Patrick Roy, qui n’a jamais vu jouer en personne sa nouvelle acquisition, a l’intention de jumeler le nouveau venu russe Alexei Sergeyev à Philipp Kurashev, un Suisse d’origine russe.

Les Remparts repêchent le Russe Alexei Sergeyev

Personne chez les Remparts n’a vu jouer Alexei Sergeyev en chair et en os. Ce qui n’a pas empêché le club junior de Québec de choisir l’attaquant russe de 18 ans au repêchage européen, jeudi.

La venue de Sergeyev chez les Remparts est liée au retour à Québec de l’autre joueur européen, le Suisse aux origines russes Philipp Kurashev, pour une troisième saison. Sergeyev et Kurashev sont tous deux clients de l’agence de joueurs Will Sports, dirigée par Ian Pulver et Igor Larionov.

Sergeyev est d’ailleurs destiné à évoluer à l’aile de Kurashev au sein du premier trio des Remparts, l’automne prochain. «Ce n’est pas un gros bonhomme, mais il possède de bonnes habiletés et un sens du hockey qui sort de l’ordinaire», a affirmé le directeur général et entraîneur-chef Patrick Roy, après avoir arrêté son choix sur le patineur de 5’9” et de 185 livres (no 76 sur la vidéo youtube.com/watch? v=y8a72ZFuCzs).

«On sait que notre joueur-clé cette année sera Kurashev, à 19 ans, et on voulait s’assurer de lui trouver un joueur avec lequel il allait connecter et aurait du plaisir à jouer», a continué Roy, qui a suivi la séance de sélection en ligne de ses bureaux au Centre Vidéotron en compagnie du recruteur en chef Christian Vermette et des adjoints Martin Laperrière et Benoît Desrosiers.

Sélectionné par Québec au 31e rang, premier choix européen le plus reculé pour les Remparts depuis Auguste Impose en 2015 (38e), le natif de Rybinsk a passé la dernière saison dans le circuit junior russe MHL au sein des Snezhnye Barsy (Léopards des neiges) d’Astana, au Kazakhstan. Où il a inscrit 20 buts et 41 points en 58 rencontres.

Se fier sur une vidéo

Aucune équipe de la LNH ne s’est attaché ses services lors de la récente séance de repêchage amateur, il y a une semaine, tout comme aucun club junior majeur canadien n’avait voulu courir le risque l’an dernier sans l’avoir vu jouer en personne.

«C’était l’occasion pour moi de démontrer ma loyauté envers le groupe de Larionov», reconnaît Roy, avouant avoir hâte de voir sa nouvelle acquisition en action sur la patinoire.

Après avoir bien analysé les vidéos expédiées par Larionov, Vermette prête à la fois à Sergeyev «un instinct de marqueur qui saute aux yeux et de bonnes habiletés de passeur. C’est ça qu’on a acheté», résume le responsable du recrutement et directeur général adjoint.

Joint au téléphone, Larionov parle d’un joueur «doté dans tous les aspects du jeu». Il voit aussi très bien ses protégés Sergeyev et Kurashev évoluer sur la même ligne, bien qu’ils ne se soient jusqu’ici jamais côtoyés.

Sergeyev est en ce moment à la maison en Russie et suit des cours d’anglais, langue qu’il ne maîtrise pas encore, en attendant son visa. Kurashev parle aussi russe.

Sergeyev devient le 30e joueur et le 12e Russe retenu par les Remparts dans le cadre de ce repêchage de joueurs non nord-américains depuis leur renaissance en 1997, mais premier Russe depuis le fiasco Vladislav Kamenev en 2014. Sorti deuxième au total, Kamenev ne s’était jamais pointé le nez à Québec.

Le tout premier choix au repêchage européen de la LCH, jeudi, a été l’ailier slovaque Maxim Cajkovic, par les Sea Dogs de Saint-Jean. Cajkovic jouait en Suède, l’hiver dernier.

Baie-Comeau et Rimouski étant déjà nantis de deux joueurs européens, Drakkar (16e et 76e) et Océanic (43e et 103e) n’ont pas réclamé de joueur. Québec a aussi passé son tour pour sa seconde sélection prévue au 91e rang.

Le camp présaison des Remparts s’amorcera le 15 août et les premiers coups de patins donnés le 16.