Le 31 août marquera la 14e participation de Raphaël Gagné aux Championnats du monde.
Le 31 août marquera la 14e participation de Raphaël Gagné aux Championnats du monde.

Les projecteurs braqués sur le vélo de montagne au Mont-Sainte-Anne [VIDÉO]

Si elle ne l’a pas assez dit, la vice-présidente de Gestev, Chantal Lachance, rappelle l’envergure des Championnats du monde de vélo de montagne UCI organisés au Mont-Sainte-Anne cette année. Rassembler les coureurs Élites, les Maîtres et le vélo électrique sous une même programmation relève d’une expertise d’organisation d’événements marquée.

Tout ça commencera dès mercredi, avec la classification des maîtres dans la discipline de descente (DH). 

À LIRE AUSSI : Alex Harvey enfourche son vélo au Mont-Sainte-Anne

À l’habitude, les Maîtres et les Élites ont leur propre championnat, disputé dans un pays différent et à une période différente. Il devient difficile pour une organisation de tenir les deux en même temps... Pour une première fois, ils seront à quelques jours d’intervalles et sur les mêmes pistes. 

«L’Union cycliste internationale a eu confiance en nous, en notre région et en la qualité de nos bénévoles», soutient Mme Lachance.

Cerise sur le gâteau, les premiers Championnats de vélo de montagne électrique auront aussi leur moment au travers de ces deux prochaines semaines. Et sans parler de l’année préolympique, qui fait que tous les athlètes désirent se tailler une place dans la délégation de leur pays. 

«C’est le plus important événement de vélo de montagne de l’histoire du Canada, et même de l’Amérique du Nord. Les athlètes ont la pression de bien performer, et nous aussi. On veut livrer ce qu'il y a de meilleur pour les gens qui se sont déplacé de partout dans le monde. On veut montrer à quel point la région est belle, à quel point le Mont-Saint-Anne est magnifique.»

Les compétitions accueilleront 700 athlètes sur les pistes, provenant de 56 pays différents. Et la montagne compte rassembler plus de 50 000 visiteurs. 

Si elle ne l’a pas assez dit, la vice-présidente de Gestev, Chantal Lachance, rappelle l’envergure des Championnats du monde de vélo de montagne UCI organisés au Mont-Sainte-Anne cette année.

Retombées 

L’événement sportif des 12 prochains jours rapportera des retombées économiques de 12 millions $ pour les régions de Québec et de la Côte-de-Beaupré, une différence de 9 millions $ par rapport à la présentation annuelle de la Coupe du monde. 

Et les retombées touristiques seront elles aussi très grandes. L’athlète Raphaël Gagné le dit lui-même, lui qui est connu de toutes les équipes internationales reçoit plusieurs messages d’amis du milieu depuis l’annonce de la tenue des gros événements au Mont-Saint-Anne. «Comment est le terrain? Le site de course? À quoi ressemble le parcours?» On parle de l’endroit dans plusieurs pays. 

Les Élites, la crème de la crème, voyagent avec leur équipe de support et leur entraîneur, mais les Maîtres, des athlètes de 30 ans et plus, voyagent avec leur famille en majorité. Ils viennent pour la première semaine de course, jours de leur compétition, puis demeurent au pays pour assister aux courses des Élites dans la deuxième semaine. 

Chose certaine, Québec, surtout Beaupré, grouillera d’athlètes et d’amateurs de sports pour les 12 prochains jours.

***

GAGNÉ PRÊT À ROULER

Au printemps, l’olympien Raphaël Gagné s’est retrouvé sans équipe. Celle qui l’accompagnait depuis un an, OMX pro team, a mis fin prématurément à son contrat de trois ans, en raison d’un problème financier. 

L’athlète s’est retrouvé en situation précaire en milieu de saison et il a dû être créatif. Au mois de mai, il lançait finalement sa propre équipe. Il a rassemblé quelques partenaires et Team Raph est né. 

Même si c’était compliqué côté contrat, Gagné a pu se concentrer sur ses performances et a remporté le titre panaméricain au début du mois d’avril. Cette performance a marqué sa saison jusqu’à maintenant. «J’ai souvent passé proche de remporter ce championnat. J’étais finalement content de faire un check là-dessus.» 

Le 31 août marquera la 14e participation de Gagné aux Championnats du monde. «Le Mont-Sainte-Anne, c’est un terrain que je connais bien. Cette version-là du parcours, on la fait depuis deux ans. C’est l’événement de l’année et je suis bien excité, j’espère avoir une belle course devant les miens.» 

La course s’avère très importante dans le processus de la qualification pour les Jeux olympiques de 2020, autant pour le pays que pour l’athlète. La délégation canadienne espère enregistrer de bonnes performances pour permettre à deux ou trois athlètes d’être classés. 

+