William Labranche a inscrit trois des quatre buts des petits Nordiques dans la victoire de mercredi. C’était son troisième tour du chapeau cette saison.

Les petits Nordiques se démarquent pendant... et après le match

Sans jouer à leur mieux, les petits Nordiques ont poursuivi sur le chemin de la victoire, mercredi soir, au 60e Tournoi pee-wee de Québec. Et ils ne se sont pas privés de célébrer avec une mise en scène inspirée des Hurricanes de la Caroline et du «Seigneur des anneaux».

Ce qui annonce tout un programme jeudi soir sur la patinoire du Centre Vidéotron, avec les petits Nordiques (16h45), les petits Remparts (18h) et l’Équipe féminine du Québec (19h15). De quoi ravir les organisateurs.

Mais l’entraîneur-chef des petits Nordiques, lui, n’était pas ravi de la performance de ses protégés face aux Pionniers du Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick, vaincus 4-2. Ni de l’attitude de certains. Après la rencontre, Francis Lemieux a réuni le capitaine et ses trois assistants à l’extérieur du vestiaire pour leur servir un petit discours sur le leadership.

«On a dominé le match, mais on ne joue pas comme on devrait. À date, les partisans des Nordiques n’ont pas vu notre vraie équipe. On est capables de jouer une coche au-dessus», assure coach Lemieux.

Il constate qu’à la différence des matchs de saison, ceux du plus important tournoi de hockey mineur au monde apportent distraction et attention parfois difficiles à gérer pour des jeunes de 12 ans.

«Ils passent dans le corridor pour entrer sur la patinoire et il y a du monde qui crie leur nom : “Vas-y Félix! Vas-y Xavier! ” Mais notre groupe de parents est assis à l’autre bout! Et la vidéo de notre premier match a été vue 5000 ou 6000 fois sur Facebook, et ça, les gars le savent», explique-t-il.

La fameuse célébration

La vidéo, c’est celle de leur premier match où les joueurs des Cyclones du Séminaire Saint-François, qui représentent les Nordiques durant le tournoi, réalisent leur fameuse célébration d’après-match pour la première fois.

Pendant que ses coéquipiers s’alignent autour le cercle central, un joueur, tel un Gandalf, s’amène au milieu et plante le bout de son bâton sur le point, coup dont la puissance fait tomber tous les autres à la renverse. Les spectateurs adorent, comme à Raleigh, en Caroline du Nord, où les Hurricanes — Cyclones en français... — de la LNH rivalisent d’ingéniosité après chaque victoire locale.

«C’est notre coéquipier Olivier Rochon qui a vu ça sur YouTube en premier et qui a proposé qu’on le fasse», révèle William Labranche, auteur de trois des quatre buts des siens dans la victoire de mercredi. Son troisième tour du chapeau cette saison.

«Les gars se sont mis à faire ça durant les entraînements, quand on se préparait pour le tournoi. Ça mettait de l’ambiance et les gars avaient du plaisir», affirme le pilote Lemieux. «Après notre première victoire, les gars sont venus me demander s’ils pouvaient le faire. J’étais réticent, je ne m’attendais pas à ça. Mais ça les amuse», résume le coach.

Les Nordiques ont contrôlé la rencontre du début à la fin, sans toutefois parvenir à enfoncer le clou avant la troisième période. Labranche a inscrit les deux premiers buts, en première, Mavrick Rousseau-Hamel, le troisième en troisième, puis Labranche a complété son triplé pour faire 4-1.

Les Pionniers ont marqué leur deuxième but à 16 secondes de la fin et doivent une fière chandelle à leur gardienne Kristy Michaud pour ne pas avoir été déclassés.

Les petits Nordiques affrontent jeudi les Swiss Eastern Selects.