L’équipe de la skip Gabrielle Lavoie est d’âge junior; elle aligne la plus jeune joueuse de l’histoire à prendre part au tableau principal du Tournoi des Cœurs Scotties.

Les curleuses québécoises toujours à la poursuite de leur première victoire

Les filles de Québec ne se sentent pas déclassées au Championnat canadien de curling. Mais l’adversaire a toujours un petit quelque chose de plus qui fait qu’après trois jours de compétition au Tournoi des Cœurs Scotties, l’équipe de Gabrielle Lavoie n’a toujours pas de victoire en quatre matchs.

Comme dans le cinglant revers de 12-2 de lundi contre Rachel Homan et les championnes de l’Ontario. Cette défaite a même été concédée après huit bouts seulement.

«Bon, elles, elles sont vraiment excellentes. Elles ne ratent pas grand-chose. Le deuxième bout [de quatre points] nous a pas mal coûté la partie», a analysé la skip Lavoie, lundi soir, quand Le Soleil l’a jointe à Sydney, en Nouvelle-Écosse.

Homan est une idole pour les quatre curleuses championnes québécoises. À 29 ans, l’athlète d’Ottawa revendique déjà un titre de championne du monde, une participation olympique et trois titres canadiens.

Mais elle a plus ou moins 10 ans de plus que Lavoie et ses coéquipières. Âgées de 17 à 20 ans, l’équipe de la région de Québec affiliée aux clubs Victoria, Jacques-Cartier et Etchemin est en fait d’âge junior. Leur deuxième, Anna Munroe, n’a même pas 17 ans et demi et est la plus jeune joueuse de l’histoire à prendre part au tableau principal des Scotties.

«On fait notre possible. Mais on joue contre de grosses équipes qui ont de l’expérience, constate Lavoie. Mais on a encore confiance qu’on peut gagner des matchs. Notre moral est encore bon», assure-t-elle.

Entrée en matière ardue

L’entrée en matière a été ardue, samedi. Le quatuor du Nunavut (Jenine Bodner) a arraché la première victoire de son histoire au tableau principal des Scotties aux dépens des Québécoises, 4-3 sur la dernière pierre. Puis deux autres défaites dimanche, 8-2 concédée après huit bouts contre le Nord de l’Ontario (Krista McCarville) et 7-3 face au Manitoba (Tracy Fleury).

«Notre match contre le Manitoba a été notre meilleur, le pointage n’indique pas le déroulement du match, explique Lavoie. Mais chaque fois qu’on ne réussit pas un coup parfaitement, nos adversaires de leur côté réussissent les petits détails, le petit quelque chose qui fait la différence au pointage.»

En simples termes statistiques, l’équipe Lavoie a maintenu son pourcentage de réussite depuis le début du tournoi avec 72 %, 75 %, 73 % et 74 % de coups dans le mille. Leurs rivales ont pour leur part affiché des ratios des 68 %, 88 %, 83 % et 90 %. Ce dernier score impressionnant a été enregistré par l’équipe Homan, seule formation toujours invaincue avec l’Alberta de Chelsea Carey.

Outre Homan, Jennifer Jones est aussi du rendez-vous annuel. Jones, 44 ans, est championne du monde en titre, championne olympique de 2014 et a gagné les Scotties six fois. Lavoie dit que la reine du curling canadien se tient un peu plus à l’écart lors des réceptions officielles et qu’en général, les joueuses des différentes équipes «se parlent moins que je l’avais imaginé».

La ronde de groupe compte encore trois matchs sur deux jours. Mardi, les Québécoises croiseront le balai le matin avec les favorites locales de la Nouvelle-Écosse (0-4), aussi à la recherche d’une première victoire. La skip Jill Brothers a 35 ans et a participé à ses premiers Scotties en 2007. En après-midi, ce sera au tour de la Colombie-Britannique (3-1, Sarah Wark).

La vétérane Marie-France Larouche accompagne l’équipe Lavoie comme cinquième, ou joueuse réserviste, tout comme leur entraîneur Daniel Charette.