Le vétéran Frank Gore aurait aimé jouer davantage lors des matchs préparatoires des Dolphins de Miami, mais son entraîneur a préféré ne pas trop l’exposer aux risques de blessures, une façon de penser qui semble être assez généralisée chez les entraîneurs de la NFL.

Les joueurs vedettes de la NFL prêts sans avoir joué?

ARLINGTON, Texas — Ezekiel Elliott n’a jamais demandé à participer au dernier match préparatoire des Cowboys de Dallas, même s’il était en mesure de le faire.

À l’opposé, Frank Gore, qui n’a eu droit qu’à deux portées lors de l’avant-dernier duel présaison des Dolphins de Miami et qui n’a pas joué lors du dernier, en voulait plus, et le vétéran de 35 ans et de 14 saisons n’a pas caché son insatisfaction.

«J’ai cru comprendre pendant le match qu’il n’était pas très heureux, a déclaré Gase après le troisième match préparatoire, au cours duquel les partants obtiennent habituellement le plus de temps de jeu avant de rater complètement le quatrième. Quand nous avons dû dégager après trois essais, je me suis dit : ‘‘Il a un attrapé, est-ce que ça compte? Il a un attrapé et une course. Est-ce que je peux le sortir du match?’’»

De faire commencer la campagne à ses partants sans qu’ils aient réellement disputé un jeu contre d’autres partants n’est pas inhabituel.

D’ailleurs, depuis toujours, les entraîneurs doivent jongler entre leur désir que leurs joueurs soient prêts pour les premières séquences de la saison, tout en tentant de protéger le plus possible leurs meilleurs éléments.

«C’est difficile de décider si vous devez les faire jouer ou non, a indiqué le receveur des Cowboys Cole Beasley, qui, malgré une blessure à l’aine, a joué 13 jeux dans la troisième rencontre. Vous pouvez autant vous blesser en match régulier que dans ces matchs préparatoires. Ça fait partie des risques du football.»

Les Rams de Los Angeles, eux, n’ont fait jouer qu’un de leurs 11 partants, le garde à droite Jamon Brown, puisqu’il sera suspendu pour les deux premières rencontres.

L’entraîneur-chef des Rams, Sean McVay, jugeait qu’il était préférable de reposer les partants. En plus, McVay pourra compter sur 10 partants qui étaient là la saison dernière.

«Souvent, j’ai vu des joueurs qui n’avaient pas participé aux matchs préparatoires et qui étaient quand même prêts, a souligné McVay. Je pense que nous avons opté pour cette option en raison du grand nombre de partants qui sont de retour.»

Répétitions nécessaires

Les entraîneurs qui décident de faire sauter leur tour à leurs joueurs étoiles disent que le rythme de leurs séances d’entraînement permet à ceux-ci de trouver leur vitesse de croisière.

Le garde à droite des Cowboys Zack Martin, sélectionné pour le Pro Bowl à chacune de ses quatre premières campagnes, n’est pas d’accord, même après avoir subi une blessure mineure à un genou subie dans le deuxième match préparatoire.

«Vous avez besoin de ces répétitions, a-t-il affirmé. C’est le camp d’entraînement. D’affronter des gars qui ne sont pas vos coéquipiers, c’est une grande partie de votre préparation.»

Chez les Falcons d’Atlanta, le receveur Julio Jones et le demi Devonta Freeman n’ont pas joué un seul match, bien qu’ils soient en santé. Légèrement blessé, le receveur des Steelers de Pittsburgh Antonio Brown a cédé sa place tout au long du camp. Idem pour Odell Beckahm chez les Giants de New York, qui revient d’une fracture de la cheville qui l’a empêché de jouer presque la totalité de la dernière campagne.

Stephen Jones, vice-président du personnel des joueurs des Cowboys et fils du propriétaire et directeur général Jerry Jones, ne croit pas que les matchs préparatoires aident les partants.

«Je suis certain que chaque demi est différent, a-t-indiqué, en parlant d’Elliott. J’ai lu des commentaires d’autres demis qui disent ne pas croire avoir besoin d’autant de répétitions. Je ne sais pas ce que donnent cinq répétitions [en matchs préparatoires] une fois la saison venue.»

Plusieurs joueurs n’ont pas besoin de ces rencontres pour être évalués. C’est évidemment le cas d’Elliott, qui a mené la ligue pour les verges au sol il y a deux ans.

«Je ne me suis jamais senti aussi à l’aise au sein de cette attaque, a dit Elliott à la mi-temps du dernier match préparatoire des siens. Je crois avoir connu un excellent camp et avoir pris part à suffisamment de jeux pour penser que je sois prêt à jouer.»