Kyle Lowry (7) entrain de faire une percée vers la panier.

Les Celtics gâchent le Noël des Raptors

TORONTO — Habillé pour l’occasion, Kyle Lowry a choisi de porter des souliers avec les noms de ses deux enfants: Karter et Kameron.

Le vétéran de 13 saisons dans la NBA et les Raptors de Toronto ont disputé leur match tant attendu devant 19 800 partisans réunis au Scotiabank Arena. Le spectacle a toutefois été gâché par les Celtics de Boston, qui se sont offert une victoire face aux champions en titre du circuit comme cadeau de Noël.

Jaylen Brown a inscrit 30 points pour mener les Celtics vers un gain de 118-102, gâchant le premier match de Noël disputé à Toronto.

Le Montréalais Chris Boucher a atteint un sommet en carrière avec les Raptors en récoltant 24 points. Fred VanVleet a mené les Torontois grâce à une récolte de 27 points. Lowry a quant à lui amassé 14 points et huit aides, tandis que Serge Ibaka a ajouté 12 points.

«C’était très spécial d’avoir la chance d’avoir mes enfants qui me regardaient jouer pour Noël, a déclaré Lowry, alors que ses deux enfants se tiraillaient pas très loin derrière lui dans le vestiaire des Raptors. J’ai chéri le moment.»

«C’est sympa, c’est un moment qui m’a pris 14 ans à vivre. Je l’ai vécu. Nous n’avons pas réussi à l’emporter. Mais c’était plaisant, nous avons eu du bon temps.»

Kemba Walker a aidé les Celtics (21-7) à signer un quatrième gain d’affilée en récoltant 22 points, tandis que Enes Kanter a amassé 12 points et 11 rebonds à son premier match au Canada pour la première fois en plus d’un an.

«C’était satisfaisant de gagner ici le jour de Noël, a reconnu Brown, qui a réussi cinq paniers de trois points. Je n’ai jamais gagné à Toronto point, alors c’était plaisant de pouvoir enfin cocher ça sur ma liste.»

Les Raptors (21-10) devaient se débrouiller une fois de plus en l’absence de Pascal Siakam (aine), Marc Gasol (ischio-jambiers) et Norman Powell (épaule).

«Nous étions pas mal à court de joueurs, a admis l’entraîneur-chef des Raptors, Nick Nurse. Les gars ont joué de grosses minutes et nous avons joué beaucoup de matchs en peu de soir, le calendrier ne nous avantage pas beaucoup. L’un de nos derniers matchs s’est même terminé en prolongation et nous avons effectué une énorme remontée qui nous a demandé beaucoup d’énergie, alors je ne sais pas. Peut-être qu’on a simplement besoin d’un peu de repos.»

C’était la première fois en 35 matchs face aux rivaux de la section Atlantique que les Raptors s’inclinaient à domicile. Il s’agissait également de la première victoire en neuf affrontements des Celtics au nord de la frontière.

La performance des Raptors devra rapidement être oubliée par les partisans. Les hommes de Nick Nurse ont multiplié les jeux mous et les revirements. La formation torontoise a concédé 17 revirements et 20 points aux Celtics.

Des Celtics reposés

Décimés par les blessures, les Raptors disputaient un troisième match en quatre jours face à une équipe bien reposée. Après avoir pris les devants 10-0, la troupe de Nurse a semblé ressentir les effets des derniers jours.

Les Celtics ont repris les devants par 11 points au deuxième quart et ont creusé l’écart à 19 points en fin de troisième. Les deux équipes ont combiné 29 revirements au cours des trois premiers quarts de jeu.

Trois jours après avoir complété la plus grande remontée de leur histoire face aux Pistons de Dallas au Scotiabank Arena, aucun dénouement héroïque n’est venu sauver la mise cette fois.

Tirant de l’arrière 88-69 au début du dernier quart, les Raptors ont ramené l’écart à 14 points lors des 35 premières secondes, redonnant un peu d’énergie aux 19 800 partisans réunis dans l’amphithéâtre de Toronto.

Patrick McCaw a cependant raté un important panier lors de la possession suivante, provoquant la colère des supporteurs, et moins d’une minute plus tard, les Celtics se sont de nouveau forgé une avance de 20 points.

Un panier de VanVleet a permis aux Raptors de s’approcher à 17 points avec 4:46 à faire, mais les Raptors n’ont pas été en mesure de suivre la cadence.