Les petits Nordiques ont eu droit à une séance d’entraînement sur la glace du Centre Vidéotron, mardi en début de soirée, en compagnie d’anciens joueurs des grands Nordiques. Alain Côté (photo) a patiné en compagnie de ces jeunes de 11 et 12 ans .

Les petits Nordiques à l’école des grands

Les Cyclones du Séminaire Saint-François n’ont pas seulement fait des travaux en classe et à la maison depuis la confirmation qu’ils seraient les petits Nordiques au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec. Ils découvrent leur histoire dans le résumé de la semaine de l’équipe, où on y a ajouté un «saviez-vous que» à propos du club qu’ils représenteront.

«Je ne les connais pas ben ben, ça fait longtemps. Ça aide, le saviez-vous que, j’ai appris qu’une année, je ne me souviens plus trop laquelle, ils avaient eu le deuxième plus beau chandail de la LNH à la suite d’un vote», raconte le capitaine Xavier Veilleux.

«Je suis né la même année que leur départ, alors je n’ai jamais vu jouer les Nordiques non plus», le rassurait son entraîneur-chef, Francis Lemieux.

Les petits Nordiques ont eu droit à une séance d’entraînement sur la glace du Centre Vidéotron, mardi en début de soirée, en compagnie d’anciens joueurs des grands Nordiques. Comme à l’habitude, Dave Pichette, Pierre Lacroix et les deux Alain Côté patinaient en compagnie de ces jeunes de 11 et 12 ans qui participeront au Tournoi pee-wee, du 13 au 24 février.

Xavier est le seul du groupe ayant vécu l’expérience, l’an passé. Il avait alors porté les couleurs des petits Remparts. Pour lui, c’est la totale.

«Jouer devant autant de monde, c’est vraiment «trippant». C’est non seulement un gros tournoi, ça va aussi marquer notre vie, on est choyé de pouvoir vivre cela», disait le jeune homme de L’Ancienne-Lorette. Lorsqu’on lui demande s’il connaît les Stastny, il répondra, «oui, Paul», qui est le fils de Peter...

Défaits au deuxième match en 2018

L’an passé, l’équipe de Xavier avait perdu à son deuxième match. Il s’en souvient encore très bien. «J’avais raté mon lancer dans les tirs de barrage. Je n’étais pourtant pas stressé, mais je ne l’ai pas eu», racontait-il en ajoutant que «c’est un peu à cause de moi si on a perdu»...

Alain Côté pouvait le rassurer à l’effet qu’un joueur n’a pas à porter le poids de la défaite, lui dont le but refusé fait encore jaser. «Je n’ai pas participé au Tournoi pee-wee, il n’existait pas dans mon temps», rigolait l’ancien numéro 19. Pichette, Lacroix et l’autre Alain Côté y ont tous pris part à plus d’une reprise.

«On a joué dans la LNH, mais on se souvient encore très bien du Tournoi pee-wee, ça te reste en tête toute ta vie», soulignait Pichette.

L’objectif des Cyclones était de représenter les petits Remparts, mais ce sont plutôt les As de Québec, qui le feront. Qu’importe, ils voudront se rendre le plus loin possible dans le tournoi et prévoient y vivre de beaux moments.

«Il s’agit d’une grosse année pour les jeunes, qui en sont tous à leur dernière année pee-wee. Il y a la saison, le tournoi, les provinciaux et l’an prochain, ils tombent dans le bantam», confiait l’entraîneur-chef, qui en sera à sa troisième présence. Il aura dirigé les petits Nordiques, Remparts et joué pour le Drakkar lors du 50e anniversaire du Tournoi.