À 31 ans, Jamie Vardy est un des vétérans de la formation anglaise qui, avec un âge moyen de 25 ans et demi, est la deuxième plus jeune équipe de la Coupe du monde 2018. L’Angleterre n’a pas remporté la compétition depuis 1966.

Les jeunes Anglais détendus

ZELENOGORSK — S’entraînant en périphérie de Saint-Pétersbourg, les Anglais ont rarement été aussi relaxes et détendus à l’approche d’un grand rendez-vous de soccer.

«Je vous dirais que c’est intentionnel, a dit l’attaquant Jamie Vardy. L’atmosphère est agréable. Nous prenons le temps de rire et de nous amuser un peu.»

La brigade prendra les choses plus au sérieux à compter de lundi, quand l’Angleterre entamera la Coupe du monde en affrontant la Tunisie, à Volgograd.

Privée de titre mondial depuis 52 ans, la nation où le soccer est né a souvent anticipé le tournoi dans un étau inconfortable. Mais pas cette fois-ci : on veut plus apprécier le moment, tout simplement. Le club est le deuxième plus jeune du Mondial, avec 25 ans et demi comme âge moyen.

«Je trouve que vous jouez votre meilleur soccer quand vous y trouvez du plaisir», a dit Vardy, un des vétérans du groupe, à 31 ans.

L’Euro 2016 a été marqué par une défaite dévastatrice contre l’Islande en ronde des 16. Deux ans plus tôt, les Anglais ont été chassés du Mondial en phase de groupe, au Brésil.

Main tendue au public

Ces dernières années, le maillot anglais semblait être devenu lourd à porter. Les médias n’ont pas été tendres et l’équipe nationale peinait à établir une chimie, plombée par des rivalités du Premiership. Un fossé se creusait aussi entre l’équipe et les partisans.

Conscient de tout ça, l’entraîneur Gareth Southgate a modifié le club une fois en poste, vers la fin de 2016. Wayne Rooney a été parmi les gros noms remplacés par une nouvelle génération, incluant Harry Kane et Raheem Sterling.

Southgate a aussi tendu la main aux journalistes et aux supporters. La semaine dernière, les 23 joueurs étaient disponibles lors d’une journée des médias en Angleterre, avec beaucoup d’ouverture. Un contraste avec l’ambiance qui régnait lors de l’Euro 2016.

«Je pense qu’il y a eu un certain froid entre le public et les joueurs, a dit Southgate. Nous l’avons admis. Ça venait peut-être en partie de ne pas connaître le degré de dévouement des joueurs, leurs parcours. Nous avons essayé d’y remédier.»

Des matchs nuls contre le Brésil et l’Allemagne ont été suivis de gains contre le Nigeria et le Costa Rica, mais peu s’attendent à ce que les Anglais se rendent au-delà des quarts de finale, en Russie. L’important sera de jouer avec conviction, de montrer du cœur et des efforts.

«Nous voulons que les gens nous soutiennent, a dit Vardy. Mais pour ça, nous devons faire notre part. Nos performances doivent leur donner le goût de nous encourager.»

+

PLUS DE 1200 HOOLIGANS BLOQUÉS CHEZ EUX

Plus de 1200 hooligans britanniques ont été empêchés de se rendre en Russie pour la Coupe du monde, a annoncé le gouvernement britannique, mercredi. La Football Banning Orders Authority (FBOA), autorité chargée des interdictions de stade rattachée au ministère de l’Intérieur, a ordonné à 1312 personnes de remettre leurs passeports à la police début juin. Les policiers conserveront ces documents jusqu’à la finale, le 15 juillet. Mercredi, la police en Angleterre et au Pays de Galles avait récupéré 1254 passeports, a indiqué le gouvernement. En plus de ces interdictions, la police sera déployée dans les principaux ports britanniques pendant la Coupe du monde pour empêcher des fauteurs de troubles connus de se rendre en Russie avant et pendant le tournoi.  AFP

+

EN BREF

Du classique sur la Place Rouge

Le président russe Vladimir Poutine, le président de la FIFA Gianni Infantino et des milliers de spectateurs ont assisté mercredi soir à un concert de musique classique et d’opéra sur la Place rouge, à Moscou, à la veille du coup d’envoi du Mondial-2018. Devant les coupoles colorées de la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux, les spectateurs ont écouté le fameux Concert pour piano n°1 de Tchaïkovski, dirigé par le célèbre chef d’orchestre Valeri Guerguiev. La chanteuse d’opéra russe Anna Netrebko, le ténor franco-italien Roberto Alagna et le ténor péruvien Juan Diego Florez ont ensuite défilé sur la scène, au pied des murs du Kremlin. Le pianiste russe Denis Matsouïev a présenté sa Symphonie du Goal, composée à partir des buts marqués lors des finales de la Coupe du Monde, alors que le soleil se couchait sur la Place rouge.  AFP

***

La Seleçao est fin prête

Le Brésil est «mieux préparé» qu’au Mondial-2014 où la Seleçao avait subi l’humiliation d’une défaite 7-1 à domicile, a prévenu le milieu de terrain Paulinho, à quatre jours de son entrée en lice en Russie contre la Suisse. «Nous sommes plus en confiance. De la manière dont se déroulent les choses actuellement, c’est sûr que notre confiance est meilleure», a lancé le joueur du Barça depuis le camp de base de Sotchi. «Le Brésil est mieux préparé dans plusieurs domaines. En quatre ans, on apprend beaucoup de choses.» Avec l’humiliation contre l’Allemagne en demi-finale à Belo Horizonte dans le rétroviseur, les Auriverde abordent l’édition russe à toute vitesse : ils n’ont perdu qu’un seul de leurs 21 derniers matchs, avant de se mesurer à la Suisse, dimanche, à Rostov. Après la Suisse, le Brésil affrontera le Costa Rica et la Serbie dans le groupe E.  AFP

***

Confiance dans le camp russe

Critiqué pour les mauvais résultats de son équipe, le sélectionneur russe Stanislav Cherchesov a joué la décontraction à la veille de l’ouverture de la Coupe du monde de 2018 contre l’Arabie saoudite. «Je comprends votre inquiétude, mais personne ne devrait être inquiet : nous devrions juste faire notre travail», a déclaré l’ancien entraîneur du Legia Varsovie, en réponse à une question sur l’état de préparation de la Russie, qui n’a pas gagné un match depuis octobre 2017. «Pourquoi allons-nous gagner demain? Parce que nous le voulons», a-t-il ainsi ajouté. Entre deux plaisanteries sur les noms des journalistes lui posant des questions ou leur pays d’origine, Stanislav Cherchesov en a rajouté en affirmant que les joueurs russes «vont jouer au Trivial Pursuit» en guise de préparation pour leur premier match. AFP