En cinquième manche, les Voyageurs y sont allés d’une irrésistible poussée de six points, dont celui-ci alors que William Tremblay a profité du mauvais lancer de l’artilleur des Diamants Lucas Serafin.

Les Diamants perdent le match de bris d'égalité face aux Voyageurs

SAGUENAY — Les Voyageurs du Saguenay ont remporté un premier championnat de la division Sun Life mardi et avec panache avec une victoire de 10-3 sur les Diamants de Québec lors du match de bris d’égalité, devant un Stade Richard-Desmeules bondé et survolté.

«Les gars le méritent», a laissé tomber l’entraîneur-chef Martin Pouliot avec un grand sourire dans son bureau.  «On n’a pas de complexe. On rentre dans les séries avec le momentum. C’est le fun. On mérite amplement ce qui nous arrive. Ce n’est pas du hasard.»

L’attaque des Voyageurs s’est fait attendre dans cette rencontre. Après une manche interminable où ils ont marqué deux points, les Diamants profitaient d’une priorité de 3-0 à mi-chemin en cinquième manche. Le partant Yan-Éric Tremblay n’avait vraiment pas mal fait, loin de là, mais avait déjà dépassé le cap des 100 tirs après quatre manches de travail.

Derek Côté s’est amené en relève sans rien donner et c’est à ce moment que l’offensive des Voyageurs a littéralement explosé après n’avoir frappé que deux petits coups sûrs auparavant contre Lucas Sérafin.

Amené en relève à Nicolas Doré comme receveur et neuvième frappeur, William Tremblay a parti le bal avec un solide double. Après une erreur sur un amorti, Jean-Philippe Chagnon a ramené les locaux a seulement un point et a soulevé la foule, qui n’a pas cessé de festoyer par la suite.

Après un but sur balles intentionnel à Yan-Éric Tremblay, son troisième du match, ce qui représentant le point gagnant, Félix Castilloux a ensuite créé l’égalité sur un simple. Mathieu Tremblay a enchaîné avec un autre double et Raphaël John Leblanc a mis un point d’exclamation à ce tour au bâton avec un triple qui faisait 6-3.

Après une manche parfaite de Tommy Reyes-Cruz, les bâtons des Voyageurs sont demeurés allumés avec quatre autres points, ce qui confirmait la victoire et du même coup le titre de division. 

Besoin d’une étincelle

«Serafin lançait très bien. Il nous menotait sur des courbes et des changements de vitesse. On courait après lui. On avait parlé avant le match de ne pas courir après lui», a raconté Pouliot. «Je n’étais pas sur la panique. J’avais confiance à mon équipe. Quand on est arrivés au bâton en cinquième manche, j’ai dit aux gars qu’on avait seulement besoin d’une étincelle pour que la foule embarque.»

Pouliot ne comprenait pas la décision de son vis-à-vis Dominik Walsh d’offrir une passe gratuite à Yan-Éric Tremblay en cinquième manche.  «Il a embarqué le point gagnant gratuitement.»