Kim Lamarre, en décembre 2013.

Kim Lamarre s’approche de PyeongChang

Septième samedi à la Coupe du monde de ski slopestyle de Snowmass, au Colorado, Kim Lamarre se rapproche lentement mais sûrement d’une participation aux Jeux olympiques.

Même si elle était deuxième en âge du plateau de 37 candidates, dont deux jeunettes de seulement 15 ans, l’athlète de 29 ans de Lac-Beauport est loin d’avoir dit son dernier mot. La médaillée de bronze des JO de 2014 est claire dans ses intentions de se rendre en Corée du Sud en février et de tout tenter pour en rapporter une autre breloque métallique.

«Ça ne s’est pas aussi bien passé que je l’aurais souhaité en finale [samedi] avec ma meilleure de deux descentes à 71,00 points. Mais j’ai eu des vraiment bonnes descentes de qualification [jeudi] dont je suis très fière, avec 86,00 et 88,66, surtout que j’étais dans un groupe vraiment fort», a-t-elle expliqué, au téléphone.

«J’obtiens tout de même une septième place, ce qui me met en meilleure position qu’avant l’événement. Si la sélection se faisait aujourd’hui, je serais aux Jeux. Mais ce n’est pas terminé et je vais continuer à travailler fort pour m’assurer que j’ai ma place à PyeongChang. C’est très encourageant. Tout va en s’améliorant de compétition en compétition.»

Surprises olympiques

Autre réjouissance, sa blessure au dos subie à la mi-décembre ne l’incommode presque plus. Une couche de ruban adhésif athlétique suffit dorénavant, alors que les chutes légères encaissées dans les derniers jours n’ont rien aggravé pour celle qui s’estime en santé à 95%.

Avec une autre tranche dimanche à Snowmass et les deux dernières épreuves de sélection olympique la semaine prochaine à Mammoth Mountain, en Californie, le travail est loin d’être fini.

Même que si tout se déroule comme prévu, entre la Californie et la Corée, Lamarre passera du temps à Sainte-Agathe-des-Monts, dans les Laurentides. C’est là que l’ancien skieur et entraîneur Maxime Hénault a son centre d’entraînement.

«Si je me rends aux Jeux, j’ai un autre saut que je vais aller travailler à Maximise. Alors j’ai encore des surprises dans mon sac pour les Jeux olympiques!» promet-elle.

Bellemare 7e

Qualifiée cinquième, sa descente de 88,66 points lui aurait valu le troisième rang de la finale, derrière la Norvégienne Johanne Killi (91,60) et l’Américaine Maggie Voisin (89,00). Lamarre était la seule Canadienne parmi les huit finalistes et la plus vieille par près de trois ans.

Dans le volet masculin, Alex Bellemarre, 24 ans, de Saint-Boniface en Mauricie, a aussi pris le septième échelon avec 85,80 points, mais sur 16 finalistes et pas moins de 70 compétiteurs masculins au total. Rappelons qu’Alex Beaulieu-Marchand, de Saint-Augustin-de-Desmaures, est sur la touche pour soigner une commotion cérébrale.

De retour chez les femmes, Anouk Purnelle-Faniel (74,33), de Lac-Beauport, 23 ans, a fini 17e après s’être classée 11e de son groupe de qualification. Yuki Tsubota (82,66) et Elena Gaskell (81,33), de la Colombie-Britannique, ont pris les 11e et 12e positions. Championne olympique en titre de la discipline, l’Ontarienne Dara Howell (13,66) n’a pu faire mieux que le 37e et dernier rang.