Les JO en bref

LES QUÉBÉCOIS EN ACTION DIMANCHE

Hockey masculin, Canada contre Corée du Sud, 7h10 (heure du Québec) : Marc-André Gragnani (Montréal), Maxim Lapierre (Saint-Léonard), Maxim Noreau (Montréal), Kevin Poulin (Montréal)

***

TABLEAU DES MÉDAILLES

Pour visionner le tableau des médailles en temps réel, cliquez ici

***

EN VEDETTE

Fourcade a l’histoire française dans sa mire

Un mental hors du commun, une adresse au tir phénoménale et des capacités d’endurance uniques sur les skis : Martin Fourcade combine toutes les qualités qui font de lui le plus grand biathlète de l’histoire avec le Norvégien Ole-Einar Bjoerndalen, qui partage le record de 13 médailles aux JO d’hiver avec la fondeuse Marit Bjoergen. C’est toutefois dans l’histoire olympique française qu’il rêve de laisser sa trace. Il est arrivé à PyeongChang avec un objectif dans sa mire :  rejoindre ou dépasser les escrimeurs Christian d’Oriola et Lucien Gaudin comme plus grand médaillé de France aux JO (six médailles, dont quatre en or), été et hiver confondus. Il a laissé passer une belle occasion, jeudi. En tête tout au long de la course de 20 km, il a perdu toute chance de victoire en commettant deux fautes sur ses deux derniers tirs pour terminer cinquième. L’origine de cette défaillance est peut-être à chercher dans la petite trachéite qui l’a handicapé ces derniers jours et qui l’a obligé à prendre des antibiotiques. Son compteur reste en tout cas bloqué à trois titres olympiques (deux à Sotchi en 2014, un en 2018) et à deux médailles d’argent, mais la quête du record va l’obnubiler d’ici le terme de la quinzaine sud-coréenne. Cette place unique dans l’histoire du sport français, dont le biathlète de 29 ans mesure plus quiconque l’importance et dont il a fait son Graal, il devra désormais aller la chercher avec les tripes lors des trois dernières occasions qui s’offrent à lui d’ici la fin des Jeux : le départ groupé de dimanche, sa meilleure chance, puis les deux relais (le mixte du mardi 20 et le masculin du vendredi 23).  AFP

***

CE QU'ILS ONT DIT...

«Aujourd’hui, il était au bord de la piste et il m’a supportée tout au long de la course. [...] Je suis triste qu’il n’ait pas pu concourir, mais c’est la vie et c’est le sport.» – Darya Domracheva. Médaillée d’argent au départ groupé du biathlon, la Biélorusse est la femme du légendaire Norvégien Ole-Einar Bjoerndalen, privé de sélection avec son pays, qui partage avec la fondeuse Marit Bjoergen le record de 13 médailles aux JO d’hiver. 

-----

«Je ne me souviens de rien de l’entraînement jusqu’à ce que je me retrouve dans l’ambulance. Je suis allée à l’hôpital, j’ai passé un scanner et tout s’est bien passé.» – Mathilde Gremaud, au sujet de sa lourde chute un jour avant de remporter l’argent du slopestyle. La Suissesse de 18 ans s’était cogné la tête si fort à l’entraînement qu’elle semblait souffrir de pertes de mémoire. Après examen, elle a été autorisée à prendre part à l’épreuve.

-----

«C’est ma meilleure expérience olympique des trois, parce que j’étais en contrôle. Je n’étais pas en train de mourir à bout de souffle.» – Patrick Chan. Médaillé d’or par équipe, le patineur artistique canadien a annoncé sa retraite après avoir terminé neuvième chez les hommes, samedi.

-----

«La première médaille de ces Jeux était pour moi, la deuxième était pour mon frère, la troisième est pour la Slovaquie et pour toute l’équipe.» – Anastasiya Kuzmina, qui court sous les couleurs slovaques depuis 2008. Sœur du Russe Anton Shipulin, interdit de participation aux JO de 2018 en raison du scandale de dopage impliquant son pays, la biathlète a remporté l’or du départ groupé, samedi. Déjà en argent sur la poursuite et l’individuel à PyeongChang, elle devient surtout la première biathlète à glaner trois titres sur trois JO après le sprint à Vancouver (2010) et à Sotchi (2014).

***

UN SAUT DANS L'HISTOIRE

Le Polonais Kamil Stoch est devenu, samedi, le premier à réussir le doublé au saut à skis sur grand tremplin depuis le Finlandais Matti Nykanen, sacré en 1984 et en 1988. Avec le Norvégien Birger Rudd (1932 et 1936), ils ne sont que trois à avoir réalisé cette prouesse. À 30 ans, Stoch remporte sa troisième médaille d’or, en y ajoutant son titre sur petit tremplin à Sotchi en 2014. Champion du monde de la spécialité en 2013, le Polonais s’était présenté en Corée du Sud pour devenir le premier sauteur à réussir deux doublés consécutifs. Mais son rêve s’est brisé sur le petit tremplin, où il a fini quatrième.  AFP