Guillaume Vermette et ses coéquipiers du Notre-Dame ont connu un après-midi fructueux, samedi, inscrivant 45 points.

Les Élans écrasés par le Notre-Dame

Le Notre-Dame est passé sur le corps des Élans, samedi, au Cégep Garneau. Les visiteurs du CNDF ont gagné 45-11, pendant que les locaux sortaient blessés plus souvent qu'à leur tour.
Un peu aussi blessés dans leur orgueil, car cette défaite contre un rival régional éloigne Garneau (1-4) d'une participation éliminatoire. Pour faire simple, les Élans devront remporter trois de leurs quatre derniers matchs. Autrement, ils seront menacés de rater les séries du circuit collégial québécois de première division pour une troisième fois en quatre ans.
«Un gars qui refuse de mourir, c'est plus dur à abattre», a commenté l'entraîneur-chef du Campus Notre-Dame-de-Foy (3-2), Marc-André Dion, pour illustrer l'opposition offerte par l'adversaire. Surtout au début de chaque demie, où les Élans ont toujours été les premiers à marquer.
Mais les hommes de Dion n'ont pas été tendres envers leurs hôtes. «Ça démontre la qualité de notre programme et ça paraît quand on affronte des rivaux locaux», a poursuivi le patron des champions en titre, réaffirmant son objectif de finir la saison au premier rang.
Il faut dire que sans un sifflet trop rapide d'un arbitre sur une échappée au premier quart, ainsi que deux remises par dessus la tête du quart-arrière des Élans, la rencontre aurait pu se dérouler autrement.
«Sans ça, on ne serait pas rentrés en retard de 18 points à la demie», n'a pu que constater l'entraîneur-chef de Garneau, Claude Juneau, disant devoir accepter que l'erreur est humaine, même chez les officiels.
Juneau ajoute que l'absence de quelques-uns de ses meilleurs éléments, blessés, dont le receveur Mathieu Blanchette, pèse lourd dans la balance.
Le quart-arrière principal des Élans Joé Hudon a passé pour 115 verges (10/22), tandis que celui du Notre-Dame, Alexandre Naud, a cumulé 282 verges (23/31), deux passes de touché et un majeur au sol. Notons de plus le retour au jeu du porteur Gloire Muganda, dans le camp du CNDF, utilisé avec parcimonie.
Lévis et Limoilou gagnent
Plus tôt dans la journée, les Faucons de Lévis-Lauzon (4-1) et les Titans de Limoilou (3-2) l'ont aussi emporté. À Laval, les Faucons ont infligé un revers de 56-28 aux Nomades de Montmorency (0-5), mais sans combler leur entraîneur-chef Pierre-Alain Bouffard. À mi-chemin du troisième quart, Lévis menait seulement 28-21.
Le porteur de ballon étoile de Lévis Joanik Masse a ajouté 146 verges de gains au sol et deux touchés à sa mirobolante récolte s'élevant déjà à 1196 verges et 12 majeurs après cinq matchs (la saison en compte neuf). Masse est en voie de fracasser le record du football collégial québécois de 2095 verges établi en 1998 par Jean-Michel Paquette (Trois-Rivières). Paquette avait inscrit 28 majeurs.
Samedi, le quart de Lévis Adrien Guay a passé le ballon pour 197 verges et deux touchés, en plus de lui-même ajouter deux majeurs par la course.
Pendant ce temps à Charlesbourg, les Titans ont eu chaud dans tous les sens du mot. Opposés aux Géants Saint-Jean (0-5), les joueurs de Dave Parent ont effacé un recul de 14-0 pour s'imposer 25-21.
Mais pas sans l'apport crucial de Charles-Alexandre Dépatie. Le demi défensif a mis fin au match à l'aide d'une interception dans la zone des buts, après avoir stoppé les Géants à la ligne d'une verge pour conclure la première demie.
Les Titans ont été victimes de six revirements, dont trois interceptions. Les trois seules passes du quart Olivier Bamrounsavath (15/18, 331 v., 1 passe de touché, 1 touché au sol) qui n'ont pas trouvé preneur parmi ses receveurs.