L’entraîneur Olivier Caron s’attend à ce que sa troupe amorce le championnat canadien de volleyball féminin contre une équipe de l’Ouest du pays.

Les filles du Rouge et Or volleyball prêtes pour le grand défi

La formation féminine du Rouge et Or volleyball est déjà en mission, à plus d’une mois du Championnat canadien dont elle sera l’équipe hôtesse, du 16 au 18 mars.

C’est l’entraîneur-chef qui le dit. «On a un beau groupe cette année. Les filles savent depuis deux ans qu’elles seront ensemble au Championnat canadien. Il y a un bel esprit de corps», a affirmé Olivier Caron, mardi, lors d’une conférence de presse officialisant le tournoi. «On devrait être prêts à sortir et à performer, peu importe l’adversaire.»

La formation de l’Université Laval est qualifiée d’office pour ce tournoi qui réunira les huit meilleures équipes universitaires au pays, au PEPS. Il s’agira d’une 36présence pour le Rouge et Or en 47 ans d’histoire. Et aussi de la septième tenue de la compétition à l’Université Laval. Lors de la dernière, en 2011, le Rouge et Or avait décroché le médaille d’argent.

C’était avant le début du règne de Caron. Arrivé en 2013-2014, l’entraîneur-chef a remporté le bronze à sa première année, puis a terminé septième la saison suivante. L’équipe n’a toutefois pas goûté aux joies du Championnat national depuis.

L’étiquette de favori ne sera pas accolée au Rouge et Or, mais celle de «petit poucet» non plus. L’équipe est troisième au classement de la conférence québécoise avec une fiche de 10-6. Montréal (15-2) et McGill (13-4) précèdent l’Université Laval dans cette lutte à trois, mais la troupe de Caron a décroché des victoires contre ces deux formations. Le fort calibre du RSEQ prépare bien le Rouge et Or à la grande danse canadienne, croit le coach.

Car le tournoi de mars s’annonce relevé. Quatre formations venues de l’Ouest, une de l’Ontario et une autre de l’Atlantique et deux clubs québécois s’y affronteront. Et foi de Caron, tout ce beau monde aura des chances de triompher.

«Les sept autres équipes seront difficiles à jouer. Peu importe où tu te retrouves au classement, ça ne changera pas grand-chose. Ce sera vraiment des bons matchs», souligne Caron, dont la formation est classée 10e au pays.

L’entraîneur prévoit déjà se mesurer à une équipe de l’Ouest lors du premier match. Car, constate-t-il, «année après année, les têtes de série sont bien organisées pour l’Ouest. [Les responsables] font tout pour voter» afin que leurs équipes ne s’affrontent pas d’entrée de jeu.

Le Rouge et Or disputera son premier duel du tournoi le 16 mars, à 18h. Un tailgate façon football agrémentera l’avant-match. Les organisateurs espèrent une foule nombreuse. Ne serait-ce que pour pousser l’équipe locale à se surpasser. «On a eu la chance d’avoir de bonnes foules à Québec. Ça nous a aidé beaucoup. Je pense que les filles apprécient quand la foule nous pousse dans le dos. Victoire ou défaite, elle ne nous lâche jamais.»

En 2013, la formation masculine dirigée par Pascal Clément avait décroché la bannière nationale au PEPS, même si elle n’était pas favorite.

Des billets et forfaits à tarifs préférentiels sont disponibles jusqu’au 28 février. Pour plus de détails : 418 656-7377 (option 4) ou rougeetor.ulaval.ca. L’Université doit encore disputer quatre rencontres de saison régulière, puis les séries éliminatoires au Québec, avant de se concentrer sur le grand rendez-vous.