Giannis Antetokounmpo est l’une des raisons pourquoi les Bucks de Milwaukee ont connu autant de succès cette saison dans la NBA. Le basketteur natif de la Grèce a obtenu une moyenne de 27,7 points par match, un sommet pour lui en carrière.

Les séries s’amorcent dans la NBA­

MONTRÉAL — Les séries de la NBA débutent samedi et dimanche, alors que quatre matchs seront à l’affiche lors de chacune des journées du week-end. Voici un aperçu des forces en présence :

Est

Milwaukee (1) c. Detroit (8)

Les Pistons ont eu besoin de victoires tardives contre Memphis et New York pour se qualifier de justesse. Voilà qui inspire peu confiance face à la formidable machine des Bucks, propulsés par le joueur tout étoile Giannis Antetokounmpo, un nouvel entraîneur en Mike Budenholzer et un aréna tout neuf.

Toronto (2) c. Orlando (7)

Les Raptors ont maintenu leur place parmi l’élite. Il reste à voir jusqu’où ça les mènera en séries. Ils ont de nouvelles armes comme Kawhi Leonard et Danny Green, et Pascal Siakam a vraiment connu une éclosion cette saison.

Orlando a conclu la saison avec cinq victoires en six matchs, à compter du 30 mars. Le Magic se trouve en séries pour la première fois depuis 2012. Le club compte notamment sur Terrence Ross, un ancien des Raptors, et Khem Birch, un natif de Montréal.

Philadelphie (3) c. Brooklyn (6)

Joel Embiid et Jimmy Butler ne sont que deux des éléments forts d’un groupe très équilibré, qui voudra aller plus loin que d’être écartés en cinq matchs lors du deuxième tour, comme l’an dernier. Devant eux se dresseront les Nets, qui ont fait d’immenses progrès en gagnant 14 matchs de plus qu’en 2017-18.

Boston (4) c. Indiana (5)

Les Pacers ont surmonté la blessure au genou qui a mis fin à la saison de Victor Oladipo, le 23 janvier. Ils ont toutefois joué pour moins de ,500 depuis ce temps. Quant aux Celtics, le groupe de Brad Stevens veut effacer l’amertume d’avoir perdu en sept matchs en finale de l’Est contre Cleveland, l’an dernier.

Ouest

Golden State (1) c. Clippers (8)

L’Ontarien Shai Gilgeous-Alexander fait partie de la relève des Clippers, lui qui a fourni en moyenne 10,8 points par match, à sa première année chez les pros.

Champions de la NBA trois fois en quatre ans, les Warriors sont toujours aussi bien rodés et extrêmement résilients. Ils voudront aussi conclure avec un coup d’éclat leur passage de près de 50 ans au Oracle Arena à Oakland, avant de s’installer à San Francisco.

Denver (2) c. San Antonio (7)

À sa troisième saison, il s’agit d’une première percée en séries pour l’Ontarien Jamal Murray, des Nuggets. Il a réussi un sommet personnel avec 18,2 points par match, en moyenne.

Parmi les clubs en séries, Denver est l’une des moins redoutables à l’étranger (20-21), et San Antonio l’une des plus solides à la maison (32-9). Le potentiel est là pour une série très serrée. L’une des figures de proue des Spurs est l’ancien des Raptors DeMar DeRozan.

Portland (3) c. Oklahoma City (6)

Il serait mal avisé de négliger une équipe comptant sur l’épatant Russell Westbrook, d’autant plus que le Thunder a terminé la saison régulière en méritant cinq gains d’affilée.

Quant aux Blazers, ils ont fait encore mieux que la saison dernière. Mais leur printemps 2018 a fini en queue de poisson : la formation a été balayée au premier tour, par les Pelicans. L’année d’avant, ce sont les Warriors qui leur ont servi la même médecine, à la même étape.

Houston (4) c. Utah (5)

James Harden a été de loin le meilleur pointeur de la NBA (36,1 points par match), ce qui risque d’arriver quand vous cumulez neuf matchs de 50 points ou plus. Le Jazz a été bien ordinaire ailleurs qu’en Utah (21-20), ce qui tend à favoriser largement les Rockets, victorieux à leurs sept derniers matchs à Houston.