Les États-Unis remportent la Coupe du monde féminine

Carli Lloyd a couronné un barrage de quatre buts des siens en complétant son tour du chapeau dès la 16e minute à l'aide d'une frappe du centre du terrain et les États-Unis ont remporté la Coupe du monde féminine de soccer pour une première fois depuis 1999 en écrasant le Japon 5-2, dimanche, dans une reprise de la finale de 2011.
Le Japon avait vaincu les États-Unis en tirs de barrage il y a quatre ans en Allemagne, mais les Américaines se sont assurées que l'histoire ne se répète pas en marquant quatre buts lors des 16 premières minutes de jeu.
Lloyd a marqué ses deux premiers buts dès la troisième et la cinquième minute sur des jeux arrêtés. Puis, après un but de Lauren Holiday à la 14e minute, Lloyd a ajouté l'insulte à l'injure en surprenant la gardienne Ayumi Kaihori à partir du centre du terrain. Kaihori, qui s'était aventurée un peu loin de son filet, a effleuré le ballon en reculant, mais il a tout de même atteint l'objectif.
Les trois buts de Lloyd lui ont permis de rejoindre l'Allemande Celia Sasic au sommet du classement des buteuses pour le tournoi avec six buts.
Yuki Ogimi a inscrit les Japonaises au pointage à la 27e minute. Ce but a mis fin à la séquence sans accorder de buts des Américaines à 539 minutes, soit une de moins que le record de 540 minutes établi par l'Allemagne lors d'un parcours sans faute en 2007.
Un but contre son camp de Julie Johnston à la 52e minute aurait pu rendre les choses intéressantes, mais Tobin Heath a restauré l'avance de trois buts des Américaines deux minutes plus tard.
En plus de venger la défaite d'il y a quatre ans, les Américaines ont retrouvé leur place sur le trône du soccer féminin, une place qui leur échappait depuis 1999. Les États-Unis sont la première nation à gagner la Coupe du monde féminine de soccer trois fois. L'Allemagne comptait aussi deux triomphes (2003 et 2007).