Le quart des Lions Matthew Stafford a dû brièvement quitter le match au troisième quart après avoir été frappé solidement par deux joueurs des Jets.

Les Jets gâchent les débuts de Matt Patricia à Detroit

Les huées n’ont pas tardé à se faire entendre. Même si les Lions de Detroit ont marqué un touché sur le tout premier jeu de la rencontre sur un retour d’interception, les fans présents au Ford Field ont senti que la soirée serait longue. 

En fait, c’est un premier quart horrible en attaque qui leur a mis la puce à l’oreille. Puis, à la demie, Matthew Stafford et les Lions tiraient de l’arrière de 17-10, avant que tout déraille au troisième quart. 

Trente-et-un point des Jets de New York au troisième quart leur ont permis de l’emporter 48-17, gâchant avec éclat les débuts de Matt Patricia à la barre des Lions. Dans la défaite, Stafford a subi quatre interceptions. 

Après avoir terminé la dernière campagne avec un dossier de 9-7, les Lions ont congédié Jim Caldwell pour le remplacer par Patricia, dans l’espoir que l’ancien accolyte de Bill Belichick chez les Patriots puisse amener l’équipe à un autre niveau. La déroute de lundi abaisse les attentes drastiquement. 

Pourtant, tout avait bien commencé pour Detroit quand Quandre Diggs a ramené la première passe dans la NFL de Sam Darnold dans la zone des buts. Mais, après un quart, c’est 7-7 et les Lions affichaient une production de... moins deux verges d’attaque. 

Detroit a amorcé la deuxième demie en force, alors que Stafford a rejoint Golden Tate sur 24 verges pour niveler le score à 17 partout. Ensuite, le toit du stade est tombé sur la tête des locaux. 

Darnold a rejoint Quincy Enunwa sur 21 verges pour un majeur. Ensuite, Darron Lee a ramené une passe de Stafford sur 36 verges pour un touché. Puis, 67 secondes plus tard, Andre Roberts inscrivait un touché de 78 verges sur un retour de botté de dégagement.

Avant la fin du troisième quart, Isaiah Crowell galopait sur 62 verges pour définitivement enterrer les Lions. C’était 48-17.

Stafford a terminé la soirée avec une production de 27 en 46, pour 286 verges. Lorsqu’il a été remplacé au quatrième quart par le substitut Matt Cassel, la foule a applaudi. Hélas, ce dernier devait lui aussi lancer une interception quelques interceptions, la cinquième par la défensive new-yorkaise, provoquant les classiques cris «J-E-T-S Jets! Jets! Jets!» que l’on entend généralement au MetLife Stadium du New Jersey. 

Vers la fin du match, ces fans habillés de blanc et vert se sont déplacés derrière le banc de leurs favoris, alors qu’il ne restait presque plus de partisans des Lions. Consolation : les bancs vides, eux, ne peuvent pas huer....