Mardi, des manifestants ont clairement fait connaître leur opinion en amenant avec eux lors d’une conférence de presse l’effigie de la mascotte Soohorang tenant un drapeau de réunification des deux Corées. Les pourparlers concernant les modalités de la participation de la Corée du Nord aux Jeux de PyeongChang se poursuivront le 20 janvier au siège du Comité international olympique, à Lausanne.

Les deux Corée réunies le temps d’un défilé?

SÉOUL — La Corée du Sud a proposé au Nord de faire défiler ensemble les deux délégations lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de PyeongChang ainsi que d’aligner une équipe féminine unie dans le tournoi de hockey sur glace, a annoncé vendredi un ministre sud-coréen.

«Nous avons fait plusieurs propositions, y compris l’inscription d’une équipe féminine de hockey sur glace unie et un défilé commun dans le stade olympique», lors des pourparlers intercoréens mardi, a déclaré le vice-ministre des Sports Roh Tae-Kang, cité par l’agence Yonhap.

«Mais même s’il n’y a qu’une équipe, nous nous assurerons que cela ne se fait pas au détriment des joueuses sud-coréennes», a-t-il précisé.

Selon Yonhap, la Corée du Sud a ainsi demandé au Comité international olympique (CIO) et à la Fédération internationale de hockey la permission d’élargir l’effectif pour y intégrer des Nord-Coréennes. Pyongyang, qui a réchauffé le climat de défiance entre les deux nations en confirmant mardi sa présence aux Jeux, n’a pas fait connaître sa réponse sur ce point spécifique.

Les deux pays doivent se retrouver le 20 janvier pour discuter au siège du CIO à Lausanne des modalités de leur participation.

Un défilé commun aux deux délégations aurait une portée retentissante en pleine trêve olympique, alors que les Jeux s’ouvriront le 9 février à environ 80 km de la frontière avec le Nord.

Des précédents

Les deux Corées, qui sont officiellement toujours en guerre, ont déjà défilé ensemble lors des cérémonies d’ouverture des JO en 2000 à Sydney, en 2004 à Athènes et en 2006 à Turin.

Elles n’ont jamais fourni d’équipe commune lors de jeux internationaux pluridisciplinaires, mais ont en revanche formé une sélection avec des sportifs des deux pays en 1991 lors des Championnats du monde de tennis de table, et l’an passé lors des Championnats du monde de soccer dans les catégorie de jeunes.

À ce jour, un seul couple nord-coréen de patinage artistique, formé de Ryom Tae-ok et Kim Ju-sik, s’est qualifié fin septembre pour les Jeux, mais la Corée du Nord a laissé passer la date limite du 30 octobre pour les inscrire, faisant planer un doute sur leur participation.

Le CIO a toutefois laissé entendre qu’il pourrait distribuer des invitations.

Les skieurs de fond et les patineurs de vitesse pourraient notamment en profiter.

Le Nord avait boycotté les JO d’été de Séoul en 1988, seuls Jeux organisés jusque-là en Corée du Sud.

Des représentants sud et nord-coréens se sont rencontrés mardi pour la première fois depuis décembre 2015 lors d’une réunion au cours de laquelle la Corée du Nord a accepté d’envoyer au Sud une délégation pour les JO qui se dérouleront du 9 au 25 février.

+

Les pirates russes pourraient s’en mêler

PARIS — Des pirates russes s’intéressent au Sénat américain et à plusieurs fédérations sportives en vue des prochains Jeux olympiques, a prévenu vendredi une firme de sécurité informatique.

Le groupe surnommé «Fancy Bear», dont le piratage informatique a jeté du sable dans l’engrenage de la campagne présidentielle de 2016, s’affairerait toujours à percer les comptes de courriel des dirigeants américains.

Or, il semblerait que Fancy Bear s’intéresse également aux Jeux olympiques.

La société Trend Micro, basée à Tokyo,  au Japon, affirme que les pirates russes ont mis en place une infrastructure pour colliger des adresses de courriel associées à la Fédération internationale de ski, la Fédération internationale de hockey sur glace, la Fédération internationale de bobsleigh et de skeleton, la Fédération internationale de luge et l’Union internationale de biathlon.

Les relations entre la Russie et le Comité international olympique sont actuellement très tendues. Les athlètes russes qui compétitionneront à PyeongChang le feront d’ailleurs sous une bannière neutre, dans la foulée d’un spectaculaire scandale de dopage qui a vu 43 athlètes et plusieurs responsables russes être bannis à vie.

On craint maintenant que la Russie ne se venge en orchestrant la fuite de courriels de responsables olympiques. Des firmes comme McAfee et ThreatConnect ont décelé des signes qui permettent de croire que des pirates appuyés par le gouvernement ciblent actuellement des dirigeants olympiques ou antidopage.

Plus tôt cette semaine, un groupe qui n’a pas hésité à se présenter comme étant Fancy Bear a mis en ligne des courriels apparemment obtenus de ces dirigeants et datant de septembre 2016 à septembre 2017. Le contenu des messages était inoffensif, mais la presse russe a largement couvert la fuite et plusieurs y voient un coup de semonce des pirates aux responsables olympiques.  Associated Press