L’entraîneur-chef Jason Garrett et ses adjoints ont été enguirlandés à la suite d’une défaite crève-cœur des Cowboys aux mains des Patriots dans un match disputé sous la pluie et le vent. Plusieurs pensent que cette crise pourrait entraîner le congédiement de Garrett dès les premières semaines de sa dernière année de contrat avec l’équipe.

Les Cowboys de Dallas dans la tourmente

ARLINGTON, Texas — Au moment où les Cowboys de Dallas se préparent à disputer leur traditionnel match de l’Action de grâce à la télévision américaine en dépit de la tourmente qui entoure l’avenir de leur entraîneur-chef Jason Garrett, les Bills de Buffalo, eux, veulent poursuivre leur chemin vers les éliminatoires sur une scène plus grande qu’à l’habitude.

Au diable le fait que les Cowboys sont théoriquement en meilleure posture pour accéder aux éliminatoires de la NFL que les Bills, qui n’ont pas participé à un match de l’Action de grâce américaine en 25 ans. Les Cowboys (6-5) n’ont toujours pas défait un club qui présente une fiche supérieure à ,500, et les Bills entameront le match de jeudi dans un bien meilleur état d’esprit.

«Je dirais que c’est une belle opportunité de faire un pas dans la bonne direction, en tant qu’équipe de football, a dit l’entraîneur-chef des Bills Sean McDermott. C’est donc important... de se reposer et d’établir nos priorités pour cette semaine, mais aussi d’être reconnaissants pour l’Action de grâce et tout ce que nous avons vécu jusqu’ici.»

Cette courte semaine de repos pourrait être bénéfique pour les Cowboys, après que leur propriétaire Jerry Jones eut enguirlandé le personnel d’entraîneurs à la suite d’une défaite crève-cœur de 13-9 sous la pluie et le vent en Nouvelle-Angleterre.

La situation actuelle, à l’aube de l’Action de grâce, n’est pas sans rappeler un match présenté à domicile en octobre contre les Eagles de Philadelphie. Les Cowboys avaient malmené les Eagles pour reprendre seuls le premier rang de la section Est de l’Association nationale, tandis que de nombreux observateurs se demandaient si un revers pouvait signifier le congédiement de Garrett pendant la semaine de congé suivante.

Cette fois-ci, cependant, les Cowboys ne disposeront pas d’une semaine de congé après le match contre les Bills (8-3), puisqu’ils affronteront jeudi soir prochain les Bears à Chicago. Mais nombreux sont ceux qui croient que la récente crise de Jones, à propos des ratés des Cowboys, pourrait entraîner le congédiement de Garrett dès les premières semaines de sa dernière année de contrat avec l’équipe.

«Tu te défends en gagnant, a mentionné le demi de coin Jourdan Lewis. C’est comme ça qu’on se défend. Nous devons sauter sur le terrain et prouver la valeur [de Garrett]. Il croit en nous. Nous croyons encore en lui.»

Encore premiers

Les Cowboys dominent encore leur section par un match devant les Eagles, ce qui signifie qu’ils pourraient disputer un match éliminatoire à domicile. Pour leur part, les Bills devront disputer un match sans lendemain à l’extérieur, à moins qu’ils n’effacent un déficit de deux matchs sur les Patriots dans la section Est de l’Américaine avec cinq parties à écouler au calendrier régulier.

Les Bills ont cependant collé deux victoires de suite, et ils présentent un dossier de 5-3 depuis qu’ils ont commencé la campagne avec une fiche de 3-0. Les Cowboys, de leur côté, ont aussi gagné leurs trois premiers affrontements après avoir été considérés de manière précoce comme des prétendants au Super Bowl, mais ils ont un dossier de 3-5 depuis ce temps.

«Je crois que nous nous concentrons uniquement sur le prochain match, pas plus loin, a commenté le coordonnateur défensif des Bills Leslie Frazier. Nous sommes concentrés sur le match de l’Action de grâce. C’est très, très important à nos yeux et c’est là-dessus qu’on se concentre. Cette rencontre aura des répercussions très, très importantes sur notre saison.»

+

LES FALCONS, DERNIER OBSTACLE DES SAINTS

ATLANTA — Les Saints de La Nouvelle-Orléans auront l’occasion de régler des comptes alors qu’ils rendront visite aux Falcons d’Atlanta jeudi soir.

En prenant la mesure des Falcons, les Saints (9-2) pourraient aussi s’assurer d’un troisième titre d’affilée de la section Sud de l’Association nationale. C’est là que se trouve l’élément de motivation le plus important.

«C’est ce à quoi tout le monde pense dans ce vestiaire», a déclaré le plaqueur Sheldon Rankins au sujet de ce possible tour du chapeau.

Les Falcons ont causé une vive surprise en dominant les Saints 26-9, le 10 novembre, à La Nouvelle-Orléans. C’est la seule défaite des Saints à leurs neuf dernières sorties.

«La dernière fois, nous n’avons pas joué du bon football, a reconnu le secondeur Demario Davis. Nous n’avons bien joué contre la course et nous n’avons pas été capables de les arrêter lors de troisièmes essais. Nous n’avons pas provoqué de revirements et nous n’avons pas été efficaces dans la zone dangereuse. Nous allons devoir être meilleurs à tous les niveaux, c’est certain.»

Les Falcons savent qu’ils ne peuvent s’attendre à un résultat identique, surtout contre une attaque menée par Drew Brees.

«Vous connaissez Drew. Si vous l’avez déjoué par votre stratégie, si vous l’avez battu grâce à un certain schéma défensif, il est le type de joueur contre lequel vous ne pouvez pas répéter les mêmes tactiques, car il étudie constamment, a noté le maraudeur Ricardo Allen, des Falcons. Il ne se fait pas berner très souvent.»

Cette impressionnante prestation à La Nouvelle-Orléans était la première de deux d’affilée lors desquelles les Falcons n’ont pas concédé de touchés. Alors que les Falcons (3-8) espéraient qu’il s’agissait du début d’un revirement de situation, ils ont plutôt retrouvé leurs mauvaises habitudes en s’inclinant 35-22 à domicile contre les Buccaneers de Tampa Bay, dimanche dernier. Ce revers les a ramenés au dernier rang de leur section.

Freeman de retour au jeu?

Le match de jeudi pourrait par ailleurs marquer le retour au jeu du demi offensif Devonta Freeman, des Falcons, qui a raté les deux dernières parties à cause d’une blessure à un pied. Toutefois, l’ailier rapproché Austin Hooper devrait rater une troisième rencontre consécutive à cause d’une blessure à un genou.

Chez les Saints, il en est de même du demi de coin Marshon Lattimore, victime d’une blessure à un ischio-jambier lors du duel contre les Falcons.

Les Saints tenteront aussi de limiter le nombre de pénalités. Jusqu’à maintenant cette saison, l’équipe écope, en moyenne, 7,8 punitions par rencontre, le deuxième plus haut total chez les Saints depuis l’entrée en scène de l’entraîneur-chef Sean Payton en 2006.

Lors du duel contre les Falcons, les Saints ont écopé 12 punitions et autant dimanche dernier face aux Panthers de la Caroline.