La rencontre de vendredi était la première disputée en plein air dans l'histoire du Championnat mondial junior.

Les États-Unis battent le Canada en plein air

ORCHARD PARK, N.Y. — Les États-Unis ont conservé leurs chances de terminer au premier rang du classement du groupe A grâce à une victoire de 4-3 contre le Canada, en tirs de barrage, dans un duel du volet préliminaire du Championnat mondial de hockey junior vendredi au New Era Field, à Orchard Park.

La rencontre, la première disputée en plein air dans l’histoire du Championnat mondial junior, s’est jouée sous une neige presque constante, qui est venue ralentir la cadence du jeu, et par un temps très froid.

Malgré tout, pas moins de 44 592 spectateurs ont occupé les sièges du domicile des Bills de Buffalo, un record dans les annales du tournoi. L’ancienne marque de 20 380 spectateurs remontait à la finale entre le Canada et la Suède le 5 janvier 2009 à Ottawa.

Kieffer Bellows et Brady Tkachuk ont trouvé le fond du filet contre Carter Hart lors des deux premières tentatives de la formation américaine durant la session de tirs de barrage.

Ce fut suffisant pour la formation américaine alors que le gardien Jake Oettinger a été intraitable face à Sam Steel, Robert Thomas, Taylor Raddysh et Drake Batherson.

Du coup, le Canada (2-0-1) a subi sa première défaite depuis le début du tournoi, en trois matchs. Il demeure en tête avec un total de sept points, deux de plus que les États-Unis (2-1-0).

Une victoire en temps réglementaire rapporte trois points tandis qu’un gain en prolongation ou en tirs de barrage en donne deux.

«Nous avions le contrôle de cette partie, mais nous leur avons permis de revenir dans le match en raison de mauvaises pénalités», a mentionné l’entraîneur-chef du Canada, Dominique Ducharme.

Avance gâchée

Le Canada s’était bâti une avance de 2-0 en première période grâce à son avantage numérique. Cale Makar a ouvert la marque à 4:13 et Dillon Dubé l’a imité quelque 11 minutes plus tard.

Les Américains ont réduit l’écart, également en supériorité numérique, grâce à Bellows à 6:27 de la période médiane. Il n’a fallu que 72 secondes au Canada pour retrouver une priorité de deux buts, grâce à Boris Katchouk. Les États-Unis ont cependant repris le momentum en troisième période.

«Pour effacer un retard de la sorte, il ne faut simplement pas abandonner, a déclaré Bellows. Il doit y avoir de la résilience dans ce vestiaire et tous les joueurs doivent croire en leurs coéquipiers. Peu importe qui joue, il faut continuer à se battre.»

Pas moins de 44 592 spectateurs, dont plusieurs Canadiens, se sont déplacés au stade des Bills de Buffalo pour assister au match.

Maxime Comtois a écopé une pénalité pour avoir donné de la bande et le Canada s’est défendu avec un joueur en moins. Quand les Canadiens ont mis fin à une attaque des Américains, ils ont décidé de contre-attaquer plutôt que d’écouler les secondes restantes. Ce fut une erreur coûteuse.

«Nous devions écouler une pénalité en début de troisième période, il y a environ deux pouces de neige sur la patinoire et nous tentons de marquer, a affirmé Ducharme. Nous commettons un revirement et ils marquent.»

Les États-Unis ont forcé la prolongation grâce à des buts de Scott Perunovich et de Tkachuk dans un intervalle de seulement 34 secondes en troisième période.

«L’indiscipline ne sera pas un facteur sur le reste de notre tournoi. Je vous le garantis», a fait savoir Ducharme aux journalistes alors qu’il mettait fin à son point de presse.

Le Canada n’a obtenu que 22 tirs comparativement à 36 pour la formation américaine.

Les hommes de Ducharme compléteront le volet préliminaire samedi soir contre le Danemark au Key Bank Center.

«C’est un tournoi de courte durée, a indiqué Dubé, le capitaine du Canada. Nous devons être prêts pour demain et il faut oublier ce qui s’est produit aujourd’hui. C’est une partie très importante qui nous attend demain.»