Mathieu Sirois des Diamants croise le marbre pour le premier point des siens dans le deuxième match suite à un mauvais lancer du partant des Alouettes David Métivier, qu'on peut apercevoir derrière lui.
Mathieu Sirois des Diamants croise le marbre pour le premier point des siens dans le deuxième match suite à un mauvais lancer du partant des Alouettes David Métivier, qu'on peut apercevoir derrière lui.

Les Diamants balaient les Alouettes

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Les Diamants de Québec ont démontré pourquoi ils avaient terminé au premier rang de leur division cette saison en éliminant les Alouettes de Charlesbourg dimanche. Les hommes de Dominik Walsh ont remporté 5 à 1 et 7 à 1 les deux matchs d'un programme double disputé au Parc Henri-Casault pour passer en deuxième ronde des séries de la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ).

En remportant en trois matchs cette série 3 de 5, les Diamants ont évité de devoir disputer un deuxième programme double en 23 heures lundi. Ils auront droit à un repos bien mérité en attendant le premier match de la deuxième ronde jeudi contre les Aigles junior de Trois-Rivières.

"On ne pouvait pas demander mieux que ça. Honnêtement, on a bien joué tout le long de la série et toutes les interrogations qu'on avait concernant notre personnel de lanceurs sont disparues. Les gars font du très bon boulot et, si on continue comme ça, on peut aller loin", a déclaré Walsh.

"Trois-Rivières, ce sera exactement le contraire des Alouettes. On affrontera une équipe bâtie autour de ses lanceurs alors que Charlesbourg misait surtout sur ses frappeurs", reprend le gérant des vainqueurs, qui est allé saluer son adversaire et ami Patrick Scalabrini dans son bureau avant de quitter le terrain.

"Je tiens à souligner l'apport de "Scal" pour aider les Alouettes cette année. On n'est pas dans la même équipe, mais je suis admiratif de son geste car il l'a fait pour le bien du baseball. J'espère que la culture de gagnants qu'il a commencé à inculquer se poursuivra dans les prochaines années."

De son côté, Scalabrini aurait espéré une meilleure performance de la part de ses protégés, qui avaient connu de bons matchs face aux Diamants à la fin du calendrier régulier. "Je croyais sincèrement qu'on allait offrir une meilleure opposition. On a bien fait au début des matchs, mais on dirait qu'on n'est jamais capable de se relever après que l'autre équipe ait eu une grosse manche. Je sentais que les gars étaient nerveux et je n'aimais pas ça. Je sais que jouer constamment sous pression, ça ne marche pas."

Raphaël-John Leblanc, qui venait de disputer son dernier match junior, reçoit l'accolade d'un membre du personnel d'entraîneurs des Alouettes.

Plusieurs joueurs des Alouettes venaient aussi de disputer leur dernier match junior et ont reçu l'accolade de leurs coéquipiers, notamment le partant du second match David Métivier, le releveur Zachary Allard, qui a lancé trois manches sans donner de point, le voltigeur Raphaël Savard et le premier but Raphaël-John Leblanc.

"Pour ce qui est de la victoire, je donne le crédit aux Diamants. Ils ont encore mieux joué que je pensais qu'ils feraient", a poursuivi Scalabrini, qui n'écarte pas l'idée de conserver un rôle dans l'organisation des Alouettes l'an prochain.

"Si les Capitales sont de retour en 2021, je serai encore le gérant mais j'aurai quand même la fierté de ce que j'ai fait ici. J'espère avoir aidé les "kids" à grandir comme athlètes et comme êtres humains. C'est sûr que je vais continuer à aider les Alouettes s'ils veulent de moi comme conseiller, que ce soit pour la liste de protection ou autre chose. Le prochain entraîneur arrivera dans une belle situation avec ce qu'on a bâti cette année."

Difficultés à l'attaque

Les difficultés des Alouettes à l'attaque les ont coulés dan les deux parties. En sixième manche du premier match avec trois coureurs sur les sentiers et un seul retrait, Jean-Nicolas Lebrun a regardé passer une troisième prise et William Gault a frappé la balle vers le releveur Samuel Girard qui n'a eu aucune difficulté à réaliser le troisième retrait.

Dans le second duel, ils ont laissé encore une fois trois coureurs sur les buts avec un seul retrait en quatrième manche quand Raphaël Ross a frappé un ballon au champ centre et que Raphaël Savard a frappé la balle vers le lanceur. En sixième, ils venaient de marquer un point et avaient deux hommes sur les sentiers avec un retrait et n'ont pas non plus réussi à capitaliser.

Les Alouettes n'ont frappé que deux coups sûrs dans le premier match et n'en avaient que trois après cinq manches dans le second. La situation dérangeait un peu le frappeur désigné Augustin Leblond, qui échangeait avec un spectateur sur les difficultés de son équipe au bâton pendant que les siens étaient en défensive. 

"Combien on a de "hits"? Seulement trois? Combien dans le premier match? Deux? Mais un de ceux-là était un amorti... Ouais, ça c'est de l'"offense"...", a laissé tomber le Lévisien un peu dépité. Leblond a toutefois démontré que son bâton suivait ses paroles la demi-manche suivante en frappant une balle qui a percé l'avant-champ et fait marquer Anthony Gilbert.

Chez les Diamants, c'est le premier but Mathieu Sirois qui a mis le deuxième match hors de portée en quatrième manche avec un coup de circuit de trois points qui faisait suite à une séquence où les Diamants venaient de marquer deux fois suite à une erreur.