Âgé de seulement 21 ans, Ozzie Albies mène la Ligue nationale au chapitre des points marqués et des doubles. Le deuxième-but est l’un des nombreux jeunes joueurs qui permettent enfin aux Braves d’Atlanta d’émerger après quatre saisons perdantes d’affilée.

Les jeunes ramènent les Braves dans la course

ATLANTA — Pour John Schuerholz, ce qui se passe à Atlanta actuellement lui semble bien familier.

En 1991, Schuerholz acceptait le poste de directeur général des Braves, une jeune équipe semblant sur le point d’accéder à l’excellence.

À ce moment, les futurs membres du Temple de la renommée Tom Glavine et John Smoltz connaissaient des hauts et des bas dans la rotation des partants. Puis le tout premier choix du repêchage de 1990, lui aussi un futur membre du Temple, commençait à gravir les échelons au sein de l’organisation. Son nom : Chipper Jones. 

Maintenant en semi-retraite et étant lui aussi membre du Temple de la renommée, Schuerholz assiste à l’éclosion d’un nouveau noyau de jeunes joueurs qui pourraient devenir spéciaux. «Il y a beaucoup de similarités», constate-t-il. «Même genre de joueurs, même attitude, et aussi même excitation chez les fans, qui peuvent assister à la progression de ces jeunes qui offrent du baseball excitant et dynamique.»

Tout ça après qu’une des équipes par excellence des années 90 ait traversé une période de reconstruction plutôt douloureuse, marquée par une suite de saisons perdantes et le bannissement à vie de l’ancien dg John Coppolella pour avoir enfreint les règles de signatures internationales. 

Jetez un œil sur Ozzie Albies, qui a l’âge légal de boire aux États-Unis depuis à peine quelques mois, mais qui possède déjà tous les outils pour devenir un joueur de deuxième-but étoile. 

Placez l’autre œil sur le voltigeur Ronald Acuna Jr, qui a eu 20 ans en décembre dernier, deuxième plus jeune joueur des majeures (Juan Soto, des Nationals de Washington, a 19 ans), qui a déjà démontré des signes prometteurs, autant au marbre qu’au champ extérieur avant de se blesser à un genou à Boston à la fin de mai. 

Les joueurs de position ne vous intéressent guère? Vous recherchez une saveur «locale»? Inscrivez en grosses lettres le nom de Mike Soroka, un natif de Calgary, un bonhomme de 6’5’’ qui pourrait bien devenir le pivot de la rotation des partants des Braves. Soraka a célébré son 20e anniversaire quelques mois avant  Acuna.

Actuellement, les jeunes Braves sont en tête de la Division est de la Ligue nationale, à égalité avec les Nationals, une position qui était habituelle pour eux il y a une vingtaine d’années, tout ça après avoir connu quatre saisons perdantes d’affilée, y compris trois saisons de suite de plus de 90 défaites. 

Bien sûr, il est encore un peu tôt pour affirmer qu’Atlanta décrochera son billet pour les séries, mais il semble au moins que les années de misère sont maintenant terminées. «On voit enfin la lumière au bout du tunnel», dit le jeune vétéran de 28 ans Freddie Freeman, qui a fait ses débuts avec l’équipe en 2010. «Je pourrais même dire qu’on est sorti du tunnel. On est en plein dans la lumière.»

Et cette lumière pourrait scintiller longtemps. Les Braves ont actuellement dans leur formation 12 joueurs âgés de 28 ans ou moins, incluant l’arrêt-court Dansby Swanson, 24 ans, premier choix au total en 2015 (par les Diamondbacks de l’Arizona), acquis lors d’une transaction en décembre 2015, et le jeune gaucher de 21 ans Luiz Gohara, qui a lancé trois manches pour récolter un sauvetage à sa toute première sortie de la saison. 

Sans oublier le réseau de filiales qui déborde de jeunes joueurs prometteurs, comme les lanceurs Kolby Allard et Kyle Wright, et le troisième-but Austin Riley.

Pour illustrer avec d’autres chiffres la jeunesse de l’équipe, ajoutons que les 750 joueurs actuellement dans les grandes ligues, seulement huit sont âgés de moins de 22 ans. Quatre de ces joueurs portent l’uniforme des Braves.

Acuna blessé

Après avoir montré de belles choses en 57 matchs l’an dernier, Albies semble vouloir s’inviter au Match des étoiles, lui qui a frappé 15 circuits jusqu’à maintenant et qui, avant les matchs de lundi, menait la Ligue nationale avec 19 doubles et 52 points marqués. Malgré cette excellente performance, c’est toutefois Acuna qui fait jaser le plus dans la capitale géorgienne.

L’an dernier, à 19 ans seulement, il a «brûlé» trois étapes, amorçant la saison dans le A-fort pour la terminer au niveau AAA. Il a ensuite dominé la Ligue d’automne de l’Arizona, avant de poursuivre son travail de destruction au camp d’entraînement, où il a bouclé la saison de la Ligue des cactus avec une moyenne de ,432, 4 circuits, 11 points produits et 4 buts volés. 

Toutefois, en raison d’une règle administrative du baseball majeur, Acuna a été rétrogradé au niveau AAA pour le début de la saison. Les Braves devaient l’envoyer dans les mineures pour lui faire disputer quelques rencontres afin de pouvoir contrôler les destinées de son contrat pour une année supplémentaire, manœuvre que les Cubs de Chicago avaient dû se résoudre à faire avec Kris Bryant, il y a cinq ans. 

Après avoir terminé son «purgatoire», Acuna s’est assuré de ne pas retourner dans les mineures. À son deuxième match, contre les Reds, il a frappé un colossal circuit dans le deuxième balcon du stade. 

Après 29 matchs, Acuna frappait pour ,265, avec cinq circuits avant de tomber au combat. Il pourrait revenir au jeu cette semaine, mais il devra peut-être disputer quelques matchs dans les mineures avant de revenir avec les Braves.