Limité à un simple à sa première apparition au bâton face aux Rockies, jeudi, Ronald Acuna Jr a vu prendre fin à trois sa séquence de matchs consécutifs avec un circuit comme premier frappeur du match. Blanchi par la suite, le jeune prodige n’a donc pas pu frapper la longue balle dans un sixième match de suite.

Les séquences d'Acuna Jr prennent fin

NEW YORK — Avant de sauter sur le terrain jeudi après-midi avec les Yankees, Aaron Judge a vu la reprise du lancer qui a atteint Ronald Acuna Jr, mercredi soir. Le grand voltigeur a ressenti la douleur du jeune prodige des Braves d’Atlanta.

Judge, qui a frappé 52 circuits l’an dernier, comprend très bien les risques que courent les frappeurs de puissance. Le principal risque est directement relié à la frustration des lanceurs adverses. «Oh, oui, j’ai déjà vécu ça», confie le géant des Yankees. 

Atteindre un frappeur juste parce qu’il frappe des circuits? C’est ce qu’a fait Jose Urena, des Marlins, sur le premier lancer du match. Une fumante balle rapide de 97 mi/h dans la région des côtes. Acuna, en tentant de se protéger, a reçu l’hostile offrande à l’avant-bras.

Le Vénézuélien de 20 ans était à ce moment au cœur d’une séquence fantastique, lui qui avait frappé la longue balle comme premier frappeur du match lors des trois premiers duels de la série contre les Marlins. Le voltigeur s’était aussi présenté au stade mercredi fort d’une séquence de cinq matchs d’affilée avec un coup de quatre buts.

En raison de la douleur, Acuna avait dû quitter le match au moment où il se rendait en défensive en deuxième manche.  

Toutefois, deux bonnes nouvelles sont survenues. Tout d’abord, comme aucune apparition au bâton officielle n’a été portée à sa fiche mercredi, ses séquences n’ont pas pris fin. Puis, comme les examens n’ont révélé aucune blessure sérieuse, Acuna a pu reprendre sa place au premier rang du rôle offensif des Braves, jeudi soir, contre les Rockies du Colorado. 

Limité à un simple à sa première présence au marbre, le jeune prodige n’a toutefois pu répéter l’exploit de Brady Anderson, qui, en 1996, avait réussi un circuit comme premier frappeur des Orioles lors de quatre rencontres d’affilée.

Acuna a ensuite été blanchi par les lanceurs des Rockies — qui l’ont emporté 5-3 —, ce qui a stoppé à cinq son nombre de matchs consécutifs avec un circuit. Le record des majeures à ce chapitre est de huit, marque détenue par trois joueurs : Dale Long (Pirates, 1956), Don Mattingly (Yankees, 1987) et Ken Griffey Jr (Mariners, 1993).

Suspendu pour six matchs

Pour revenir à Urena, il a affirmé qu’il visait simplement le coin intérieur et qu’il a simplement raté la cible. Le droitier de 26 ans n’a toutefois pas été cru par les autorités du baseball majeur, qui l’ont suspendu pour six matchs, en plus de lui imposer une amende.

Les Braves non plus n’ont pas cru le lanceur des Marlins. Le joueur vedette Freddie Freeman a souligné «le manque de classe total de Jose Urena», alors que le gérant Brian Snitker n’a pas hésité à se placer aux premiers rangs de la mêlée ayant éclaté quelques instants après le lancer répréhensible. «Je ne me souviens pas d’avoir ressenti autant de colère qu’à ce moment-là», a déclaré Snitker, qui a été expulsé de la rencontre. 

Le vétéran voltigeur des Rays, Kevin Kiermaier, croit qu’on peut parfois viser intentionnellement un frappeur, mais que ce genre de geste doit demeurer isolé et survenir dans des circonstances bien précises. Il se souvient que, lorsqu’il était recrue, les lanceurs des Rays ont atteint deux fois la vedette des Yankees Derek Jeter.

Même si ce n’était pas intentionnel, «je savais que la revanche devait survenir et que je serais visé», explique Kiermaier, qui était le premier frappeur au retour des Rays en offensive. «Le gars a effectivement tenté de m’atteindre et ça ne m’a pas choqué.»

Mais dans le cas d’Urena, Kiermaier n’a pas hésité à condamner son geste. «Le gars frappe bien, et l’autre club le vise à cause de ça? J’ai un gros un problème avec ça.»

Michael Young, ancien joueur d’avant-champ qui a participé sept fois au Match des étoiles, a abondé dans le même sens. «Tu ne vises pas des gens juste parce qu’ils font leur travail», a écrit l’ancien des Rangers sur Twitter, ajoutant que lancer à l’intérieur juste pour faire peur à un frappeur, ça ne fonctionne pas dans les majeures.

«Tu ne peux pas freiner un frappeur de cette manière», a précisé Young. «Il ne fait que rire dans sa tête et il t’attend de pied ferme pour te cogner solidement par la suite.»