Au cours de sa carrière, Serena Williams (à droite) a affronté à 30 reprises sa soeur Venus Williams (à gauche).
Au cours de sa carrière, Serena Williams (à droite) a affronté à 30 reprises sa soeur Venus Williams (à gauche).

Les duels Serena-Venus loin d'égaler la rivalité Evert-Navratilova

Chris Evert en connaît beaucoup sur les rivalités dans le monde du tennis et elle a noté un détail sur la carrière de Serena Williams : la championne de 23 titres du Grand Chelem en simple n'a pas eu beaucoup d'opposition.

Evert est consciente que sa série de matchs au fil des ans contre Martina Navratilova - y compris cinq finales à Wimbledon, tournoi qui devrait se dérouler en ce moment mais a été annulé en raison de la pandémie de coronavirus - a offert des contrastes dans le style de jeu et la toile de fond.

«Nous étions comme le jour et la nuit. Elle venait d'un pays communiste. Je venais de la “terre de la liberté”. Elle était audacieuse. Je venais d'une famille catholique et j'étais peureuse. Tout était différent chez nous, a relaté Evert lors d'une entrevue téléphonique avec l'Associated Press. Les gens m'aimaient et la détestaient ou ils l'aimaient et me détestaient. Personne ne restait indifférent quand on jouait l'une contre l'autre.»

Avec Williams, en revanche, l'adversaire contre laquelle elle a le plus souvent été confrontée est sa soeur aînée, Venus - 30 matchs jusqu'à présent, 50 de moins qu'Evert contre Navratilova. Donc, a expliqué Evert, peut-être que leurs matchs entre soeurs ne provoquent pas le même niveau d'émotions «pour encourager l'une ou l'autre» que les autres rivalités ont tendance à le faire.

D'autres adversaires qui auraient pu soulever de l'intérêt - Maria Sharapova, par exemple, ou Justine Henin ou Sloane Stephens - n'ont pas un palmarès de matchs ou de victoires contre Serena convaincant. Stephens a une fiche de 1-5 contre Williams; Le palmarès de Sharapova est de 2-20; Henin ne traînait que 6-8 mais cela ne comprenait qu'une seule finale en Grand Chelem.

«Peut-être que cela montre», a déclaré Evert, «que Serena est tout simplement trop bonne pour tout le monde.»


« Nous étions comme le jour et la nuit. Elle venait d'un pays communiste. Je venais de la “terre de la liberté”. Elle était audacieuse. Je venais d'une famille catholique et j'étais peureuse. Tout était différent chez nous »
Chris Evert, au sujet de sa rivalité avec Martina Navratilova

Voici quelques rivalités du tennis féminin parmi les meilleures de l'ère professionnelle, qui a commencé en 1968:

MARTINA NAVRATILOVA c. CHRIS EVERT

Chris Evert et Martina Navratilova ont croisé le fer à cinq reprises en finale de Wimbledon.

Confrontations: 80 (Navratilova, 43-37); 

Finales du Grand Chelem: 14 (Navratilova, 10-4)

Faits saillants: le premier titre en simple en Grand Chelem de Navratilova - elle et Evert en totalisent toutes les deux 18 - est arrivé avec une victoire de 7-5 à la troisième manche à Wimbledon en 1978; La victoire d'Evert 7-5 à la troisième manche lors de la finale des Internationaux de France de 1985 est largement considérée comme l'un des meilleurs matchs de l'histoire du tennis.

SERENA WILLIAMS c. VENUS WILLIAMS

Confrontations: 30 (Serena, 18-12); 

Finales du Grand Chelem: 9 (Serena, 7-2)

Faits saillants: Venus a triomphé lors de la finale des Internationaux des États-Unis en 2001 - le premier titre en Grand Chelem disputé entre frères ou soeurs depuis plus d'un siècle, un match qui a été déplacé en heure de grande écoute et obtenu de meilleures audiences à la télévision qu'un affrontement de football universitaire; Serena a remporté quatre finales d'affilée contre sa soeur, y compris à Wimbledon, aux Internationaux de France 2002 et aux Internationaux d'Australie 2003.

STEFFI GRAF c. MARTINA NAVRATILOVA

Martina Navratilova et Steffi Graf en finale de Wimbledon en 1987

Confrontations: 18 (à égalité); 

Finales du Grand Chelem: 6 (Graf, 4-2)

Faits saillants: La victoire de Graf en trois manches lors de la finale de Wimbledon en 1988 l'a aidée à remporter un Grand Chelem doré (les quatre titres majeurs et une médaille d'or olympique la même année) et a mis fin à la séquence de six championnats consécutifs de Navratilova au All England Club; L'Allemande a également remporté le match revanche un an plus tard.

STEFFI GRAF c. MONICA SELES

Monica Seles et Steffi Graf en 1996

Confrontations: 15 (10-5, Graf); 

Finales du Grand Chelem: 6 (égalité)

Faits saillants: La victoire de Seles 10-8 à la troisième manche de la finale des Internationaux de France de 1992 s'inscrit dans la liste des événements sportifs spectaculaires - elle avait besoin d'une demi-douzaine de points de championnat pour empêcher Graf de mettre la main sur un troisième titre consécutif à Roland Garros; beaucoup moins compétitif et remarquable par son caractère unilatéral: le triomphe de Graf 6-2, 6-1 en finale de Wimbledon en 1992.

CHRIS EVERT c. EVONNE GOOLAGONG CAWLEY

Confrontations: 38 (Evert, 26-12); 

Finales du Grand Chelem: 5 (Evert, 3-2)

Faits saillants: Evert a remporté son match lors de la finale de 1976 à Wimbledon par le score de 8-6 à la troisième manche; Goolagong Cawley n'a eu besoin que de deux manches pour vaincre Evert quatre ans plus tard au All England Club et devenir la première mère en 66 ans à y remporter le titre en simple.

AUTRES

Graf contre Arantxa Sanchez Vicario; Justine Henin contre Kim Clijsters; Venus Williams contre Lindsay Davenport; Margaret Court contre Billie Jean King.