À moins que les Dodgers lui offrent un pont d'or, Manny Machado devrait tester le marché des joueurs autonomes lors de la prochaine saison morte.

Les joueurs de location, aussitôt arrivés, aussitôt repartis

NEW YORK — Quand des vedettes du baseball dont les contrats viennent à échéance à la fin de la campagne sont échangées en juillet, ils ne cherchent habituellement pas une résidence permanente.

La plupart se trouveront de nouveaux clubs, comme Randy Johnson (qui a quitté les Astros après la saison 1998), C.C. Sabathia (qui a quitté les Brewers après la saison 1998), Aroldis Chapman (qui a quitté les Cubs après la saison 2016) et Yu Darvish (qui a quitté les Dodgers après la saison dernière).

Bien peu, comme Yoenis Cespedes avec les Mets de New York en 2015, décident de rester avec leur «équipe de passage».

Voici une liste des quelques joueurs autonomes potentiels et leur situation actuelle.

Cole Hamels (Cubs)

Les Cubs de Chicago ne paient que 5 millions $ au gaucher de 34 ans, qui a obtenu neuf retraits au bâton, mercredi, dans une victoire de 9-2 contre les Pirates de Pittsburgh à son premier match avec l’équipe. S’il offre ce même genre de performances jusqu’à la fin de la campagne, les Cubs pourraient se prévaloir de leur clause d’option de 19 millions $ pour la saison 2019. S’ils refusent, les Rangers du Texas leur rembourseront les coûts de rachat de 6 millions $. S’il connaît du succès sans être dominant, Wrigley Field pourrait bien être son domicile pour les deux prochaines années.

Manny Machado (Dodgers)

Il est l’un des joueurs autonomes les plus attendus en vue de l’ouverture du marché. Le joueur autonome de 26 ans devrait exiger un contrat de 8 à 10 ans, possiblement avec une clause échappatoire qui lui permettrait de retester le marché au début de la trentaine. Même s’il mène les Dodgers à leur première victoire en Série mondiale depuis 1988, il est presque assuré qu’il tentera de déterminer sa valeur sur le marché des agents libres. 

Mike Moustakas (Brewers)

Champion de la Série mondiale et deux fois sur l’équipe d’étoiles alors qu’il s’alignait avec les Royals de Kansas City, il s’attendait à obtenir un long et lucratif contrat à titre de joueur autonome la saison dernière. Il a plutôt signé un pacte d’un an à rabais (5,5 M$) avec les Royals. Des bonis de performance pourraient lui permettre de toucher 2,2 millions $ de plus. Il a été échangé aux Brewers de Milwaukee, équipe qui n’a jamais gagné la Série mondiale.

S’il a perdu en puissance cette saison, ses points produits sont à la hausse. Celui qui aura 30 ans le mois prochain dispose d’une clause d’option commune de 15 millions $, qui ne devrait pas être exercée. S’il mène les Brewers à un long parcours éliminatoire, il devrait refuser de s’en prévaloir; si ses performances déçoivent, ce sont les Brewers qui diront non.

Martin Maldonado (Astros)

Il ne devrait que passer à Houston. Brian McCann a été opéré au genou le mois dernier et il devrait être de retour en août. Les Astros ont obtenu le vainqueur du Gant d’Or des Angels de Los Angeles afin d’occuper le poste pendant son absence. Les Astros détiennent une clause d’option de 15 millions $ pour les services de McCann, qui est hautement apprécié par les lanceurs de l’équipe.

J.A. Happ (Yankees)

Un gaucher qui aura 36 ans en octobre, Happ pourrait être heureux au Yankee Stadium. La rotation des New-Yorkais est chancelante derrière Luis Severino et des doutes subsistent toujours au sujet de l’état du coude de Masahiro Tanaka, du genou de C.C. Sabathia et de la force mentale de Sonny Gray. Les Yankees voudront améliorer leur rotation sur le marché des joueurs autonomes et pourchasseront sûrement Dallas Keuchel ou Clayton Kershaw, si ce dernier décide de se prévaloir de sa clause échappatoire avec les Dodgers.

Zach Britton (Yankees)

Il est difficile d’imaginer Britton demeurer dans le Bronx, où Aroldis Chapman est le releveur no 1 et que les besoins au sein de la rotation sont plus urgents à combler. Mais David Robertson deviendra joueur autonome à la fin de la saison et Dellin Betances n’est sous contrat que pour une de plus. Le directeur général Brian Cashman a donné un contrat de quatre ans à Andrew Miller en 2014 alors qu’il avait Robertson comme releveur no 1 et Betances pour mettre la table en huitième.