La défensive des Aigles n'a pas fait le boulot lors du deuxième match.
La défensive des Aigles n'a pas fait le boulot lors du deuxième match.

Les Diamants poussent les Aigles au bord du précipice

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Les Aigles de Trois-Rivières n’ont plus le droit à l’erreur dans la finale de division qui les opposent aux Diamants de Québec.

Après avoir créé l’égalité 1-1 dans cette série 3 de 5 avec une victoire dramatique de 3-2 samedi midi, les hommes de Rémi Doucet ont été pas mal moins convaincants dans le deuxième match du programme double, qu’ils ont perdu 10-4.

Cette contre-performance est un peu étonnante, compte tenu du momentum qu’ils venaient de voler aux Diamants en fin de match lors du premier duel de la journée. Avec une avance de 2-0 pour amorcer la sixième et dernière manche, les Aigles ont vu les visiteurs orchestrer une poussée de deux points pour les obliger à profiter de leur dernier tour au bâton. Alors que les quelques 250 spectateurs dans le stade Quillorama s’attendaient à voir les deux clubs faire du temps supplémentaire, les Aigles ont répliqué en fin de septième – après deux retraits s’il-vous-plaît - avec trois simples d’affilée, William Verville produisant le point gagnant.

Les Diamants, champions en titre, ont toutefois démontré lors du second duel que ça en prendrait plus pour les ébranler. Dès leurs premiers élans, ils ont pris l’avance 2-0. Une avance qu’ils ont engraissé au fur et à la mesure que les manches s’égrainaient. Faut dire que les Aigles leur ont donné un bon coup de main avec quatre erreurs au bâton. À la plaque, les Trifluviens ont quelques fois embêté les lanceurs des Diamants, sans jamais réussir le gros coup sûr qui allait les replacer dans le match. Résultat, ils vont jouer leur saison lors du match numéro quatre dimanche.

«Je m’attendais à beaucoup mieux dans le deuxième match, après la fin du premier. Nous sommes tombés à plat quand les Diamants ont pris l’avance 3-1, même s’il restait encore beaucoup de temps pour revenir. On n’a pas exécuté dans ce match. C’est simple : si tu ne lances pas de prises, si tu ne fais pas les jeux en défensive et que tu laisses des coureurs sur les buts, tu ne pourras jamais gagner face à une équipe comme Québec», témoignait le pilote Rémi Doucet.

Dans l’autre camp, Dominik Walsh repartait de Trois-Rivières satisfait. «On savait qu’on ne gagnerait pas cette série-là en trois matchs, les Aigles ont trop de bons lanceurs. Diviser aujourd’hui, c’est bien correct, ça nous permet de revenir chez nous en contrôle même si on sait que le travail n’est pas terminé», exposait le gérant des Diamants, fier de l’attitude de sa troupe après le revers subi plus tôt en journée. «C’est le manque d’opportunisme qui nous a coûté ce match. Perdre ainsi après deux retraits en septième aurait pu faire mal, les gars auraient pu s’écrouler, mais il y a tellement de vécu dans ce vestiaire, je n’étais pas inquiet. Pendant la pause, je voyais que les gars n’étaient pas ébranlés, la confiance était là. Offensivement, on a fait du très bon boulot dans le deuxième match, manche après manche.»

Aigles et Diamants se retrouveront à Québec dimanche pour le match 4, et le match 5 si nécessaire. «On s’en va à Québec pour jouer deux matchs. On a géré la fin du deuxième match en conséquence aujourd’hui, on a gardé des munitions. On comprend exactement dans quelle position nous sommes placés», concluait Doucet.