Le frappeur des Dodgers, Joc Penderson, a claqué un circuit de trois points aux dépens du releveur des Astros Joe Musgrove en neuvième manche, ce qui a permis aux visiteurs de l’emporter 6 à 2.

Les Dodgers explosent en fin de match

HOUSTON — Joc Pederson a claqué un circuit de trois points aux dépens de Joe Musgrove en neuvième manche et a propulsé les Dodgers de Los Angeles vers un gain de 6-2, samedi soir, à l’occasion du quatrième match de la Série mondiale.

Les Dodgers ont explosé pour cinq points en neuvième et ont égalé la série 2-2. Les deux équipes disputeront le cinquième match de la série dimanche au Minute Maid Park.

Après un duel féroce de la part des deux lanceurs partants, la relève des Astros a été lamentable par la suite, accordant cinq points en neuvième manche.

Cody Bellinger, retiré à quatre reprises au bâton vendredi, a amorcé la remontée des siens en brisant l’égalité grâce à un double d’un point au début de la neuvième. Austin Barnes a par la suite permis à Bellinger de rentrer au bercail en frappant un ballon-sacrifice au champ droit. Pederson a donné une avance confortable aux siens, couronnant une manche de cinq points.

Alex Bregman a frappé un circuit en solo en fin de neuvième avec deux retraits, mais c’était trop peu trop tard pour la troupe de A.J. Hinch.

Cinq manches sans point

Les deux équipes ont dû attendre jusqu’en sixième manche avant d’ouvrir la marque. George Springer a claqué un circuit en solo aux dépens du partant des Dodgers Alex Wood. Après n’avoir concédé aucun coup sûr depuis le début de la rencontre et avoir retiré 10 frappeurs consécutifs, Wood a permis aux Astros de prendre les devants.

Après avoir accordé 20 points de part et d’autre en deux matchs, les chances se sont faites plus rares durant les premières manches de la rencontre. En six manches, Morton a accordé trois coups sûrs et un point, en plus de retirer sept frappeurs sur des prises. Wood a quant à lui alloué un coup sûr, deux buts sur balles et un point en un peu plus de cinq manches de travail, retirant trois adversaires grâce à des prises.

Tony Watson (1-0) a obtenu la victoire, retirant les trois frappeurs auxquels il a fait face en huitième manche.

Appelé en renfort au monticule, Giles (0-1) a amorcé la neuvième manche en accordant un simple et un but sur balles avant de permettre à Bellinger de produire un point. En deux coups sûrs, il a concédé trois points mérités.

À la suite de deux gains consécutifs, les Astros ont baissé pavillon pour la première fois en huit matchs disputés devant leurs partisans depuis le début des séries.

***

Les Astros en mission pour la population

Quand Paul Daulong porte le chandail qu’il a reçu de sa fille, les Astros se mettent à gagner.

Paul Daulong espère que le chandail des Astros de Houston que sa fille lui a donné après que la maison familiale ait été ravagée par les inondations provoquées par l’ouragan Harvey  agira comme porte-bonheur. Jusqu’à maintenant, ça semble fonctionner.

Daulong a commencé à porter le chandail après que les Astros aient tiré de l’arrière 2-3 en séries de championnat de la Ligue américaine contre les Yankees de New York. Ils ont gagné les deux matchs suivants à Houston pour atteindre la Série mondiale. L’homme de 70 ans a oublié de le porter durant la première rencontre perdue contre les Dodgers. Il s’esttoutefois souvenu de le mettre mercredi pour le deuxième match, que les Astros ont gagné en manches supplémentaires.

«Normalement, je ne suis pas vraiment superstitieux. Mais je le porte maintenant et je ne l’enlève plus», a-t-il raconté la semaine dernière dans sa maison couverte de poussière, une structure éventrée qui tient à l’aide de poutres en bois, mais démunie de meubles et d’électroménagers.

Une ville mise à l’épreuve

Les Daulong et d’autres personnes de la région de Houston touchée par Harvey ont utilisé le parcours éliminatoire des Astros comme source d’inspiration pour passer à travers les jours difficiles remplis de fatigantes réparations, de bureaucratie et d’incertitude pour l’avenir.

«Ça nous donne quelque chose à quoi nous raccrocher», reconnaît Paul Daulong. «Il ne s’est rien passé, mis à part que la semaine dernière ils ont réparé le foyer. C’est frustrant. Avec les succès des Astros, ça vous fait sentir mieux.»

Pendant la quête des Astros, la ville continue de se reconstruire après les inondations dévastatrices d’Harvey, qui ont submergé certaines zones de plus de 120 centimères de pluie, à la fin du mois d’août. 

Mary Daulong a expliqué que son mari et elle, qui vivent pour le moment dans un appartement, ont planifié leurs rénovations autour du calendrier des Astros.

«On travaillait jusqu’à ce qu’il fasse noir, maintenant nous ne pouvons plus le faire! Peu importe l’heure du match des Astros, nous arrêtons tout», a-t-elle ajouté.

Le gérant des Astros, A.J. Hinch, a mentionné que l’équipe comprend la responsabilité qui leur a été dévolue envers la ville de Houston, notamment sur le travail qui reste à faire «pour reconstruire notre grande ville».  D’après AP

***

Yuli Gurriel sanctionné pour racisme

Yuli Gurriel

Le Cubain Yuli Gurriel, des Astros de Houston, a écopé samedi d’une suspension de cinq matchs pour un incident à caractère raciste survenu vendredi lors du troisième match de la Série mondiale de baseball. Cette sanction ne s’applique toutefois qu’au début de la saison 2018.

«Certaines personnes ne seront pas d’accord, mais il ne me paraît pas juste de punir l’équipe durant cette Série mondiale pour le comportement d’un joueur», a expliqué le commissaire Rob Manfred. Gurriel s’est moqué du lanceur japonais Yu Darvish après avoir cogné un circuit solo en deuxième manche, vendredi.  Selon des images de la télévision, le Cubain de 33 ans s’est bridé les yeux en les tirant en arrière et a qualifié, en espagnol, le droitier des Dodgers de «chinito» (petit Chinois) .

À l’issue de la rencontre perdue 5-3 par les Dodgers, Darvish avait fait part de sa colère. «Se comporter ainsi est un manque de respect, les Astros aussi ont des supporteurs asiatiques. Il s’était montré ensuite beaucoup plus magnanime sur son compte twitter : «Personne n’est parfait, y compris moi comme lui, ce qu’il a fait ce vendredi n’était pas bien, mais je crois qu’il faut apprendre de ce qu’il s’est passé plutôt que de l’accabler.»

Gurriel qui a joué au Japon avant de s’imposer en Amérique du Nord, avait présenté ses excuses après le match : «Je ne voulais blesser personne au Japon, pays pour lequel j’ai le plus grand respect, je n’ai jamais eu l’intention de faire de geste insultant.»

En février 2016, Yuli Gurriel et son frère Lourdes Jr, qui fait maintenant partie de l’organisation des Blue Jays de Toronto, ont profité de la Série des Caraïbes, en République dominicaine, pour faire défection. Leur aîné Yuniesky a joué deux saisons avec les Capitales de Québec, remportant notamment en 2015 le championnat des frappeurs de la ligue Can-Am avec une moyenne de ,374, 37 points de plus que ses deux plus proches rivaux.  AFP et Le Soleil