Le gardien des Remparts Kyle Jessiman a réalisé 36 arrêts face au Drakkar, dont quelques-uns furent miraculeux. Il a d’ailleurs blanchi ses rivaux pendant les 51 premières minutes de la rencontre.

Les Remparts se montrent coriaces à Baie-Comeau

BAIE-COMEAU — Sur papier, le Drakkar ne devait faire qu’une bouchée des Remparts, mais un match de hockey, faut-il le rappeler, se joue sur la glace. Les Baie-Comois ont eu besoin de la prolongation pour disposer des Québécois par la marque de 2-1, mercredi au Centre Henry-Leonard.

L’organisation du Drakkar avait promis une victoire à ses partisans mercredi, sinon leurs billets étaient remboursés. Le patron des Diables rouges, Patrick Roy, a bien tenté de contribuer à sa façon à la réussite de cette promotion, laissant Philipp Kurashev, Sam Dunn, Étienne Verrette et Luke Kutkevicius à Québec, tout en devant se passer d’Aleksei Sergeev, blessé.

Mais le reste de l’alignement, particulièrement le gardien Kyle Jessiman (36 arrêts, dont quelques-uns miraculeux), ne l’entendait pas de cette oreille. C’est finalement un but de Shawn Element (17e), à 2:14 de la prolongation, qui a permis aux siens d’atteindre le plateau des 100 points au classement et de conserver une priorité d’un point sur Halifax au sommet de l’association Est.

Roy a bien aimé de ce qu’il a vu de ses jeunes «et pas à peu près à part ça», a-t-il déclaré. «Nos jeunes ont joué un très fort match, avec deux 16 ans et deux 17 ans à l’arrière. Dommage qu’on ait eu deux crampes au cerveau sur le but en prolongation, car à part ça, on a livré un très bon match.»

Le pilote des Remparts a assuré que ce voyage à Baie-Comeau n’avait pas pour objectif de montrer au Drakkar, possible adversaire en première ronde, que les Remparts étaient en mesure de rivaliser, «mais c’est sûr qu’en gardant le match serré comme ça, c’est bon pour notre confiance», a-t-il fait valoir. «Mais les séries, ce sont les séries. Il faut continuer d’ici là à améliorer notre jeu et on est encore loin de savoir contre qui on va jouer.»

Une analogie

Son vis-à-vis Martin Bernard a fait une analogie avec le monde de la construction pour expliquer la prestation des siens. «On a posé le gyproc, mais on a eu de la misère à tirer les joints», a-t-il fait remarquer. «On manquait de finition et on a manqué le filet assez souvent, car on a eu des opportunités en or. Quand on ne marque pas, les gars deviennent un peu stressés.»

Le Drakkar a pris un peu trop de pénalités (six) au goût de l’entraîneur-chef et pour ce dernier, «c’est un objectif qui n’a pas été atteint, car c’est là qu’ils [les Remparts] ont eu le momentum. On va tirer une leçon de ça.» Le total de pénalités a toutefois démontré que l’unité en désavantage numérique du Drakkar abat un travail colossal et Bernard en a profité pour lever son chapeau à son adjoint Jean-François Grégoire. «J-F fait un superbe travail avec les gars en désavantage numérique», a-t-il lancé.

Thomas Caron a inscrit le seul but des visiteurs à 4:39 du premier vingt, sur une bévue de Keenan MacIsaac. Les 1818 spectateurs présents dans l’enceinte ont dû patienter jusqu’à la 12e minute du dernier engagement pour voir le premier but du Drakkar, le 33e de la saison de Gabriel Fortier.

NOTES: Mathieu Charlebois purgeait le troisième de ses quatre matchs de suspension. Blessé, Yaroslav Alexeyev était aussi absent… Avant la rencontre, une minute de silence a été observée en hommage à Alec Reid de l’Armada de Blainville-Boisbriand, récemment décédé…Le Drakkar complétera son calendrier régulier en recevant l’Océanic de Rimouski vendredi et samedi.