Le président du tournoi Michel Plante et le dg Patrick Dom étaient tout sourire au moment de dresser le bilan du 59e Tournoi International de Hockey Pee-wee, lundi.

Les nouveautés ont passé le test au Tournoi Pee-wee

«On ne peut pas être plus heureux», a lancé lundi le directeur général du Tournoi International de Hockey Pee-wee de Québec, Patrick Dom, en parlant de la 59e présentation de l’événement.

Cette année, 208 995 spectateurs ont franchi les tourniquets du Centre Vidéotron pendant les 12 jours du tournoi. Il s’agit de la sixième meilleure assistance de l’histoire de la compétition. Le record de 236 279 a été enregistré en 2016, première année de sa tenue dans le nouvel amphithéâtre.

Les principales nouveautés ajoutées à la programmation ont toutes passé le test, selon Dom. Au premier chef, l’utilisation du Pavillon de la Jeunesse (PJ) pour les matchs de la deuxième chance. «C’est au-delà de ce qu’on espérait, a souligné Patrick Dom. Il y a des matchs, à [l’Arpidrome de] Charlesbourg, où ça aurait été trop plein. Il y a des gens qui ne seraient pas entrés. […] Il y a même trop de gens qui passaient : ç’a créé une grosse flaque d’eau, on a dû construire un trottoir entre le Centre Vidéotron et le PJ!»

La nouvelle division scolaire a surpris par son calibre de jeu, selon Dom. L’expérience se poursuivra, mais avec l’ajout d’équipes internationales. «Ils le savent tous. Ça prend [ça] pour qu’on la continue. On va les avoir, parce qu’on a déjà les demandes», soutient le directeur général, qui prévoit faire passer de 8 à 12, voire même à 16 le nombre de formations dans cette classe.

Les filles de retour

Par ailleurs, l’équipe féminine québécoise dirigée par Caroline Ouellet a fait sa place pour de bon. «Les gens se sont vraiment rangés derrière elles, a remarqué Dom. Non, on ne parle pas de division féminine. Est-ce qu’on refera la formule filles contre filles? Je ne le sais pas. Mais c’est sûr qu’il y aura une équipe féminine du Québec au Tournoi Pee-Wee l’année prochaine.»

Patrick Dom applaudit aussi la belle parité pendant le tournoi, point qui avait soulevé des critiques l’an dernier. Selon ses calculs, 77 des 120 matchs présentés au Centre Vidéotron se sont terminés par un écart de deux buts ou moins.

Seule petite note négative : un peu de grogne en raison des difficultés pour les spectateurs de bien voir le match de mini-hockey présenté au centre de la glace, samedi. Le concept sera conservé, mais modifié.

Maintenant, place au 60e tournoi, l’an prochain. On le sait déjà : des artéfacts du Temple de la renommée du hockey — Coupe Stanley incluse — feront le voyage depuis Toronto et seront en présentation au Centre Vidéotron pendant les cinq premiers jours du tournoi 2019. D’autres surprises sont prévues, mais Dom a habilement esquivé la question, lundi.

Une chose est sûre : il aimerait recevoir des équipes de 20 pays l’an prochain, trois de plus que cette année. Les chances semblent bonnes, car des délégations de six États — Chine, Lituanie, Irlande, Islande, Corée du Sud et Nouvelle-Zélande — ont visité Québec et le Centre Vidéotron dans les derniers jours.