Colten Ellis s'est dressé devant les joueurs des Remparts.
Colten Ellis s'est dressé devant les joueurs des Remparts.

Les Remparts perdent un duel serré contre l’Océanic

Les Remparts de Québec se sont inclinés 2 à 1 jeudi soir dans un duel très serré contre l’Océanic de Rimouski au Centre Vidéotron, une défaite pour laquelle l’entraîneur-chef Patrick Roy ne pouvait toutefois pas vraiment en vouloir à ses joueurs.

«On a vraiment fourni un bel effort, j’ai adoré la performance de l’équipe», a d’abord déclaré Roy dans son allocution d’après la partie avant de tempérer un peu. «Je suis un peu amer, car on a joué un bon match et qu’on n’a pas trouvé une façon de gagner, mais, en même temps, c’est le type de hockey qu’on doit jouer», a-t-il poursuivi.

«Malheureusement, ce sont deux jeux où la rondelle ne roulait pas de notre bord qui ont donné les buts de l’Océanic. Sur le premier, la rondelle a dévié sur un patin et sur le second, c’est une rondelle échappée et ça aurait pu aller d’un côté comme de l’autre», enchaîne-t-il.

Roy a bien apprécié la façon dont les siens ont su limiter les chances de marquer de l’adversaire en protégeant le gardien Tristan Côté-Cazenave, qui a repoussé 34 tirs et reçu la deuxième étoile malgré le revers.

«On a donné beaucoup de tirs, mais ils étaient beaucoup moins dangereux que d’habitude. L’équipe a joué un bon match contre une équipe qui venait d’aller chercher de gros joueurs, alors on a prouvé qu’on pouvait être compétitifs contre n’importe qui», a d’ailleurs déclaré le gardien des Remparts, saluant lui aussi l’effort de ses confrères.

C’est une erreur d’Aleksei Sergeev, également auteur de l’unique but des Remparts, qui a coûté le match aux Diables rouges en début de troisième. Le Russe a échappé la rondelle en zone neutre et Zachary Bolduc s’en est emparé pour filer devant le but de Côté-Cazenave, qu’il a battu du côté de la mitaine.

Le gardien de l’Océanic et espoir des Blues de Saint-Louis Colten Ellis a pour sa part repoussé 29 rondelles. Les visiteurs avaient brisé la glace à 4:44 de la première période quand Nicolas Guay, laissé seul à la droite de Côté-Cazenave, s’était emparé d’une passe d’Andrew Coxhead qui avait drôlement rebondi sur un patin pour marquer sans difficulté.

«Il n’y avait pas beaucoup d’espace sur la glace, les deux équipes ont bien fait ça. C’était un match de patience», a pour sa part commenté l’entraîneur des vainqueurs, Serge Beausoleil, qui avait de bons mots sa recrue Bolduc, dont le but était le 19e de la saison, et pour Ellis, qui revenait au jeu après plus de deux mois d’absence. 

«Quand ton gardien numéro un revient et qu’il a l’air en pleine forme comme s’il n’avait jamais laissé, tu ne peux pas vraiment demander mieux», a repris Beausoleil, dont les protégés n’avaient remporté que deux de leurs 10 derniers matchs avant jeudi soir.

NOTES : Le surdoué Alexis Lafrenière rejoindra l’Océanic vendredi après avoir remporté la médaille d’or et le titre de joueur par excellence avec l’équipe canadienne aux championnats mondiaux junior. L’entraîneur Serge Beausoleil avoue que ce retour sera le bienvenu, mais il perdra de nouveau Lafrenière la semaine prochaine puisque l’attaquant s’envolera vers Hamilton pour prendre part au Match des Meilleurs Espoirs dont il sera l’un des deux capitaines avec Quinton Byfield des Wolves de Sudbury... Quant au russe Dimtry Zavgorodiy, il a recommencé à s’entraîner avec l’Océanic et devrait revenir au jeu dans un horizon de 7 à 14 jours selon Beausoleil... L’ex-capitaine des Remparts Étienne Verrette est venu saluer ses anciens coéquipiers jeudi soir. Il s’aligne maintenant avec les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières où il a retrouvé un autre ancien Rempart, Olivier Garneau, et plusieurs anciens adversaires de la LHJMQ.

+

UNE SENSATION PARTICULIÈRE POUR ANDREW COXHEAD

Andrew Coxhead l’avouait avant le match, son premier contre les Remparts depuis qu’il a quitté l’équipe le 15 décembre : ces retrouvailles lui provoquaient une sensation un peu particulière.

«C’est encore spécial de porter l’uniforme de l’Océanic car, pendant plus de trois saisons, c’était l’uniforme de mes grands rivaux!», racontait-il à propos de son passage dans le «camp ennemi».

«C’est bizarre de jouer contre mes “coéquipiers”... J’ai échangé quelques textos avec eux... On déconne un peu... Mais c’est très compétitif ce qu’on s’envoie. Il y a toujours cet aspect, quand tu affrontes ton ancienne équipe, tu veux être le meilleur et tes anciens coéquipiers veulent aussi être meilleurs que toi», poursuit-il.

Les visages ont cependant beaucoup changé dans le vestiaire des Remparts depuis l’arrivée de Coxhead en 2016. «Je crois que [Thomas] Caron et [Pierrick] Dubé sont les seuls qui soient encore là depuis ma deuxième année à Québec. J’ai joué avec [Darien] Kielb à mon année 16 ans, mais il avait été échangé ensuite avant de revenir cette année», reprend le joueur de centre originaire de Nouvelle-Écosse.

Malgré les chambardements provoqués par son échange contre Cole Cormier, Coxhead apprécie de se retrouver au cœur d’une équipe pouvant accéder aux plus grands honneurs cette année.

«C’est une chance spéciale d’avoir une opportunité comme celle-là», lance-t-il, ajoutant que ses coéquipiers de l’Océanic ne lui avaient pas encore demandé les «secrets» de son ancienne équipe. «Peut-être que ça va arriver sur la glace ce soir!», lance-t-il cependant en souriant.

Son nouvel entraîneur Serge Beausoleil était pour sa part très satisfait de la polyvalence de sa nouvelle acquisition. «Ça faisait longtemps que je voulais l’amener chez-nous. C’est un gros centre de 6 pieds 2 pouces qui joue bien partout et j’avais besoin d’un gars de 19 ans comme lui», commentait-il avant la partie.

«Je peux le mettre en avantage numérique, il est déjà sur la première unité de désavantage numérique et il est excellent pour gagner des mises en jeu», analyse l’entraîneur-chef et directeur général de l’Océanic à propos de l’ancien Diable rouge. Ian Bussières