Le quart Ben Roethlisberger, le receveur Antonio Brown et les Steelers ont quitté le terrain dépités après avoir été défaits par les Jaguars 30-9, en octobre. Big Ben avait alors lancé cinq interceptions, dont deux retournées pour un touché.

Les Jaguars veulent refaire le coup aux Steelers

PITTSBURGH — Jacksonville 30. Pittsburgh 9. À un certain moment, on aurait cru à une faute de frappe.

De plus, le match était disputé à Pittsburgh. Ce résultat était si surprenant que cet après-midi-là d’octobre, le quart des Steelers de Pittsburgh Ben Roethlisberger, s’était levé dans le vestiaire et s’était questionné, mi-figue, mi-raison, à savoir s’il «l’avait encore». Il venait de lancer cinq interceptions, dont deux retournées par les Jaguars jusque dans la zone payante.

Néanmoins, Roethlisberger assure qu’il ne cherchera pas à se venger dimanche lorsque les Jaguars (11-6) visiteront le Heinz Field pour un match éliminatoire de deuxième tour, dont l’enjeu sera une place dans le match de championnat de l’Association américaine.

L’enjeu est trop important pour qu’il se permette de se livrer à une petite vendetta personnelle. Du moins, c’est ce qu’il dit. «Je n’ai peur de personne en éliminatoires», a mentionné Roethlisberger.

Un point suffit

Mais les Jaguars ne sont pas «n’importe qui». Ce n’est plus le cas. Pas après que la meilleure défensive de la NFL ait envoyé un message clair à toute la ligue il y a trois mois, mettant la table pour le reste de la saison.

Les Jaguars ne jouent pas de manière particulièrement inspirante, particulièrement en attaque. Mais ils s’en foutent. Doutez de leur talent tant que vous voudrez. Riez de leur attaque à votre guise.

La dernière fois qu’ils avaient jeté un coup d’œil, 24 équipes étaient en vacances et les Jags n’en faisaient pas partie.

«Nous ne devons inscrire qu’un seul point de plus qu’eux», a déclaré le quart des Jaguars Blake Bortles. «Peu importe qui le marquera, comment il sera marqué, et de quoi ç’aura l’air, si nous parvenons à marquer un seul point de plus qu’eux, je serai satisfait», a-t-il ajouté.

Bortles et les 52 autres joueurs de l’équipe pourraient bien être les seuls.

Piège à éviter

Les Steelers (13-3) ont commencé la saison dans le rôle des favoris pour remporter le Super Bowl et n’ont été bousculés véritablement qu’une seule fois. Par les Jaguars.

Si vous prenez les Jaguars de haut, vous risquez de tomber dans le piège, comme l’ont appris les Steelers le 8 octobre.

«Certaines personnes jugent de la qualité d’une équipe par leur fiche, mais nous sommes conscients que nous ne pouvons nous le permettre», a évoqué le demi offensif des Steelers Le’Veon Bell. «Nous sommes tombés dans le piège lors du premier match parce que les Jaguars de Jacksonville, ils sont habituellement mauvais, mais ces gars-là se sont réveillés cette année. Ils accomplissent des jeux», a-t-il poursuivi.

Si les Jaguars peuvent répéter l’exploit pendant 60 minutes, alors ils se retrouveront dans le carré d’as de la NFL pour la troisième fois de l’histoire de la concession floridienne. Oui, c’est exact.

***

SUR LES LIGNES DE CÔTÉ...

Le receveur étoile des Steelers Antonio Brown devrait être en uniforme, lui qui a raté les deux derniers matchs de la saison régulière en raison d’une blessure au mollet gauche. Brown a mené la NFL avec des gains par la passe de 1533 verges... En octobre, lors du match contre les Steelers, le demi-offensif Leonard Fournette avait récolté 181 verges au sol, un sommet pour lui cette saison, en plus d’inscrit deux touchés... Le mercure devrait indiquer autour de -10 degrés Celcius au moment du botté d’envoi, un facteur désavantageux pour une équipe provenant de Floride.  D’après l'Associated Press