Le quart des Chiefs Alex Smith a été la proie de nombreuses critiques à la suite de la défaite contre les Bills.

Les Chiefs au ralenti

Mauvaise nouvelle pour les amateurs des Chiefs de Kansas City (6-5). La troupe d’Andy Reid est devenue cette année la quatrième formation depuis 1967 à présenter une fiche de 1-5 pendant une portion du calendrier après avoir amorcé la saison avec cinq victoires d’affilée. Les trois premiers clubs à être passés du chaud au froid aussi rapidement ont tous raté les séries éliminatoires.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Chiefs du mois de novembre — le mois des morts — n’ont absolument rien à voir avec l’équipe qui a amorcé la saison en ne faisant qu’une bouchée des Patriots de la Nouvelle-Angleterre (42-27) et en ayant le dessus 27-20 sur les Eagles de Philadelphie, le seul revers encaissé jusque-là en 2017 par les meneurs de la division Est de la Conférence nationale.

D’étonnants résultats qui ont incité plusieurs observateurs à identifier à la mi-saison Kansas City comme l’équipe à battre dans l’AFC. Un club explosif possédant les outils nécessaires pour mettre fin au trop long règne des protégés de Bill Belichick. Le nom du quart-arrière Alex Smith était alors fréquemment mentionné comme un sérieux candidat au titre de joueur par excellence, lui qui avait entrepris la saison avec 18 passes de touché sans être victime de la moindre interception.

Smith est toutefois revenu sur terre au cours des dernières semaines. Il n’a ajouté une seule passe payante contre quatre interceptions, alors que l’attaque des Chiefs est devenue bien timide avec une moyenne de 18 points à leurs six derniers matchs comparativement à 33 à leurs cinq premières sorties.

Mahomes doit attendre

Comme c’est souvent le cas quand un club perd soudainement tous ses moyens, le quart de 33 ans n’a pas échappé aux critiques. Et tout particulièrement depuis les deux dernières défaites contre les Giants de New York (2-9) et les Bills de Buffalo, qui avaient concédé plus de 100 points à leurs deux rencontres précédentes avant de limiter les Chiefs à seulement 10 points, dimanche.

Selon des statistiques compilées par le réseau ESPN, seuls Tom Savage (Houston) et Mitchell Trubisky (Chicago) ont été moins efficaces que Smith au cours des trois dernières semaines. Andy Reid a eu beau répéter après le match contre Buffalo qu’il n’avait pas songé à remplacer son quart par la recrue Pat Mahomes malgré les problèmes éprouvés par l’attaque de KC, je croyais pour ma part qu’il allait tenter de secouer ses protégés en envoyant le diplômé de l’Université Texas Tech dans la mêlée en deuxième demie.

Le hasard a fait en sorte que j’ai regardé récemment une bande vidéo d’un match présenté en novembre 2015 entre les Red Raiders et les Longhorns de l’Université du Texas. Et je peux vous dire que le fils de l’ex-lanceur du baseball majeur m’a drôlement impressionné dans une victoire de 48-45. J’ai rarement vu un quart de la NCAA lancer le ballon avec autant de précision, alors qu’il est en mouvement.

Le choix de première ronde des Chiefs (10e rang), qui a fait écarquiller bien des yeux au camp d’entraînement avec la force de son bras, a toutefois été étiqueté dès le départ comme celui qui allait succéder en 2018 à Smith à KC. Et si on se fie aux propos tenus récemment par Reid, les plans des Chiefs n’ont pas changé, même si KC possède maintenant une avance d’un seul match sur les Raiders (5-6) et les Chargers (5-6) au sommet de la division Ouest de l’AFC.

Reste à savoir si Reid, réputé dans le passé pour concocter des jeux susceptibles de surprendre les défensives adverses — comme il le faisait encore si bien en début de saison —, trouvera un moyen de relancer sa troupe avant qu’il ne soit trop tard pour les amateurs des Chiefs, qui rêvaient encore au Super Bowl, il y a à peine un mois.

***

PLUSIEURS COUPABLES

Andy Reid a pris une part du blâme pour les insuccès des Chiefs, mais il n’est pas le seul membre de cette organisation qui devrait se regarder dans le miroir. Les membres de la ligne à l’attaque n’ont pas été à la hauteur au cours des dernières semaines, comme le démontre fort bien une statisique très précise. Alors qu’il alignait les matchs avec des gains au sol supérieurs à 100 verges en début de saison, le demi-offensif Kareem Hunt franchissait en moyenne 3,8 verges avant d’encaisser un premier contact. Au cours des six derniers matchs, où il n’a pas atteint le plateau des 100 verges une seule fois, il a parcouru seulement 1,4 verge en moyenne avant de se faire frapper pour la première fois par un adversaire. La recrue a connu sa sortie la plus difficile de la saison contre les Bills avec des gains minimes de 17 verges en 11 courses. L’ailier rapproché Travis Kelce, la cible favorite d’Alex Smith depuis la blessure subie au début d’octobre par l’ailier espacé Chris Conley, a échappé quelques ballons au cours des derniers matchs, tandis que le rapide Tyreek Hill a été écarté du plan de match en raison du style trop conservateur préconisé par le quart des Chiefs.

***


1-26

La fiche peu reluisante compilée par l’entraîneur Hue Jackson (photo ci-dessus) depuis son embauche par les Browns de Cleveland. Il a égalé le triste record détenu jusque-là par John McKay (Tampa Bay, 1976-1977) pour le pire départ d’un coach à la tête d’une équipe de la NFL.

***

MES CHOIX

Semaine 13

Jeudi : 1/1 (100%)

Dimanche : DETROIT à Baltimore, DENVER à Miami, Kansas City à NY JETS, San Francisco à CHICAGO, Tampa Bay à GREEN BAY, Minnesota à ATLANTA, NOUVELLE-ANGLETERRE à Buffalo, Houston au TENNESSEE, Indianapolis à JACKSONVILLE, Cleveland à LOS ANGELES CHARGERS, NY Giants à OAKLAND, Caroline à LA NOUVELLE-ORLÉANS, LOS ANGELES RAMS en Arizona et PHILADELPHIE à Seattle

Lundi : PITTSBURGH à Cincinnati

-----

Semaine 14

Jeudi : La Nouvelle-Orléans à ATLANTA

-----

Résultats

Semaine 12 : 11/16 (68,8 %)

Total : 117/177 (66,1 %)