À 19 ans, Lonzo Ball est la grande vedette de l'équipe d'UCLA dans la NCAA. Le meneur des Bruins devrait être l'un des tout premiers choix du repêchage de la NBA en juin prochain. Ses deux frères, LiAngelo, 18 ans, et LaMelo, 15 ans, ont connu respectivement des matchs de 72 et 92 points avec les Huskies de Chino Hills, une école secondaire de la banlieue de Los Angeles.

Les frères Ball à l'assaut de la NBA

Le plus âgé n'a que 19 ans, mais les trois frères Ball font déjà saliver bien des équipes de la NBA, qui ont repéré depuis longtemps ces prodiges que leur père voit éclipser les plus grands, même Michael Jordan.
Mardi dernier, Lonzo l'aîné s'est fait voler la vedette par LaMelo le cadet. À 15 ans, le petit dernier de la fratrie Ball a marqué 92 points en 32 minutes avec l'équipe les Huskies de Chino Hills, son école secondaire de la banlieue de Los Angeles. Comme pour les étoiles de la NBA, ses statistiques affolantes, dont 41 points inscrits au quatrième quart dans cette victoire de 146-123 contre les Grizzlies de Los Osos -, ont été décortiquées par les observateurs et lui ont valu de passer sur ESPN, la chaîne sportive de référence aux États-Unis, un honneur rare pour un joueur du secondaire.
Mais les Ball sont loin d'être des inconnus. Avec ses 15,1 points et 7,8 passes décisives par match, Lonzo est devenu dès sa première saison la grande vedette de l'équipe d'UCLA (NCAA), l'université de Los Angeles par laquelle sont passés Kareem Abdul Jabbar, Reggie Miller et, plus récemment, Russell Westbrook.
À 19 ans, le meneur des Bruins (6'6", 190 lb) devrait être l'un des tout premiers choix du repêchage de la NBA en juin prochain. Il pourrait très bien rejoindre les Lakers, la célèbre franchise de Los Angeles qui enchaîne les saisons catastrophiques.
LaMelo, le plus jeune des trois frères Ball.
Un père ultraconfiant
Pour la famille Ball, voir Lonzo sous le légendaire maillot jaune des Lakers ne serait que la première étape du projet mis en place par leur père, l'omniprésent et ultraconfiant LaVar. Également excellent joueur de basket universitaire, il a programmé ses fils pour régner sur la NBA.
«Je leur dis constamment que quelqu'un, un jour, sera meilleur que Michael Jordan. Pourquoi pas eux? Ils ont tout ce qu'il faut pour, ils travaillent d'arrache-pied pour y arriver et ne prennent jamais de vacances», a-t-il expliqué au site Internet spécialisé Maxpreps.
Propriétaire d'un centre de préparation physique, Ball père, assisté de sa femme, ancienne joueuse de basket dans le championnat universitaire féminin, entraîne ses enfants depuis qu'ils ont quatre ans et n'a aucune inquiétude pour leur avenir ou équilibre.
«Ceux qui se brûlent sont ceux qui ne sont pas passionnés, je leur ai instillé quelque chose qu'on ne pourra jamais leur enlever. Mes gars ne jouent pas au basket pour gagner beaucoup d'argent, mais simplement pour devenir les meilleurs joueurs possible, ils s'amusent», a-t-il assuré.
Les parcours de LiAngelo, 18 ans et auteur d'un match de 72 points en novembre 2016 avec les Huskies, et de LaMelo sont déjà tout tracés : comme leur aîné, ils se sont déjà engagés à rejoindre UCLA et, à entendre leur père, les trois frères vont rapidement se retrouver dans la NBA, comme les frères Curry ou Gasol actuellement.
«Avec un nom comme le nôtre il ne pouvait pas en être autrement», a rappelé papa Ball, un patronyme signifiant ballon et aussi basket en argot américain.