Craintif au sujet de sa santé à long terme, John Urschel a décidé de prendre sa retraite du football, à 26 ans seulement

Les études et la famille avant le football pour John Urschel

John Urschel, un joueur des Ravens de Baltimore, a décidé de mettre un terme à sa carrière à 26 ans, jeudi, deux jours après la publication d'une étude médicale confirmant le lien entre football américain et la dégénérescence cérébrale.
«Ce matin, John Urschel m'a fait part de sa décision d'arrêter sa carrière», a expliqué l'entraîneur  des Ravens, John Harbaugh.
«Nous respectons John et sa décision, nous avons apprécié les efforts qu'il a fait lors des trois dernières années et lui souhaitons bonne chance pour l'avenir», a-t-il poursuivi.
Urschel, un joueur de ligne offensive ayant disputé 40 matchs dans la NFL, a quitté le centre d'entraînement des Ravens sans faire de commentaires. Il a ensuite publié un communiqué pour assurer que sa décision était justifiée par sa volonté de se consacrer à ses études et à sa famille.
«Cela n'a pas été une décision facile à prendre, mais il n'y a pas d'histoire derrière l'histoire», a insisté Urschel, un brillant étudiant en mathématiques au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT).
«Je suis impatient de me consacrer pleinement à mon doctorat au MIT, de pouvoir suivre des cours qui ne sont dispensés qu'à l'automne et de passer plus de temps avec ma fiancée, alors que nous nous préparons à la naissance de notre premier enfant en décembre», a-t-il expliqué.
Mais sa décision ne manque pas de surprendre et interpelle les observateurs qui font le lien avec l'étude parue mardi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).
Facultés intellectuelles endommagées
Urschel avait en effet révélé en janvier avoir été victime d'une commotion cérébrale après un choc casque contre casque qui avait endommagé ses facultés intellectuelles. 
«Je pense que cela a perturbé mes capacités à bien réfléchir en termes mathématiques», avait-il expliqué à la chaîne de télévision HBO.
«Il m'a fallu trois semaines pour que je puisse rejouer, il m'a fallu un peu plus longtemps pour retrouver ma capacité à faire des visualisations (mathématiques) de grandes difficultés», avait-il poursuivi.
L'étude a fait grand bruit aux États-Unis où le football américain est le sport le plus populaire: les scientifiques ont analysé les tissus cérébraux de 202 anciens joueurs, aujourd'hui décédés. Ils ont diagnostiqué l'encéphalopathie traumatique chronique (ETC) chez 177 d'entre eux, soit 87 % du groupe examiné. Leur âge médian était de
66 ans au moment de leur décès et ils avaient pratiqué ce sport pendant 15 ans en moyenne. Parmi eux, figuraient 111 anciens joueurs de la NFL et cette pathologie a été détectée chez 110 d'entre eux.