Juste après les Olympiques, Charles et François Hamelin craignent moins les blessures, si bien qu'ils se permettent un peu de patinage extrême.

Les frères Hamelin au Crashed Ice

Les frères Charles et François Hamelin s'élanceront aujourd'hui sur le parcours du Red Bell Crashed Ice. Les célèbres patineurs de vitesse doivent s'affronter dans un duel extrême, mais à l'extérieur du cadre de la compétition.
Les médaillés olympiques sont arrivés à Québec, vendredi, pour se préparer à leur course «fraternelle» qui doit se dérouler vers 21h20, si tout va comme prévu.
Leur descente se fera en marge de la finale du Championnat du monde de patinage extrême, probablement entre deux séries de participants.
Charles et François Hamelin s'échaufferont tôt samedi matin sur le nouveau trajet qui s'étend entre le parlement et la place D'Youville.
«Holy shit
«Holy shit! Il y a deux drops!» C'est la réaction spontanée qu'a eue François, 27 ans, en voyant le départ abrupt de la piste. «Il y a 75 % des chances que je tombe juste là», a-t-il lancé en présence du Soleil, faisant pouffer de rire Charles.
Les frères Hamelin se sont déjà prêtés à l'exercice du ice cross downhill en 2012 à Québec, mais seulement le temps d'un réchauffement. Le temps doux et la pluie les avaient empêchés de se mesurer sur la piste glacée qui traversait alors le Vieux-Québec.
«L'année passée, on est venus aussi, mais c'était l'année avant les Olympiques. On ne voulait pas se créer de blessures. Là, les Olympiques sont passés et ils nous ont demandé "Voulez-vous la descendre?" On a dit : "Oui, c'est sûr!"», s'exclame François Hamelin.
Après avoir encaissé sa chute crève-coeur à Sotchi, il ne craint plus de se blesser. «C'est le dernier de mes soucis.»
«On ne se sent pas vraiment comme en patins de vitesse. On vient juste avoir du fun et faire la fête avec notre commanditaire [Red Bull]», ajoute celui qui avait décroché l'or en patinage de vitesse courte piste aux Jeux olympiques de Vancouver.
L'aîné Charles Hamelin se montre confiant, la piste ayant été qualifiée de moins casse-cou par l'organisation, cette année. «C'est assez plat, il y a beaucoup de patinage, pis nous, c'est pas mal ça notre force», avance le triple champion du monde, pince-sans-rire. «Que le meilleur gagne!» complète François.
Alors que Le Soleil accompagnait les frangins vers la tente des athlètes, vendredi, des passants arrêtaient Charles, le plus récompensé du duo, pour le féliciter. «Oh mon Dieu! Est-ce qu'on peut prendre une photo? C'est fou!» s'est écriée une mère de famille, en invitant ses enfants à saluer celui qui a remporté une médaille d'or aux Jeux olympiques de Sotchi. «Ces temps-ci, c'est juste ça», rigole son frère François.
En vacances
Charles Hamelin est satisfait de sa récente performance aux Championnats du monde, d'où il est rentré avec une troisième place. «On est contents d'être en vacances. On souffle un peu», laisse-t-il tomber.
Il partira bientôt en voyage avec sa copine, Marianne St-Gelais, avant de reprendre l'entraînement en mai.
De son côté, François Hamelin réfléchit à son avenir depuis son aventure difficile à Sotchi. «J'ai tout fait ce que je pouvais pour être le meilleur. Je suis content de ne juste plus y penser. Je passe à autre chose, on est au Crashed Ice, c'est le fun, on fait autre chose», conclut-il.