la rondelle.»

Quant à Jones, qui est bien épaulé par Aaron Dell, il a des allures de Carey Price, selon Vlasic. «Sa contribution est très importante, a rappelé Vlasic au sujet de Jones. Il est un très bon gardien, très efficace. Il me fait penser à Price par son calme. Rien ne le dérange. Et il fait des arrêts-clé aux bons moments.»