Les petits Nordiques ont tout donné, dimanche après-midi, mais ils n’ont pas pu toucher au trophée qu’ils reluquaient en finale de la classe AA-Élites.

Les petits Nordiques aussi populaires que les grands

Pendant 12 jours, c’est comme s’ils avaient fait revivre la grande équipe. Les petits Nordiques ont tout donné, dimanche après-midi, mais ils n’ont pas pu toucher au trophée qu’ils reluquaient à la suite d’une courte défaite de 1-0 aux dépens des Pionniers de Lanaudière en finale de la classe AA-Élites du 60e Tournoi international de hockey pee-wee de Québec.

Les petits Nordiques auront fait leur part pour attirer beaucoup de monde au Centre Vidéotron. Ils y ont disputé six matchs et joué devant plusieurs milliers des 213 420 spectateurs ayant assisté au tournoi dans son ensemble.

Des amateurs de partout en Amérique ont aussi apprécié leur façon de célébrer la victoire, eux qui s’inspiraient des Hurricanes de la Caroline. Ils n’ont toutefois pas répété leur numéro après la défaite, préférant saluer la foule en guise de remerciements.

«Ça ne leur tentait pas de la faire... Les gars sont déçus, mais on leur a dit de profiter du moment. Ils ont quand même joué en finale du plus gros tournoi au monde», confiait leur entraîneur-chef Francis Lemieux.

Un but tôt dans le match

Un but inscrit dès la troisième minute de la première période a fait la différence dans cette finale. Les petits Nordiques ont obtenu plusieurs chances de marquer, mais n’ont pas réussi à le faire. Les Pionniers alignaient le meilleur marqueur du tournoi, soit Samuel Léonard, auteur de 13 points, dont huit buts, comeneur à ce chapitre avec Éliot L’Italien, des petits Nordiques.

Au-delà du résultat, leur jeune entraîneur-chef avait une pensée pour tout ce que les joueurs ont accompli depuis le début de ce tournoi.

«Il y avait beaucoup de monde à nos matchs, je pense qu’on a très bien représenté les partisans des Nordiques. L’instant d’un moment, on les a fait revivre. Les gars ont réalisé que c’était une équipe importante à Québec», ajoutait-il à propos du club que plusieurs aimeraient revoir dans la LNH.


« Les gars sont déçus, mais on leur a dit de profiter du moment. Ils ont quand même joué en finale du plus gros tournoi au monde »
L’entraîneur-chef Francis Lemieux

Le Cyclone du Séminaire Saint-François avait hérité du chandail bleu en finissant au deuxième rang du classement pour déterminer qui représenterait les petits Remparts et les petits Nordiques. Encore deuxième au Tournoi pee-wee, son club veut maintenant se reprendre aux prochains Championnats provinciaux.

«Ils étaient plus déçus, au début, d’avoir fini deuxièmes. L’objectif, c’était d’avoir un chandail, on en avait un», notait celui qui s’était mis à la recherche d’un autre gilet des Nordiques avant le match parce qu’un joueur avait oublié le sien à la maison. Pendant deux périodes, il a joué avec un chandail prêté par un spectateur...

«Est-ce que je peux embarquer pareil?» a-t-il demandé avant de sauter sur la glace. À ses côtés, le directeur général du tournoi, Patrick Dom, l’a rassuré... Il a eu son vrai chandail en troisième.

«J’ai dit aux gars de remercier leurs parents. Ils investissent des sous, ils mettent du temps, ils les transportent aussi quand les jeunes veulent venir échanger des épinglettes lorsqu’on ne joue pas...» disait-il à propos de tous les «hockey papa et maman».