On peut s’en prendre juste à nous-mêmes», résumait l’ailier Pierrick Dubé, qui a amassé au moins un point (4 buts et 3 passes) dans les quatre matchs de l'équipe depuis le début de la campagne.

Les Remparts balayés par les Huskies

Malgré un barrage de 47 lancers, les Remparts de Québec n’ont pas réussi à percer la muraille érigée par le gardien Zachary Émond, samedi après-midi au Centre Vidéotron, à l’occasion d’une défaite de 3-1 face aux Huskies de Rouyn-Noranda en conclusion d’un programme double balayé par les visiteurs.

Le gardien de Saint-Cyprien, près de Rivière-du-Loup, a tenu le fort de brillante façon pour signer une autre victoire contre les Remparts, lui qui avait obtenu deux jeux blancs contre eux, la saison dernière.

«J’aime bien jouer à Québec, je pense que j’ai fait de bons arrêts en début de match, ça m’a tout de suite permis d’être dans ma zone, et après, ç’a bien été», disait la première étoile.

Motivé par le petit défi de se produire devant sa parenté et ses amis, Émond s’est levé, en première période, lorsque les Remparts l’ont bombardé de 22 lancers. Il n’a cédé qu’une fois, permettant ainsi à son club de retrouver son identité à la reprise de la deuxième.

«Je dois avouer qu’il a été très bon dans les deux matchs. Cet après-midi [samedi], il a gardé son équipe dans le match. En première, ç’a aurait pu être 2, 3 ou même 4-0. On a vraiment sorti fort, on a eu de très bonnes chances de marquer. On a tout fait par moments, sauf marquer des buts», constatait l’entraîneur-chef des Remparts Patrick Roy.

Les siens ont contrôlé le premier engagement, bénéficiant notamment de trois jeux de puissance, dont un long avantage de deux joueurs. Ils n’ont pas été en mesure d’assommer leurs adversaires.

«Dans un match, il y a des moments-clés, et le cinq contre trois en a certainement été un. Il faut marquer, là. On a pris de bons lancers de la pointe, mais malheureusement, on n’a pas été capable de le faire», ajoutait Roy, satisfait de la tenue de sa troupe en fin de semaine, à l’exception des résultats.

James Malatesta (3e) a été le seul buteur des Remparts, qui ont encaissé leurs deux premières défaites de la saison (3-2 et 3-1), ce week-end. Samuel Johnson, Ryan MacLellan et Vincent Marleau, dans un filet désert, ont marqué pour les Huskies, qui s’attendaient à ce genre de match.

«Il s’est passé exactement ce à quoi on s’attendait après les déclarations à Patrick hier [vendredi], on savait qu’on écoperait de pénalités en première période. On n’a pas eu le départ qu’on voulait, on a donné 22 lancers, mais on avait aussi laissé notre esprit dans le vestiaire, on se pensait un peu bon et au-dessus de nos affaires. Il faut donner tout le crédit à Zachary pour cette victoire. La bonne affaire, pour nous, c’est qu’on a amassé quatre points en fin de semaine, six dans ce voyage et huit à nos quatre derniers matchs», résumait l’entraîneur-chef des Huskies.

Les Remparts ont aussi bénéficié de trois jeux de puissance successifs en troisième, mais n’ont pas pu en profiter.

«On ne peut pas dire qu’on a joué un mauvais match. Hier, on chialait un peu parce qu’on n’avait pas eu d’avantages numériques, mais aujourd’hui, on en a eu en masse, sauf qu’on n’a pas concrétisé. La seule affaire qui nous manquait, c’était de mettre la rondelle dans le but. On peut s’en prendre juste à nous-mêmes», résumait l’ailier Pierrick Dubé, qui a amassé au moins un point (4 buts et 3 passes) dans les quatre matchs de l'équipe depuis le début de la campagne.

Les Remparts ont bouclé cette rencontre avec un but en sept jeux de puissance, les Huskies ne touchant pas la cible en six occasions.

Un total de 20 690 spectateurs ont assisté à ce deux parties contre la même équipe, en fin de semaine.. Les Remparts prennent la route des Maritimes, mercredi, pour y disputer trois matchs en quatre jours à Bathurst (jeudi), à Charlottetown (vendredi) et à Saint-Jean (dimanche).

Pouliot pas affecté

L’entraîneur-chef des Huskies, Mario Pouliot, n’était pas offusqué par les propos de Patrick Roy tenus à son endroit après le match de vendredi, où le Diable rouge en chef disait avoir été embarrassé par les changements tardifs des Huskies et le comportement des officiels qui les permettaient. «Ça ne me dérange pas trop. Il a juste préparé le prochain match. Patrick est un grand compétiteur, il veut gagner, comme tout le monde, et il prend les moyens pour le faire», expliquait Pouliot, avant le match, lorsqu’on l’a interrogé sur la sortie de Roy.

Un hommage apprécié

Dans le même entretien, l’entraîneur-chef tenait à dire qu’il avait apprécié le geste des Remparts, qui ont souligné la conquête de la Coupe Memorial des Huskies avant le premier match, vendredi. «Je remercie l’organisation des Remparts d’avoir pris le temps de souligner cela. On les connaît, ils ont encore montré beaucoup classe, c’était un beau clin d’œil de montrer «Bib» avec la Coupe», notait Mario Pouliot en parlant de Félix Bibeau, qui a été échangé aux Remparts dans les jours suivants le championnat de Rouyn-Noranda.

L’avenir de Côté

Mario Pouliot estime que le vétéran de 20 ans Louis-Filip Côté possède les atouts pour passer à un autre niveau au terme de sa dernière saison dans la LHJMQ. L’ancien joueur des Remparts, qui est natif de Laurier-Station, est l’un des trois vétérans de l’équipe de l’Abitibi. «Il est un compétiteur, il a un bon coup de patin, c’est un leader, c’est un «Huskies», il doit juste ajouter un peu plus de hargne dans son jeu. Dans les séries, contre Rimouski, il avait très bien fait lorsque [Peter] Abandonnato s’était absenté à cause d’une mononucléose», expliquait-il à propos de celui qui avait été repêché en première ronde par Rouyn-Noranda en 2015 lorsque le fils de Pouliot était le dépisteur-chef des Huskies. Côté a fait partie de la transaction de janvier dernier qui a amené Félix Bibeau à Québec. 

Alignement intact

Les Remparts n’ont effectué aucun changement à leur alignement, samedi, ce qui permettait aux défenseurs Romain Rodzinski (dos) et Charle Truchon (cheville) de bénéficier d’un autre match de repos. «Nous allons faire une rotation cette saison avec nos défenseurs, et en plus, [Colton] O’Brien a bien fait ça à son premier match», notait l’entraîneur-chef Patrick Roy.

Pelletier capitaine

Originaire de Québec, Jakob Pelletier a été nommé au titre de capitaine des Wildcats de Moncton. Le joueur de 18 ans vient de signer un contrat d’entrée dans la LNH avec les Flames de Calgary, qui en avaient fait leur choix de première ronde au plus récent repêchage de la LNH. À son premier match, vendredi, Pelletier a marqué deux buts et obtenu deux passes dans une victoire de 6-5 en prolongation de son club contre Acadie-Bathurst.