L’entraîneur-chef des Chevaliers de Lévis Mathieu Turcotte en compagnie de Samy Paré, Nicolas Daigle, William Veillette, Olivier Coulombe et Olivier Nadeau (blessé).

Les Chevaliers de Lévis passent à l’histoire avec 26 victoires d’affilée

Et voilà, c’est fait. À la faveur d’un gain de 6-0 contre les Albatros du Collège Notre-Dame, dimanche après-midi à Rivière-du-Loup, les Chevaliers de Lévis ont établi un record de la Ligue de hockey midget AAA avec une 26e victoire d’affilée en saison régulière.

La marque de 25 appartenait aux Gouverneurs de Sainte-Foy depuis 1984-1985. Les Chevaliers l’ont égalé, vendredi, devant leurs partisans. 

À la fin du match, les joueurs des Chevaliers ont souligné leur exploit sobrement, allant plus à la rencontre du gardien de but David Provencher qu’avec l’idée de fêter leur exploit.

«J’adore notre groupe de joueurs, ils étaient surtout fâchés de leur performance. Notre gardien a réalisé plusieurs bons arrêts qui expliquent l’écart de six buts. Ça démontre tout le caractère qu’on a dans la chambre. J’ai dû leur rappeler qu’on était rendu à la 26e, qu’on ne célébrait pas ce match en particulier, mais plutôt les trois derniers mois qui ont fait en sorte qu’on a connu cette séquence», disait l’entraîneur-chef Mathieu Turcotte.

Les siens venaient pourtant de dominer les Albatros par 41 lancers contre 22. Olivier Coulombe (2), William Veillette (1 but et 3 passes), Julien Hébert, Nicolas Daigle et Charles-Antoine Huot ont marqué dans cette victoire désormais historique.

«Il est difficile, présentement, de faire un pas de recul et de voir ce qu’on vient d’accomplir. On le réalisera plus tard, cette semaine, ou encore dans quelques années. Il s’agit de quelque chose de très difficile à réaliser, ce n’est pas pour rien que le record datait d’il y a 33 ans.»

Selon lui, l’alignement 2018-2019 des Chevaliers sa satisfait rarement de peu, même si la victoire est souvent au rendez-vous. Les deux récentes chasses aux records (17 victoires de suite en début de saison et 26 d’affilée) ne combleront pas l’appétit des joueurs qu’il a devant lui.

«Notre objectif ultime est de gagner le dernier match, les joueurs le savent. Aujourd’hui, le niveau d’exécution et d’intensité était sous nos standards. Il y a un temps où ce match en aurait été un bon, mais les gars n’étaient pas satisfaits. Aujourd’hui, ça pesait lourd, mentalement, on n’était pas aussi efficace que vendredi, par exemple. Cela nous permet d’en apprendre beaucoup sur la gestion du stress, sur la pression externe, etc. Ça va nous aider pour la suite des choses.»

... jusqu’au prochain record!

Avant que les membres du conseil d’administration ne s’amènent dans le vestiaire pour souligner le record des jeunes, Turcotte s’est assuré de remettre les choses dans leur perspective et de les féliciter pour avoir écrit cette page d’histoire.

Elle est enfin tournée, dira-t-il. Jusqu’au prochain record, pourrait-on ajouter...

«Non, dis-moi pas qu’il y a une autre séquence...»

Eh oui, celle de 29 matchs sans défaite de ces mêmes Gouverneurs de 1984-1985, sauf que maintenant, les verdicts nuls n’existent plus comme à l’époque!

L’entraîneur-chef a cependant découvert au cours de cette séquence histoire que les records ne menaient pas tous à des championnats.

«On est au courant que l’équipe qui détenait le record pour le plus de victoires de suite victoires de suite en début de saison n’a pas remporté le championnat, ni les Gouverneurs qui ont gagné 25 matchs d’affilée. Et ce n’est pas un hasard, ça veut dire que mentalement, c’est lourd, ça ajoute du stress. Dans les prochains mois, notre travail sera de trouver une façon de faire tourner cela en notre faveur.»