Chris Duvall ne prend pas les Earthquakes de San Jose à la légère, même s’ils présentent le pire dossier dans l’Association de Ouest.

Les Earthquakes, un adversaire idéal pour l'Impact

MONTRÉAL — La marge de manoeuvre est encore mince pour l'Impact après que la formation montréalaise ait vu sa série de victoires prendre fin à quatre.

L'Impact (8-12-0) s'est incliné 3-0 contre le New York City FC en milieu de semaine et espère rebondir dès samedi, quand il accueillera les Earthquakes de San Jose (2-10-6), qui occupent le dernier rang dans l'Association de l'Ouest.

«Ce n'est pas un match à effacer, mais il faut oublier certaines choses et retenir quelques leçons, a indiqué le milieu de terrain Samuel Piette au sujet de la rencontre de mercredi à New York. Il faut tourner la page et nous nous concentrons sur le prochain match. C'était une rencontre difficile, dans des conditions difficiles et face à une équipe de haut de classement. Il ne faut pas trop se préoccuper de ce résultat-là.»

L'entraîneur-chef Rémi Garde avait effectué cinq changements à son XI de départ contre le NYCFC, alors que l'Impact disputait le deuxième d'une séquence de sept matchs en 22 jours. La cohésion a semblé déficiente au cours du match, mais il n'était pas question dans le camp montréalais de simplement blâmer ces joueurs.

«Quand vous avez votre chance, vous voulez tout donner et prouver à l'entraîneur que vous la méritiez, a mentionné Piette au sujet de la rotation de l'effectif. Je pense que c'était un match moyen au niveau du collectif et c'est dommage pour eux. C'est difficile de les pointer du doigt parce qu'ils n'ont pas nécessairement mal fait.»

Samedi, il ne serait pas étonnant de voir Garde se tourner à nouveau vers les joueurs qui ont passé la majorité des minutes sur le terrain pendant la série de victoires de l'équipe.

Le défenseur central Rudy Camacho a d'ailleurs indiqué, vendredi, qu'il est remis d'une blessure à un mollet qui l'a forcé à rater les deux dernières rencontres. Il pourrait donc retrouver sa place aux côtés de Rod Fanni.

En vertu de la défaite dans le Bronx et d'une victoire de 4-3 de l'Union de Philadelphie face au Fire de Chicago, la formation de la Pennsylvanie a rejoint l'Impact au sixième et dernier rang donnant accès aux éliminatoires dans l'Association de l'Est avec 24 points. Le Fire suit en huitième place avec 23 points.

Le Bleu-blanc-noir ne peut donc pas se permettre de faire un autre pas vers l'arrière, sans quoi tout le bon travail des dernières semaines sera rapidement oublié.

Ne pas baisser la garde

Même si les Earthquakes n'ont pas gagné depuis le 12 mai dernier et traversent une séquence de neuf parties sans victoire (0-5-4), l'Impact n'a pas l'intention de baisser la garde.

«J'ai regardé plusieurs de leurs matchs et Danny Hoesen est un joueur très dangereux offensivement, a noté l'arrière latéral Chris Duvall. Ils ont de bons joueurs, comme toutes les équipes dans la ligue, mais ils n'arrivent pas à obtenir les résultats souhaités. Ils n'ont que deux victoires et les deux contre le Minnesota, mais ils ont bien fait contre plusieurs bonnes équipes.

«Nous ne pouvons prendre aucune équipe à la légère, surtout quand on pense à la manière dont nous avons commencé la saison. Nous connaissons une bonne séquence et nous voulons nous assurer de jouer avec la même intensité, peu importe l'identité de l'adversaire. Quand vous connaissez une bonne séquence, vous ne voulez pas que ça vous glisse entre les doigts.»

Lors de ses trois visites précédentes à Montréal, les Earthquakes ont encaissé trois revers par un pointage combiné de 8-2. Hoesen, auteur de 10 des 29 buts des Earthquakes cette saison représente un cas incertain, lui qui a quitté prématurément le dernier match des siens en raison d'une blessure dont la nature n'a pas été dévoilée.