Ayant purgé une suspension de sept matchs plus tôt cette saison pour une mise en échec dangereuse, le défenseur des Remparts Christian Huntley n’a pas chômé depuis son retour au jeu, le 20 octobre.

Les Remparts confiants malgré les absents

C’est avec une défensive toujours affectée par les blessures que les Remparts (3es) s’apprêtent à recevoir trois équipes de tête de la LHJMQ au Centre Vidéotron en fin de semaine, soit Halifax (2e), mercredi, Moncton (4e), vendredi, et Blainville-Boisbriand (6e), dimanche.

En l’absence d’Andrew Picco (épaule) et de Tomas Dajcar (haut du corps), les Remparts ont dû composer avec une brigade amoindrie, au cours des dernières semaines. Cette dernière a toutefois su se tirer d’affaire, grâce au travail acharné des Sam Dunn, Benjamin Gagné et plus récemment Christian Huntley, qui ont pris les bouchées doubles.

Ayant purgé une suspension de sept matchs plus tôt cette saison pour une mise en échec dangereuse, ce dernier n’a pas chômé depuis son retour au jeu, le 20 octobre. Et à la veille de la visite des talentueux Mooseheads, menés en attaque par les Zadina, Fortier et Groulx, le Néo-Écossais de 18 ans sait qu’une autre grosse soirée de travail l’attend, mercredi.

«On doit vraiment être prêts pour ce match et jouer beaucoup mieux qu’en fin de semaine. Si nous jouons selon nos forces, nous pouvons les battre. Nous l’avons fait à Halifax. Parce que oui, on doit respecter leurs habiletés, mais en même temps, on pense que nous sommes une équipe talentueuse, nous aussi, et qu’on peut jouer avec eux autres», a estimé Huntley, qui était toujours sous le coup de sa suspension, lors de la victoire en prolongation de 3-2 des Remparts à Halifax, le 6 octobre.

L’entraîneur-chef Philippe Boucher, qui se repose présentement beaucoup sur Huntley avec l’insertion des recrues Braeden Virtue et Gabriel Villeneuve, ne tarit pas d’éloges au sujet de son défenseur, qui a pris du galon à chacune de ses trois saisons avec les Remparts.

«Huntley, on a passé énormément de temps à travailler avec lui au cours des deux dernières années, à lui donner du temps de glace de qualité, pendant que l’équipe se cherchait un petit peu plus après les Fêtes, et ça porte fruit, en ce moment. On lui a donné un rôle accru quand il n’était peut-être pas encore prêt pour l’assumer, mais il peut le faire aujourd’hui, à 18 ans», a indiqué le pilote, après l’entraînement des siens, au Centre Vidéotron, mardi.

Selon Boucher, Huntley est un défenseur aussi intelligent que complet et qui peut exceller dans diverses phases du jeu. «C’est un gars très cérébral, mais qui est capable de s’impliquer physiquement. C’est un gars qui pense la game, qui peut la jouer comme il faut. Il travaille fort dans le gym. Ce n’est pas de la chance. On a toujours pensé que c’était un leader. Il est en train de nous le démontrer», a estimé l’entraîneur.

Quatre bons trios

Ce dernier espère par ailleurs que le récent réveil de certains de ses éléments offensifs, notamment Boucher, Garneau et Gentile, se poursuivra face aux Mooseheads, mercredi. Les Remparts en auront besoin!

«On a vu les Mooseheads, lorsqu’on est allés là-bas. On ne peut pas y aller chance pour chance avec eux autres. Mais on a quatre bonnes lignes nous aussi. On peut donc y aller par vagues. Mais c’est sûr qu’on ne pourra pas ouvrir la machine et s’exposer à des surnombres, ou encore jouer en désavantage numérique, contre eux autres», a convenu Boucher, qui devrait pouvoir miser sur le retour au jeu du vétéran de 20 ans, Austin Eastman (commotion cérébrale), pour ce match.

Malgré une performance en demi-teinte de son gardien numéro un face au Phœnix dimanche, l’entraîneur enverra tout de même Dereck Baribeau dans la mêlée, à cette occasion. «Il a été chancelant dimanche, mais c’est correct. On a tous des hauts et des bas. Un gardien de but, c’est plus évident quand ça arrive. Mais c’est à lui qu’on veut donner les gros matchs et ça en est un demain. J’ai confiance qu’il va rebondir.»