L’entraîneur-chef Patrick Roy renvoie aux Saguenéens de Chicoutimi les deux choix de première ronde qu’il avait obtenus pour Félix Bibeau et leur envoie également son gardien Anthony Pagliarulo.

Les Remparts échangent Coxhead et Pagliarulo

La période des transactions a débuté sur les chapeaux de roues pour les Remparts de Québec alors que le directeur général et entraîneur-chef Patrick Roy a poursuivi le virage jeunesse de l’équipe en échangeant deux joueurs de 19 ans, le gardien Anthony Pagliarulo et l’attaquant Andrew Coxhead, pour aller chercher le jeune centre vedette Théo Rochette et l’ailier Cole Cormier.

Rochette, 17 ans, arrive de Chicoutimi comme la pièce maîtresse de la transaction qui avait envoyé le capitaine Félix Bibeau aux Saguenéens plus tôt cette semaine. Roy renvoie aux Sags les deux choix de première ronde qu’il avait obtenus pour Bibeau et leur envoie également Pagliarulo et le choix de deuxième ronde du Titan d’Acadie-Bathurst au repêchage de 2020. 

Quant à Coxhead, il prend le chemin de l’Océanic de Rimouski en échange de l’ailier de 17 ans Cole Cormier, fils du joueur de centre Derek Cormier, un produit du hockey universitaire des Maritimes qui a connu une belle carrière en Europe. Dans un échange plus mineur, Roy a aussi expédié le défenseur Félix-Olivier Chouinard aux Cataractes de Shawinigan en retour de l’arrière Gabriel Belley-Pelletier.

Pas facile

«Ce n’est jamais facile de laisser aller des joueurs comme ça, car ce sont tous de bonnes personnes. Malheureusement, quand on est dans le bas du classement, il faut penser à l’avenir», a affirmé Roy, qui a indiqué qu’il tenait énormément à faire l’acquisition de Rochette. «On va bâtir autour de lui et de nos joueurs de 16 ans. On va continuer à miser sur nos jeunes», a déclaré Roy à propos de celui qui a quatre buts et 12 aides en 19 matchs cette saison. «Rochette est un joueur électrisant, un joueur de talent qui a une bonne vitesse, une bonne lecture du jeu. Il est capable de jouer de bonnes minutes, est excellent en avantage numérique et il pourra éventuellement jouer en désavantage numérique.»

Il n’estime pas non plus avoir payé trop cher pour obtenir les services de celui qui avait été le septième choix du repêchage de 2018. «On avait besoin d’un centre numéro un pour jouer avec [James] Malatesta et il n’y avait pas de prix pour aller chercher ce type de joueur. Je suis convaincu qu’il aura un impact dans l’équipe dès le mois de janvier», a-t-il ajouté.

Rochette est né à Neuchâtel, en Suisse, mais sa famille a redéménagé au Québec alors qu’il avait cinq ans. Il a habité au Québec durant quatre ans, a commencé son hockey mineur ici avant de retourner en Suisse pour finalement revenir à nouveau au Québec dans la LHJMQ. «J’ai eu de très bonnes conversations téléphoniques avec Théo, j’ai parlé avec son père et sa famille. Le jeune est très content car il voulait jouer un rôle important dans une équipe à son année de repêchage. Nous, on va bâtir autour de lui», a commenté Roy.

Dans les plans

Roy a ajouté qu’il avait toujours été dans ses plans de réaliser plusieurs transactions à la mi-saison. «Quand l’année a commencé, mon plan était déjà d’aller dans cette direction. Par contre, comme on a bien débuté la saison, je me disais que ça allait me faire mal au cœur d’échanger Bibeau à Noël», a-t-il poursuivi, ajoutant que la structure de la Ligue et la formule des séries lui avaient un peu forcé la main dans l’exercice de reconstruction qu’il a entamé depuis son retour avec les Diables rouges.

«Le format des séries n’est vraiment pas avantageux pour nous», a déclaré Roy à propos de ses Remparts, qui sont actuellement à l’avant-dernier rang de l’association de l’Est. «Tu n’as qu’à regarder les Eagles du Cap-Breton. Dans notre conférence, ils sont en cinquième place alors qu’ils seraient en deuxième place dans l’association de l’Ouest.»

Quant au départ de Pagliarulo, il était un peu écrit dans le ciel avec l’acquisition du cerbère Tristan Côté-Cazenave des Tigres de Victoriaville samedi. «Oui, les performances de “Pag” ont pesé dans la balance. Il était parti fort cette année, mais il a eu des hauts et des bas par la suite», a confié Roy, qui ne regrette cependant pas du tout d’être allé le chercher l’an dernier. «Il s’amenait pour être l’adjoint de Kyle Jessiman et il a tellement joué du bon hockey qu’il est devenu le numéro un.»

+

SURPRIS D'AVOIR ÉTÉ ÉCHANGÉS

Tant le gardien Anthony Pagliarulo que l’attaquant Andrew Coxhead ont avoué qu’ils avaient été surpris par les transactions qui les ont envoyés respectivement à Chicoutimi et Rimouski. Les deux hockeyeurs sont toutefois très stimulés à l’idée de passer à des équipes qui peuvent aspirer aux grands honneurs dès cette année.

«J’étais surpris au début, je ne m’attendais pas à ça. J’étais un peu sous le choc», avoue Pagliarulo, ajoutant du même souffle qu’il a très hâte de se rapporter aux Sags. «Je vais rejoindre mon bon ami Alexis Shank à Chicoutimi. Nous avons joué au hockey mineur ensemble, de pee-wee à midget et même U13 et U14, alors on se connaît très bien. Il n’y a aucun autre gardien dans la Ligue qui me connaisse mieux que lui!» explique Pagliarulo.

«De plus, les Saguenéens sont une excellente équipe qui s’en va pour la coupe! Moi, à 19 ans, j’aimerais ça aller loin et, avec un gros club, ça attire plus de monde», poursuit celui qui n’a pas été repêché et aimerait bien attirer l’attention d’une équipe professionnelle.

Plus matures

Même si son ami Shank a le poste de numéro un à Chicoutimi, Pagliarulo garde une attitude positive. «[Le dg et entraîneur] Yanick Jean m’a appelé et m’a dit qu’il voulait gagner chaque soir, peu importe qui il envoyait devant le filet. De plus, je crois qu’avec des défenseurs plus expérimentés et plus matures devant moi, ça va simplifier mon travail. L’an passé, à Québec, il y avait beaucoup de défenseurs de 18 et 19 ans alors que cette année, à part [Darien] Kielb qui a 20 ans, le plus vieux était Chouinard qui a 18 ans et les autres avaient 17 ou 16 ans», analyse-t-il.

Le gardien de but conservera cependant un excellent souvenir des Remparts et de l’entraîneur-chef Patrick Roy. «Patrick est le premier coach qui m’ait donné le poste de numéro un et je lui en serai reconnaissant pour toujours. J’ai vécu de beaux moments dans les séries l’an dernier alors qu’on a livré une bonne lutte aux Mooseheads de Halifax.»

Comme «une coupure»

Quant à Coxhead, qui n’a pas connu d’autre organisation que celle des Remparts dans la LHJMQ, il avoue prendre l’échange comme «une coupure». «Je suis un peu surpris, je pensais avoir de bonnes chances de rester à Québec jusqu’à la fin de mon stage junior. C’est difficile de quitter une bonne organisation comme les Remparts», a confié le natif de Bedford, en Nouvelle-Écosse.

«J’ai compris que Patrick [Roy] voulait amener des joueurs plus jeunes et des choix au repêchage à Québec. De mon côté, je suis très excité à l’idée de jouer dans la même équipe qu’Alexis Lafrenière, considéré comme le premier choix potentiel du prochain repêchage de la LNH», enchaîne-t-il en ajoutant que ses meilleurs souvenirs avec les Remparts sont sa première participation aux séries et son premier match au Centre Vidéotron.

+

AILLEURS DANS LA LIGUE

  • Les Saguenéens de Chicoutimi donnent leur premier choix au repêchage de 2020 aux Moosheads d’Halifax en échange du défenseur Patrick Kyte.
  • L’Armada de Blainville-Boisbriand envoie le défenseur Samuel Bolduc au Phoenix de Sherbrooke en échange du défenseur Yann-Félix Lapointe, d’un choix de première ronde en 2020 et de choix de deuxième et troisième rondes en 2022.
  • Les Wildcats de Moncton expédient le gardien Charles-Antoine Lavallée aux Cataractes de Shawinigan, qui donnent en retour leur choix de troisième ronde en 2020 et celui de quatrième ronde en 2021.
  • Les Tigres de Victoriaville échangent l’ailier Tyler Boivin aux Olympiques de Gatineau, qui cèdent en retour leur choix de neuvième ronde en 2021.