Les Sharks n'ont totalisé que 39 tirs lors des deux dernières rencontres.

Les Oilers jouent de façon inspirée en défensive

Les Oilers d'Edmonton n'ont concédé aucun but aux Sharks de San Jose lors de six périodes consécutives pour prendre les devants 2-1 dans la série.
Alors que les performances du gardien des Oilers, Cam Talbot, sont mises en lumière, ce dernier n'hésite pas à partager le mérite avec ses coéquipiers. 
«Je ne saurai dire assez de bien de mes coéquipiers lors des derniers matchs», a indiqué Talbot après un entraînement en marge du quatrième match qui aura lieu mardi soir. 
«Nous avons permis moins de tirs au but dans les deux derniers matchs combinés que nous l'avons fait lors de la première rencontre. Nous avons vraiment renforcé notre défensive et nous ne leur laissons pas beaucoup d'espace pour opérer dans notre zone.»
Les Sharks ont bombardé la troupe de Todd McLellan en dirigeant 44 tirs vers Talbot lors de leur victoire dans le premier duel de la série. Cependant, ils n'ont totalisé que 39 tirs lors des deux rencontres suivantes.
L'accent mis sur l'unité défensive, très payante en ce moment, fait partie de la philosophie des Oilers depuis l'arrivée de McLellan à la tête de l'équipe, en 2015.
«C'était évident que c'était quelque chose que nous devions travailler, a expliqué l'entraîneur-chef. Lorsque je suis arrivé à la barre de l'équipe il y a deux ans, les Oilers avaient la réputation d'être très rapides, d'attaquer le plus possible et de voir ce qui allait arriver ensuite. Ce n'est pas la bonne stratégie à adopter lorsque tu veux gagner des matchs à ce temps-ci de l'année et je crois que c'est ce que nous prouvons à tous présentement.»
La saison précédant l'arrivée de McLellan, les Oilers avaient accordé en moyenne 3,37 buts par match, un sommet dans la LNH. Cette année, l'équipe s'est retrouvée au huitième rang de la LNH à ce chapitre, n'ayant accordé qu'une moyenne de 2,52 buts par match.
Trois bonnes acquisitions
Trois des six défenseurs chargés de contenir les Sharks dans cette série terminent leur première saison avec la formation canadienne. Leur meilleure acquisition fut celle d'Adam Larsson, en échange de l'attaquant vedette Taylor Hall, survenue en juin dernier.
Kris Russell et Matt Benning ont également signé des contrats en tant que joueurs autonomes, mais l'échange de Larsson a fait couler beaucoup d'encre. Les critiques stipulaient que les Oilers avaient payé trop cher pour le jeune défenseur des Devils du New Jersey.
«Les critiques ont fusé de partout parce que Taylor Hall est un excellent joueur de hockey, a raconté McLellan. Plusieurs personnes par contre ne connaissaient pas Larsson. Il n'était pas très connu dans l'Ouest. On croyait qu'il pouvait venir nous aider et je crois qu'il a très bien su répondre à nos attentes. Non seulement il a rendu notre équipe meilleure, mais il rend les joueurs autour de lui meilleurs également.»
Oscar Klefbom, le partenaire de jeu de Larsson a soutenu les propos tenus par l'entraîneur.
«Son arrivée a été fructueuse pour nous, surtout avec l'ajout de son style de jeu plutôt physique», a glorifié Klefbom.