Johannes Hoesflot Klaebo traverse la ligne d’arrivée en tout premier pour donner à la Norvège la médaille d’or aux 4 x 10 km style classique.

Les fondeurs norvégiens récupèrent leur bien doré en relais

PYEONGCHANG - La Norvège récupère son bien: avec dans ses rangs l’un des meilleurs skieurs en classique Martin Johnsrud Sundby, et deux des meilleurs fondeurs des JO-2018, Simen Hegstad Krüger et Johannes Hoesflot Klaebo, la Norvège s’est parée d’or dimanche à Pyeongchang lors du relais en ski de fond.

Voilà 16 ans que la grande nation du ski nordique voyait le titre collectif lui échapper chez les messieurs, propriété de son grand rival la Suède depuis 2010. La dernière médaille d’or remontait à 2002 et les Jeux de Salt Lake City (Utah), du temps de Frode Estil et Thomas Algaard.

Entre 2002 et 2018, il y a notamment eu l’énorme loupé de Sotchi, où la glisse avait été totalement défaillante, et l’équipe sortie du podium par la Suède (1re), la Russie (2e) et la France (3e).

Dimanche sur le site Alpensia de Pyeongchang, les deux relais en style classique ont permis à Didrik Toenseth et Sundby de limiter la casse sur une équipe des athlètes olympiques de Russie totalement déchaînée avec Andrey Larkov et Alexander Bolshunov, deux excellents «classiqueurs».

La demi-minute d’avance pour les Russes sous bannière olympique n’était pas suffisante pour maintenir l’écart avec la Norvège équipée en style libre du champion olympique de skiathlon, Krüger, et de la nouvelle pépite du nordique, Klaebo, champion olympique du sprint.

La France aura joué les trouble-fête avec ces deux jeunes, Clément Parisse (24 ans) et Adrien Backscheider (25 ans), en relais des deux expérimentés Jean-Marc Gaillard (37 ans) et Maurice Manificat (31 ans).

Mais dans la dernière boucle de 3,3 km, l’explication de texte s’est résumée à un mano a mano entre Klaebo et le Russe Denis Spitsov, 3e du 15 km libre il y a deux jours.

Le skieur de Trondheim a placé une accélération soudaine impossible à suivre pour Spitsov, alors que le Français Adrien Backscheider avait déjà décroché du groupe.

Klaebo a finalement terminé avec 9 sec 4/10e d’avance sur Spitsov, et 36 sec 9/10e sur la France.

Il s’est même permis de prendre au passage un drapeau norvégien pour son deuxième titre olympique à seulement 21 ans, alors que sa quête d’or pourrait bien se prolonger dans une semaine, pour l’épreuve reine du 50 km départ groupé en style classique.

Quant au Canada, sans Alex Harvey qui a choisi de faire l’impasse sur cette épreuve, il a enregistré une honorable 9e place sur les 14 équipes au départ, à 3:41 minutes des champions.