L’entraîneur-chef des Giants de New York, Ben McAdoo, a été congédié lundi. La décision de clouer au banc le quart-arrière Eli Manning (à gauche) a sans doute été le facteur décisif qui a mené à son congédiement.

Les Giants font le ménage

EAST RUTHERFORD, N.J. — Les Giants de New York ont donné un rare grand coup de balai en cours de saison, congédiant l’entraîneur-chef Ben McAdoo et le directeur général Jerry Reese, moins d’un an après le retour de l’équipe dans les séries éliminatoires pour la première fois depuis 2011.

Le copropriétaire des Giants de New York, John Mara, a confirmé les changements lors d’une conférence de presse organisée en catastrophe. Il a affirmé qu’aucun incident en particulier n’avait entraîné ces décisions, mais qu’il fallait faire quelque chose pour une équipe dont la fiche est de 2-10, alors qu’on anticipait qu’elle bataille pour le Super Bowl.

«Ç’a été la tempête parfaite cette saison», a déclaré Mara, qui a informé Reese et McAdoo des décisions prises, lundi matin. «Tout ce qui aurait pu mal tourner cette saison a mal tourné. Nous sommes rapidement tombés d’accord sur les changements que nous devions effectuer pour que notre organisation réponde rapidement à nos attentes. Nous avons également convenu que ça ne servait à rien d’attendre avant de bouger.»

Ces congédiements sont survenus au lendemain d’une défaite à Oakland, avec le quart-arrière Eli Manning assis sur le banc et une offensive de nouveau en panne. Cette saison de misère a été ponctuée par les blessures, marquée notamment par la perte du spectaculaire receveur Odell Beckham, le 8 octobre.

Selon plusieurs observateurs, la décision de clouer Manning au banc a été le facteur décisif qui a mené au congédiement des deux hommes. McAdoo aurait sûrement été hué sans arrêt par les fans des Giants, qui disputeront trois des quatre derniers matchs de cette horrible saison à domicile. 

Spagnulo à l’intérim

Le coordonnateur à la défensive Steve Spagnulo assurera l’intérim au poste d’entraîneur-chef lors des quatre derniers matchs de la saison régulière. Il a dirigé les Rams de St. Louis de 2009 à 2011.

Mara ne savait pas si Manning reviendrait comme partant dimanche contre les Cowboys de Dallas. Il s’est contenté de dire que cette décision allait revenir à Spagnulo.

Le directeur général adjoint Kevin Abrams prendra provisoirement la relève de Reese, qui est devenu directeur général en 2007 et compte deux victoires au Super Bowl à son palmarès. Mais les Giants ont raté les éliminatoires quatre fois au cours des cinq dernières années, et cette saison, son incapacité à régler les problèmes de la ligne offensive a joué un rôle majeur dans cette horrible saison.

L’ex-directeur général Ernie Accorsi aidera John Mara dans ses démarches pour embaucher le nouveau dg des Giants. Le propriétaire a d’ailleurs insisté sur le fait qu’il tenait à embaucher un dg avant de combler le poste d’entraîneur. Mara a déjà le nom de certains candidats en tête et il a indiqué qu’il n’est pas impossible que le nouveau dg soit engagé avant la fin de la saison.

McAdoo a conservé une fiche de 13-16 à la barre des Giants et il est devenu le premier entraîneur congédié en cours de saison par cette équipe depuis que Bill Arnsparger avait été remplacé par John McVay après sept matchs en 1976. 

Les Giants ont embauché McAdoo en 2014 afin qu’il agisse comme coordonnateur offensif sous les ordres de Tom Coughlin. Il a été nommé entraîneur de l’équipe en janvier 2016 après le départ de Coughlin.

+

GRONKOWSKI SUSPENDU UN MATCH

NEW YORK — La NFL a imposé un match de suspension à l’ailier rapproché Rob Gronkowski, des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, lundi. La sanction vient du coup gratuit et tardif porté à la tête de l’ailier défensif Tre’Davious White, des Bills de Buffalo, dimanche.

White était étendu sur le sol sur les lignes de côté, après une interception, quand Gronkowski s’est violemment projeté contre lui tel un lutteur, le frappant à la tête avec son avant-bras gauche. Gronkowski a été puni pour rudesse excessive, mais n’a pas été expulsé du match.

Dans la séquence avant l’incident, c’est White qui le couvrait. «Vos gestes auraient pu être évités. Ils auraient pu causer une blessure sérieuse, a écrit le vice-président de la NFL Jon Runyan, dans une lettre au fautif. Le comité de compétition a clairement annoncé son but d’éliminer les coups de cette nature, qui n’ont pas leur place dans le football.»

Gronkowski a offert des excuses dans le vestiaire, disant avoir agi par frustration. Les Patriots ont gagné le match 23-3. «Ce genre de coup, ce n’est pas qui je suis comme joueur, a-t-il dit. Il y avait beaucoup de frustration. Je veux juste m’excuser auprès de Tre’Davious White. Je trouve que des coups comme ça n’ont pas leur place.»

À moins d’un appel qui irait en sa faveur, Gronkowski devra s’absenter du match des Patriots (10-2) à Miami (5-7), lundi prochain.

Une commotion

L’entraîneur des Bills, Sean McDermott, a dit que White sera suivi selon le protocole en lien aux commotions cérébrales. Il n’a pas voulu commenter le jeu, la suspension ou les mots échangés avec son vis-à-vis des Patriots, Bill Belichick.

Gronkowski totalise 849 verges de réceptions cette saison, incluant sept touchés. Contre les Bills, il a saisi neuf ballons pour des gains de 147 verges. 

Athlète de 6’6’’ et 265 livres, il est plus imposant que la plupart de ceux qui veulent le contrer. De plus en plus, il laisse entendre que son gabarit amène les officiels à négliger de sévir contre ses couvreurs pour obstruction. Sur le jeu qui a mené à la suspension, il estime avoir été poussé et retenu par White. 

«Je ne comprends tout simplement pas pourquoi il n’y a pas eu de drapeau, a dit Gronkowski. C’est arrivé quelques fois dans le match qu’ils m’ont puni pour des choses vraiment absurdes. Qu’est-ce que je suis censé faire? Et ils ne pénalisent pas ça? C’était juste de la frustration.»

White a réussi trois interceptions cette saison.